Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Parcoursup 2020 : à la fin de la phase principale, 10,7 % des candidats étaient sans proposition contre 7,4 % en 2019

Au 17 juillet 2020, dernier jour de la phase principale de Parcoursup, 10,7 % des candidats demeuraient sans proposition d’admission dans l’enseignement supérieur. C’est 3 points de plus que l’année précédente. Toutefois, en valeur absolue, davantage de postulants se sont vus proposer une place via la plateforme en 2020 qu’en 2019 avec 729 120 contre 677 953 appelés. Deux phénomènes qui reflètent l’arrivée sur Parcoursup de plus de 68 000 candidats supplémentaires, sans même que joue l’afflux de "bacheliers covid", puisque l’essentiel ici s’est joué avant les résultats du bac, le 7 juillet.

Méthodologie

 

Nous nous sommes basés sur les tableaux de bord de la phase principale des procédures 2019 et 2020 de Parcoursup mis en ligne par le MESRI et mis à jour quotidiennement. Pour chacune de ces années, ces tableaux détaillent le nombre de lycéens, d’étudiants en réorientation ou scolarisés à l’étranger ayant confirmé au moins un vœu de poursuite d’études dans Parcoursup, et leur répartition jour après jour lors de cette phase principale de la procédure, selon qu’ils ont :

  • reçu une ou plusieurs propositions d’admission,
  • ou bien quitté la plateforme avant de recevoir une réponse positive.
  • La différence entre les deux constitue le volume des candidats en attente d’une proposition sur la plateforme.

Les données pour le 7 juillet 2019 n’étant pas disponibles, nous avons, par construction, répliqué celles du 6 juillet.

Par ailleurs, les données concernant les candidats en reprise d’études ne figurent pas dans ces tableaux.

Les candidats souhaitant poursuivre leurs études dans le supérieur ont-ils obtenu davantage ou moins de réponses de la part des établissements sur Parcoursup cette année ? Pour sa 3e année d’existence, la procédure 2020 s’inscrit dans le contexte sanitaire inédit de la pandémie de Covid-19. Si cette année demeure dès lors bien spécifique, les indicateurs du tableau de bord mis en place par le MESRI permettent une comparaison de la phase principale pour les années 2019 et 2020.

En effet, alors qu’ils avaient évolué entre 2018 et 2019, les indicateurs sont identiques pour les deux dernières années. Par ailleurs, la durée de la phase principale, qui s’était étalée jusqu’en septembre en 2018, est quasiment la même en 2019 et 2020 : précisément 60 et 61 jours, de la mi-mai à la mi-juillet.

Il faut toutefois souligner qu’en 2020, davantage de candidats se sont inscrits sur Parcoursup : on compte ainsi 68 379 postulants supplémentaires par rapport à 2019, portant le total à 857 224. Cette tendance touche aussi bien les candidats lycéens (+22 469) que les candidats scolarisés à l’étranger ou en demande de réorientation (+45 910). Il est par ailleurs à noter que les données concernant les candidats en reprise d’études, qui représentent tout de même 109 224 personnes en 2019 (lire sur AEF info), ne sont pas prises en compte dans ces tableaux.

Comment s’est déroulée la phase principale en 2019 et 2020 ?

En 2019.La procédure 2019 de Parcoursup, malgré des grèves d'enseignants pour la correction du bac (lire sur AEF ici et ici), s’était déroulée dans le calendrier initial fixé par le MESRI, en respectant une pause dans l’envoi de propositions de la part des établissements d’enseignement supérieur lors des 8 jours d’épreuves du baccalauréat. La mise en place des points d’étapes avait notamment permis une légère accélération de la phase principale (lire sur AEF info) alors que la procédure avait précédemment fait l’objet de critiques quant à sa trop longue durée.

Le 21 mai 2019, 1er jour de la phase principale, 68 % des candidats avaient reçu au moins une proposition d’admission (536 650). Au dernier jour, le 19 juillet, ils étaient 86,1 % (670 520). 6,41 % d'entre eux avaient quitté la plateforme avant de recevoir une proposition tandis que 7,4 % demeuraient sans réponses.

Au survol des 3 zones de couleurs dans la visualisation ci-dessous (vert pour les candidats ayant reçu au moins une proposition, rouge par les "sans proposition" et orange pour ceux ayant quitté Parcoursup avant d’obtenir une réponse), consultez jour après la répartition, en valeur absolue et en valeur relative, des candidats en 2019.

