Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

A&I-Unsa se plaint de la "transparence" des "non-enseignants" dans la politique du MENJS

Dans un communiqué du 21 septembre 2020, A&I-Unsa critique le fait que, "pour évoquer les personnels administratifs en particulier, jamais le terme très à la mode de 'transparence' ne pourrait être mieux choisi : non visibles, non reconnus, bref, en un mot, les 'non-enseignants'". Selon le syndicat, les personnels administratifs de l’EN ne sont ainsi pas reconnus à leur juste valeur alors que, "au plus fort de la crise, ils ont contribué, voire parfois assumé seuls, en administration centrale, en services académiques, en établissements, à tous les échelons du système éducatif, la continuité administrative". Si A&I reconnaît que le MENJS "a pris des engagements clairs pour toute la filière administrative, notamment sur les régimes indemnitaires", il estime que "c’est bien mais ce n’est pas suffisant". A&I demande que soit faite "toute leur place à celles et ceux qui l’administrent".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le manque de reconnaissance, première cause de souffrance au travail dans l’Éducation nationale (Baromètre Unsa)

"Les résultats sont sans appel sur l’état d’exaspération et d’épuisement quel que soit le métier exercé" : c’est le bilan que tire l’Unsa-Éducation de son 8e baromètre des métiers de l’éducation, publié le 29 juin 2020. 9 500 personnels de l’EN ont participé à cette enquête qui démontre, selon le syndicat, que "le pouvoir d’achat reste toujours la première préoccupation" et que "le sentiment de dégradation des conditions d’exercice s’exprime de plus en plus". Pour 68 %, c’est le manque de reconnaissance qui provoque le plus la souffrance au travail. Autres difficultés exprimées : "charge de travail trop importante" et "perte de sens des missions". En outre, "comme en 2019 (lire sur AEF info), seulement 10 % sont en accord avec les choix politiques, et cette proportion est en forte baisse chez les personnels de direction, passant de 34 % à 24 % en un an".

Lire la suiteLire la suite
Réouverture des EPLE : A&I-Unsa proteste contre la règle du "retour sur site" pour les personnels

"La parole politique n’aurait donc plus de valeur dans ce pays ?" Dans un communiqué du 12 mai 2020, A&I-Unsa s’insurge contre la règle du "retour sur site" qu’impose la circulaire envoyée par la DGRH du MEN aux services de l’Éducation nationale en vue de la réouverture des écoles et EPLE (lire sur AEF info). Ainsi, rappelle le syndicat, alors que le Premier ministre expliquait le 28 avril que "le télétravail doit être la norme", la circulaire indique que "le retour à l’activité sur site constitue la règle applicable à l’ensemble des personnels des écoles et des EPLE", ce qui est "en complète contradiction avec les consignes nationales et ce que le ministre nous avait dit", souligne A&I. Le syndicat demande au MEN de "retirer la phrase de la circulaire". Globalement, A&I affirme que les administratifs expriment un "désarroi voire de la colère face à l’abandon qu’ils ressentent".

Lire la suiteLire la suite
A&I-Unsa alerte sur les "contraintes de continuité" pour les personnels administratifs

"Beaucoup de questions se posent" pour les personnels administratifs après la décision de laisser ouverts les établissements scolaires tout en privilégiant le télétravail, pointe A&I-Unsa dans un communiqué. Le syndicat demande le "respect des mesures de sauvegarde" sanitaires et estime alors que "l’autonomie de la déconcentration" des services et établissements "n’a plus lieu d’être". Contacté par AEF info, Jean-Marc Boeuf, secrétaire général, liste des "contraintes de continuité" et notamment des opérations ne pouvant pas se faire en télétravail : "assurer la paye des personnels (difficultés particulières pour les EPLE mutualisateurs ayant en charge des personnels contractuels aux faibles revenus, pour les EPLE supports de Greta et de centres d’apprentissage) ; payer les fournisseurs, afin de ne pas alourdir les difficultés économiques des entreprises ; payer les bourses".

Lire la suiteLire la suite