Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

"Nous devrons aller plus loin car les premières victimes de la crise sont les plus précaires" (Fiona Lazaar, CNLE)

"L’ambition du plan de relance est d’éviter trop de casse économique et donc trop de casse sociale", explique Fiona Lazaar, députée (LaRem) et présidente du CNLE (Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale). Elle salue la mise en place du Plan jeunes ou l’aide aux associations. Mais, "nous devrons aller plus loin", affirme l’élue du Val-d'Oise. Elle ajoute que les "premières victimes" de la crise sont les personnes qui étaient déjà en difficultés ainsi que celles qui se trouvaient "entre deux". Le CNLE propose, à l’unanimité, douze mesures à mettre en place, notamment un droit à l’accompagnement pour les jeunes, assorti d’une allocation. Ses membres plaident aussi pour une revalorisation des minima sociaux. La députée s’interroge, enfin, sur les suites à donner aux travaux sur le RUA : "est-ce le meilleur moment, le meilleur vecteur ?".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Un décret supprime l’Observatoire national de la pauvreté et acte son regroupement avec le CNLE

Un décret du 18 décembre 2019 porte suppression de différentes commissions administratives à caractère consultatif, notamment l’Onpes (Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale). Publié au Journal officiel du 19 décembre 2019, ce texte acte le regroupement avec le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, déjà annoncé par le gouvernement (lire sur AEF info). L’observatoire devient ainsi un "comité scientifique permanent", au sein du Conseil. La disparition, en tant qu’organe autonome, de l’Observatoire avait suscité des craintes au sein des acteurs de la lutte contre l’exclusion. "Certains prétendent qu’en supprimant l’Onpes, nous aurions la volonté de casser le thermomètre de la pauvreté. Or, c’est précisément l’inverse que nous faisons", s’était défendue la secrétaire d'État Christelle Dubos (lire sur AEF info).

Lire la suiteLire la suite