En 2020. La procédure 2020, qui a commencé quelques jours avant le confinement, a été marquée par le contexte de Covid-19. Le choix a été fait de maintenir le calendrier de Parcoursup afin de "tenir la rentrée en septembre", comme l'expliquait mi-mai à AEF info Jérôme Teillard, chargé de projet Parcoursup au MESRI (lire sur AEF info). Seul changement majeur : la suppression de la pause durant les épreuves du bac, ces dernières ayant été remplacées par du contrôle continu.

Très rapidement après les résultats de l'examen, la CPU s’est inquiétée du manque de moyens face à l’afflux d’étudiants dans le supérieur dû à l’important taux de réussite au bac cette année-là : 35 000 bacheliers supplémentaires peuvent potentiellement entrer à l’université en septembre (lire sur AEF info).

Dans Parcoursup toutefois, c’est l’afflux, en amont du bac, de plus de 68 000 candidats supplémentaires sur la plateforme qui a pu peser sur les taux de réponses. En effet, on peut supposer que le nombre plus important de bacheliers n’a pas forcément eu d’impact sur la phase principale de la procédure, puisque les candidats reçoivent des réponses bien avant les résultats du bac, publiés le 7 juillet en 2020, soit seulement 10 jours avant la fin de cette phase. De plus, ce sont généralement les candidats aux "bons dossiers" qui sont concernés par cette phase.

Les autres, dont les dossiers fragiles ne permettaient pas de présager de leur réussite au bac et qui ont, en un sens, éventuellement bénéficié du contrôle continu, seront peut-être davantage concernés par la phase complémentaire toujours en cours : elle devait se terminer le 11 septembre mais elle a été prolongée jusqu’au 24 septembre.

Relativement moins de réponses en 2020. À l’heure des comptes, le 17 juillet 2020, dernier jour de la phase principale, 91 319 candidats, soit 10,65 % du total, n’avaient pas reçu de proposition d’admission en 2020. En comparaison, ils étaient 50 597, soit 7,44 %, le 19 juillet 2019.

Contacté par AEF info afin d’analyser ces chiffres, le MESRI n’a pas pour l’heure souhaité réagir, soulignant que la phase complémentaire est toujours en cours. Dans le cadre du plan "1 jeune 1 solution" et du plan de relance, le gouvernement a par ailleurs annoncé la création de 30 000 places supplémentaires dans l’enseignement supérieur sur deux ans, dont 10 000 pour la rentrée 2020 (lire sur AEF ici et ici).

Effet des cursus ajoutés sur Parcoursup. Quant aux candidats ayant quitté la plateforme avant de recevoir une proposition d’admission, leur part a diminué de 2 points parmi l’ensemble des candidats en 2020 par rapport à 2019 (respectivement 4,29 % et 6,41 %). Cela peut s’expliquer, entre autres, par le fait que de nombreuses formations qui recrutaient jusque-là hors Parcoursup ont rejoint la plateforme : 600 cursus ont intégré le dispositif en 2020, augmentant le nombre total de formations sur l’outil de 4 % par rapport à l’année précédente (lire sur AEF info). Les postulants ayant été acceptés par ces formations et souhaitant les rejoindre avaient donc dû quitter la plateforme en 2019, tandis qu’ils y sont restés jusqu’à y recevoir leur proposition d’admission en 2020.

Pour les 36 735 candidats qui ont quitté la plateforme sans attendre de réponse en 2020, plusieurs hypothèses sont plausibles : ont-ils rejoint une formation qui recrute hors de la plateforme, préféré partir à l’étranger ou abandonné l’idée de poursuivre leurs études après le bac ?

Au survol des 3 zones de couleurs dans la visualisation ci-dessous (vert pour les candidats ayant reçu au moins une proposition, rouge par les "sans proposition" et orange pour ceux ayant quitté Parcoursup avant d’obtenir une réponse), consultez jour après la répartition en valeur absolue et relative des candidats, en 2020.

un démarrage plus lent des réponses d’admission en 2020

Pour comparer plus précisément les procédures 2019 et 2020, il est nécessaire de les superposer à l’aune d’un calendrier commun. Ces deux procédures sont relativement juxtaposables dans la mesure où, dans les deux cas, la phase principale a duré une soixantaine de jours. Nous avons dès lors choisi d’observer la part de réponses depuis le "jour 1" de la phase principale de chacune de ces années (correspondant au 21 mai en 2019 et au 20 mai en 2020), jusqu’au "jour 61" en 2019 et au "jour 60" en 2020, qui correspond respectivement aux 19 et 17 juillet - la phase principale ayant duré un jour de plus en 2019.

Si l’on se concentre sur l’évolution de la part des candidats recevant au moins une proposition d’admission au fil des 60 jours, en valeur relative, on observe un démarrage plus lent en 2020. En effet, dès le jour 1 de la phase principale, la situation n’est pas du tout la même : 50,3 % des candidats (430 863) avaient reçu une proposition en 2020, contre 68 % (536 650) en 2019. Soit 18 points de différence.

