Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°636563

Adrien Taquet annonce la création d’un "Parcours 1 000 jours" de l’enfant

Dans un discours aux professionnels de la petite enfance retransmis en live sur Facebook, le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet, a annoncé la mise en place de plusieurs mesures destinées à accompagner les jeunes parents. La généralisation de l’entretien prénatal précoce, la création de 200 postes dans une centaine de maternités prioritaires dès 2021 et le renforcement des moyens de la PMI en font partie.

Le gouvernement veut faire des "1 000 premiers jours" une politique de prévention en faveur des jeunes enfants et de leurs parents. Pixabay

Suite à la parution début septembre du rapport de la mission des "1 000 premiers jours" menée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik (lire sur AEF info), le secrétaire d'État en charge de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet, a annoncé ce lundi 28 septembre 2020 la création d’un parcours "100 jours" bâtis autour de 3 moments clés de la vie de l’enfant. Il représente selon lui un vrai projet de société, qui marque un tournant culturel dans notre façon d’appréhender la santé publique d’une part, la protection de nos enfants d’autre part", en étant tourné vers "l’affirmation d’une politique puissante de prévention".

trois moments clés identifiés

Ce parcours démarrera au 4e mois de grossesse, lors de l’entretien prénatal précoce. Aujourd’hui, seules 28 % des femmes le réalisent. "Nous allons investir pour qu’il bénéficie à tous les parents", promet-il. Dès 2021, "10 millions d’euros seront consacrés, via notamment les réseaux de santé en périnatalité qu’animent les professionnels dans les territoires, ou via l’assurance maladie, à faire la promotion de cet entretien auprès de l’ensemble des parents".

Deuxième moment "clé" identifié : la maternité et l’accouchement, "un moment pivot qui ne doit pas être un moment de rupture". L’an prochain, "plus de 12 millions d’euros" seront investis pour "renforcer les staffs médico-psycho-sociaux dans une centaine de maternités prioritaires avec la création de 200 postes" (sages-femmes, psychologues, médecins, travailleurs sociaux). L’objectif à terme est de le faire dans chacune des 500 maternités, annonce encore Adrien Taquet.  Le gouvernement veut également renforcer "l’effort initié cette année pour renforcer les Protections maternelles et infantiles (PMI)". "Après avoir investi 15 millions d’euros dans 30 départements en 2020, ce sont 35 millions d’euros qui seront consacrés au total en 2021 au renforcement des PMI dans 70 départements", indique Adrien Taquet.

Enfin, constatant que la dépression "post-partum touche 10 à 15 % des femmes de notre pays"  - et sans doute le double en comptant celles non repérées -, le secrétaire d’État veut mettre en place un "entretien dédié et remboursé" à la 5e semaine "après la naissance, puis "si le professionnel l’estime nécessaire, à la 12e semaine". Ces deux dates correspondent en effet aux "pics de dépression" repérés, alors qu’aujourd’hui, les visites à domicile post-accouchement se font presque exclusivement sur le 1er mois. Il pourra s’agir "de la visite d’une sage-femme, d’un professionnel de PMI, mais aussi pourquoi pas d’un technicien de l’intervention sociale et familiale en fonction des besoins des parents", est-il précisé. Le gouvernement travaille par ailleurs avec la Cnaf "pour progressivement proposer à chaque parent des groupes de parole entre pairs".

des parcours spécifiques pour les publics fragiles

La plupart de ces mesures devraient trouver leur place dans le PLFSS 2021. Par ailleurs, sans "renoncer à l’universalité" des politiques familiales, Adrien Taquet veut aussi mettre en place des parcours 1 000 jours spécifiques, pour les situations de "fragilité" particulière. Et de donner deux exemples. Premièrement, les parents souffrant de troubles psychiques, qui doivent être "repérés précocement". Il annonce que 5 millions d’euros seront investis pour créer dès l’année prochaine 10 nouvelles unités Mère-Enfant (qui permettent une prise en charge en psychiatrie hospitalière de jeunes mères en dépression, avec leur bébé), et 5 autres millions pour créer 20 équipes mobiles en psychiatrie périnatale, pour aller à la rencontre des mères en souffrance psychologique importante.

