Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Port du masque, télétravail, autorisations d’absence : les mesures prévues pour les agents à partir du 1er septembre

Port du masque obligatoire pour tous les agents publics dans tous les espaces clos et de circulation ; télétravail privilégié ; mesures pour les agents vulnérables ; suppression des ASA sauf pour garde d’enfants en cas de fermeture d’établissement. Lors d’une réunion le 26 août 2020 avec les représentants de la fonction publique de l’État, Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, a présenté les orientations du protocole sanitaire qui s’appliquera dans les services de l’État à partir du 1er septembre. Il prendra la forme d’une circulaire.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Port du masque : le protocole en entreprise pourrait "être une source d’inspiration" pour les administrations

Le gouvernement a annoncé, mardi 18 août 2020, la généralisation du port du masque obligatoire en entreprise, dans tous les lieux "clos et partagés" (lire sur AEF info). Un dispositif qui pourrait être "une source d’inspiration pour la fonction publique", selon le secrétariat d’État chargé de la Santé au travail. La ministre du Travail Élisabeth Borne a d’ailleurs indiqué aux partenaires sociaux reçus le matin que l’État employeur prendrait en charge les masques pour ses agents, ainsi qu’il demande aux employeurs privés de le faire pour leurs salariés. "La déclinaison qui sera faite tiendra compte des situations particulières, comme à l’hôpital ou à l’école", précise encore le secrétariat d’État chargé de la Santé au travail.

Lire la suiteLire la suite