Les 8 jours de pause du bac 2019, non introduits en 2020 du fait de la suppression de l’épreuve présentielle remplacée par du contrôle continu, n’ont pas suffi à rattraper le retard. Si au 37e jour de la phase principale, juste après cette pause, la part de candidats ayant reçu au moins une proposition d’admission est supérieure en 2020 par rapport à 2019, la situation s’inverse rapidement. Au 60e jour de la phase principale, 85,1 % des candidats ont reçu au moins une proposition en 2020, contre 85,9 % l’année précédente. Soit près d’un point de différence.

Le volume de réponses a augmenté. En valeur absolue toutefois, 51 167 candidats de plus se sont in fine vus offrir une proposition d’admission en 2020 par rapport 2019. Ainsi, au 60e jour de la phase principale, ils sont respectivement 729 120 en 2020, contre 677 953 l’année précédente. On peut y voir la marque de la hausse de candidats sur Parcoursup en 2020 (+68 375 candidats pour rappel). D'autant que 600 formations avaient rejoint la plateforme, ce qui augmente de fait le nombre de propositions envoyées.

Autre tendance observée : les lycéens, qui représentent plus des 3/4 des candidats sur Parcoursup, obtiennent, en 2020, davantage de réponses favorables de la part des établissements d’enseignement supérieur que les candidats scolarisés à l’étranger ou en réorientation (lire sur AEF info). Sur les deux années, on observe un écart de 13 à 14 points en faveur des lycéens, 88 % de ces derniers ayant reçu au moins une proposition d’admission à la fin de la phase principale, contre 74 % à 75 % pour les candidats en réorientation ou à l’étranger.

Dans la visualisation ci-dessous, l’épaisseur des courbes varie en fonction du nombre de candidats. Ainsi, la courbe des candidats en réorientation ou scolarisés à l’étranger est bien plus fine que celle des lycéens, la courbe la plus épaisse des trois représentant le total pour une année donnée (bleu en 2019, rouge en 2020). Au survol, affichez les valeurs relatives et absolues jour par jour de la part des postulants ayant obtenu une ou plusieurs réponses positives à leurs vœux de poursuites d’études dans le supérieur.

quid de ceux qui n’ont reçu aucune proposition lors de la phase principale ?

Puisqu’à la fin de cette phase principale, la part de candidats ayant reçu au moins une réponse d’admission diminue d’un point en 2020, tandis que celle des candidats "ayant quitté la plateforme" diminue aussi de deux points, la part des "sans réponses" augmente mécaniquement de trois points.

Au 1er jour de la procédure, 49,6 % des candidats n’avaient pas obtenu de proposition, 18 points de plus qu’à la même période l’année précédente. En miroir de l’évolution décrite pour ceux dont au moins un vœu est exaucé, leur part diminue au long de la phase : le pourcentage reste supérieur à celui de 2019, à l’exception brève des quelques jours de la pause du bac qui ont été supprimés en 2020.

Plus de 90 000 jeunes en attente. Au 60e jour de la phase principale, le taux de candidats sans réponses est de 10,7 % en 2020 contre 7,4 % en 2019. Parce que le nombre d’inscrits sur la plateforme est plus important en 2020, cela concerne d’autant plus de candidats : respectivement 91 319 postulants contre 58 728 l’année précédente. Soit 32 591 jeunes supplémentaires en attente d’orientation post-bac, auxquels la phase complémentaire de la procédure pourrait permettre de trouver un point d’atterrissage pour la rentrée.

Par ailleurs, ceux scolarisés à l’étranger ou en demande de réorientation sont surreprésentés par rapport aux lycéens parmi ces jeunes en attente. Au début de la phase principale, 63 % d’entre eux n’ont pas eu de réponse en 2020 et ils étaient 47 % en 2019, soit 17 et 20 points de plus que pour les candidats lycéens. Si l’écart diminue entre ces deux publics au fil de la phase, cet écart reste de 12 points le dernier jour, chacune des deux années.

Dans la visualisation ci-dessous, l’épaisseur des courbes varie en fonction du nombre de candidats. Ainsi, la courbe des candidats en réorientation ou scolarisés à l’étranger est bien plus fine que celle des lycéens, la courbe la plus épaisse des trois représentant le total pour une année donnée (bleu en 2019, rouge en 2020). Au survol, affichez les valeurs relatives et absolues jour par jour de la part des postulants n’ayant obtenu aucune réponse positive à leurs vœux de poursuites d’études dans le supérieur.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Malika Butzbach, journaliste