Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°637950

Quatre projets de décret viennent préciser les contours de la réforme de l’activité partielle en vigueur au 1er novembre

Quatre projets de décret ont été transmis aux membres de la CNNCEFP, vendredi 16 octobre 2020. Ces textes mettent en forme la réforme de l’activité partielle qui entrera en vigueur au 1er novembre prochain. Outre les modulations temporaires des taux d’indemnité et d’allocation, ces textes reviennent aussi sur l’activité partielle pour les salariés vulnérables et ceux contraints de garder leurs enfants.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Ministère du Travail, rue de Grenelle. jl

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion transmet, vendredi 16 octobre 2020, quatre projets de décret qui précisent les contours de l’activité partielle à compter du 1er novembre. Ces textes sont soumis à la consultation des membres de la CNNCEFP.

modulation de l’indemnité

Le projet de décret en Conseil d’État portant modification du dispositif d’activité partielle et du dispositif d’activité partielle spécifique vient notamment fixer deux taux d’indemnité versée aux salariés jusqu’à la fin de l’année. "Si le taux de droit commun est ramené à 60 % à compter du 1er novembre, un taux majoré [70 %] est mis en place pour les salariés des entreprises relevant soit les secteurs dits 'protégés', soit des secteurs dépendant de ceux-ci ayant subi une forte baisse de chiffre d’affaires, soit des établissements recevant du public dont l’activité est partiellement ou totalement interrompue sur décision administrative pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19", précise la présentation du texte.

Ce même texte acte le fait que le taux d’allocation d’APLD versée aux entreprises ne peut être inférieur au taux d’allocation d’activité partielle de droit commun pour notamment les entreprises qui bénéficient du taux majoré puisqu’encore touchées par la crise sanitaire. Ce projet de décret en Conseil d’État porte aussi sur la durée d’autorisation d’activité partielle de droit commun, sur les modalités de demande d’autorisation, sur les modalités de dialogue social, l’acquisition de congés payés en période de chômage partiel ou encore le mode de calcul pour les rémunérations variables.

modulation de l’allocation

La modulation du taux d’allocation d’activité partielle de droit commun fait, elle, l’objet d’un projet de décret simple. D’une manière générale, le taux de droit commun passe de 60 % à 36 % de la rémunération brute du salarié.

Mais entre le 1er novembre et le 31 décembre 2020, une dérogation est prévue pour les secteurs "protégés" et le taux est fixé à 70 % du brut, laissant un reste à charge nul pour les entreprises. Ce même texte complète les listes annexées des secteurs fortement touchés par la crise et des secteurs fortement dépendants de ces premiers.

Adaptation à Mayotte

Un autre décret simple met en cohérence ces dispositions avec les spécificités du territoire de Mayotte.

personnes vulnérables et garde d’enfants

Enfin, un troisième décret simple "fixe les taux d’allocation et d’indemnité d’activité partielle applicables aux salariés de droit privé se trouvant dans l’impossibilité de continuer à travailler en raison de leur vulnérabilité compte tenu du risque de développer une forme grave d’infection au virus Sars-CoV-2, ou contraints de garder leur enfant de moins de seize ans ou en situation de handicap et qui ne peuvent travailler à distance".

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Jérôme Lepeytre, journaliste