Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Selon U-Multirank, les pertes financières des universités dues à la pandémie iraient de 5,2 % en UE à 20,8 % en Australie

L’organisme européen U-Multirank a calculé, à partir de ses bases de données, que les universités australiennes et britanniques étaient les plus à risque sur le plan financier dans la crise du coronavirus : les premières pourraient perdre en moyenne 20,8 % de leurs revenus et les secondes environ 14 %, notamment à cause de la chute de fréquentation des étudiants étrangers. En Europe, où les universités sont davantage subventionnées, les pertes ne seraient que de 5,2 %, mais le risque serait décalé dans le temps, lorsque les États commenceront à baisser les budgets alloués à l’ESR.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

U-Multirank

-20,8 % de revenus dans les universités australiennes, -14 % en Grande Bretagne, -7 % pour les universités américaines et -5,2 % en Europe : ce sont les prévisions que formule l’organisme européen U-Multirank, connu pour publier un mapping des universités mondiales chaque année, en observant l’impact de la pandémie mondiale sur le profil budgétaire des établissements d’ESR par pays. Ces baisses seraient en particulier liées à la chute de fréquentation des étudiants internationaux, dont les frais de scolarité constituent une part importante des ressources financières de certaines universités.

les universités européennes plus sereines, mais pour combien de temps ?

Selon Frans van Vught, qui co-pilote cette étude pour U-Multirank, les étudiants candidats à une mobilité à l’étranger hésitent dorénavant à s’expatrier, repoussent leur décision ou choisissent un établissement plus près de chez eux, comme l’avait déjà révélé une étude publiée par QS (lire sur AEF info). L’impact négatif est donc particulièrement fort sur les pays qui avaient misé sur leur attractivité auprès des étudiants étrangers.

"Les universités européennes semblent pour l’instant plus sereines financièrement", ajoute Frank Ziegele, l’autre co-pilote de l’étude. "Elles sont souvent très subventionnées par les puissances publiques et moins dépendantes de frais de scolarité élevés payés par les étudiants étrangers, mais un problème pourrait apparaître quand les gouvernements commenceront à baisser le financement alloué aux universités en conséquence des contraintes budgétaires créées par la pandémie", souligne-t-il.

les universités de recherche plus exposées au risque international

Les experts de U-Multirank estiment aussi que ce sont les universités de recherche, très exposées à l’international notamment au niveau gradué, qui pourraient pâtir le plus de la crise sanitaire, davantage que les institutions d’enseignement pur.

Cependant, ils montrent aussi qu’un "fort focus international" n’est pas nécessairement lié à une "grande vulnérabilité financière" : ils prennent en exemple deux écoles de commerce françaises qui figurent dans leur palmarès "Ouverture internationale", Grenoble EM et Audencia. Le budget de la première repose fortement sur les contributions des étudiants étrangers (à hauteur de 30,8 %), tandis que la deuxième en dépend moins (9,4 %).

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sarah Piovezan, journaliste