Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Les propositions du rapport Igas-IGF pour réduire les besoins de financement en matière d'apprentissage

Missionnées par le gouvernement pour évaluer la soutenabilité financière du système de formation professionnelle et d'apprentissage mis en place par la loi "Avenir professionnel" du 5 septembre 2018, l'Igas et l'IGF ont publié leur rapport le 3 septembre 2020. En matière d'apprentissage, les deux inspections formulent sept propositions qui visent à réduire les besoins de financement. Elles passent par l'optimisation de la trésorerie des Opco, le transfert de crédits depuis le budget de l’Éducation nationale et la régulation des coûts-contrats.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L’Igas et l’IGF publient leur rapport sur le financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage

L’Igas a annoncé, le 3 septembre 2020, avoir mis en ligne son rapport coproduit avec l’IGF sur "les conséquences financières de la réforme [de 2018] sur le financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage". Daté d’avril 2020, ce rapport met en garde contre la fragilité d’un système, en particulier dans le domaine de l’apprentissage, et appelle le gouvernement à arrêter des réformes structurelles dès cette année. L’essentiel des constats et recommandations des inspections générales a été révélé par AEF info, fin juin dernier. L’Igas et l’IGF plaident notamment en faveur d’une régulation plus forte du marché de la formation par l’État et d’une diminution progressive des coûts des contrats d’apprentissage en les modulant "sans délais". De même, le gouvernement est invité à baisser le montant du crédit chargé annuellement sur les CPF (comptes personnels de formation).

Lire la suiteLire la suite