Second exemple : les personnes en situation de handicap. "Une prestation de compensation du handicap parentalité va enfin voir le jour", annonce Adrien Taquet, sans plus de précision à ce stade. Il veut aussi instaurer dans chaque région un Service d’accompagnement à la parentalité des personnes en situation de handicap (SAPPH) - 6 devraient être créées dès l’année prochaine, pour 3 millions d’euros. Sera enfin expérimentée, dès l’année prochaine, dans plusieurs régions, la mise en place d’un "Référent Parcours 1 000 jours" pour les situations parentales les plus complexes.

Enfin, le gouvernement veut travailler sur des messages de santé publique, portant sur l’allaitement, l’alimentation, l’exposition aux perturbateurs endocriniens ou aux écrans, le sommeil, l’importance de l’éveil par le jeu dès le plus jeune âge. Une fois stabilisés, ces messages devront "figurer dans les carnets de santé, ils irrigueront la formation des différents professionnels". Et seront au cœur d’une "application 1 000 jours" d’information et de services, qui sera développée d’ici l’été 2021 pour accompagner les parents dans leur quotidien. Sera également mis progressivement en place un système de labellisation "1 000 jours", pour les lieux existants ainsi que pour les professionnels.

réflexion sur les congés parentaux

Ces annonces font suite à celles concernant l’allongement du congé paternité la semaine dernière (lire sur AEF info), dont les modalités  (en matière de délai de prévenance, de fractionnement) seront précisées "avec les partenaires sociaux" dans les prochaines semaines, intégrées au PLFSS et complétées par décret. Adrien Taquet indique également que ce congé sera ouvert aux indépendants et aux agriculteurs, et que son allongement "s’inscrit dans une réflexion plus large qui doit être menée sur la refonte du congé parental". Une mission va être lancée en ce sens (lire sur AEF info).

à lire aussi
Adrien Taquet annonce la création d'une mission sur la "refonte des congés parentaux"

Dans un discours prononcé via un Facebook live ce lundi 28 septembre 2020, le secrétaire d'État chargé de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet, a annoncé la création dans les prochains jours d’une "mission visant à réfléchir à la refonte des congés parentaux". Ce projet, qui fait suite à l’annonce du gouvernement le 23 septembre sur l’allongement du congé paternité (lire sur AEF info), sera mené "en coopération avec la ministre du Travail, Élisabeth Borne, et les partenaires sociaux". "Je suis convaincu que la parentalité en milieu professionnel est un magnifique sujet encore largement inexploité. Que l’on ne s’arrête pas d’être parent le matin quand on badge dans son entreprise", a déclaré Adrien Taquet. Le nom des personnes qui travailleront sur ce projet sera dévoilé "prochainement". Ils seront ainsi chargés de mener une "réflexion mais surtout des propositions".

Lire la suiteLire la suite
à découvrir
L’administration doit "beaucoup plus soutenir" ses agents s’ils sont menacés, estime Amélie de Montchalin

L’administration doit "beaucoup plus soutenir" ses agents qui sont victimes de menace sur internet, affirme Amélie de Montchalin, la ministre de la Transformation et de la fonction publiques, interrogée lundi 26 octobre 2020 par Public Sénat sur l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty. "Ces menaces doivent être davantage considérées. Quand on attaque un agent public, on attaque la république", insiste-t-elle, appelant les personnels à signaler les attaques dont ils peuvent faire l’objet. "Le [principe du] 'pas de vagues’, c’est terminé. Je m’assurerai que les hiérarchies font remonter les plaintes". La ministre va publier dans les prochains jours une note pour mettre à jour les dispositions de la loi de 1983 qui a créé la protection fonctionnelle des fonctionnaires.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Bénédicte Foucher, journaliste