Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

"Dans l’enseignement supérieur, le port du masque sera obligatoire pour tout le monde" (Jean Castex)

"Dans l’enseignement supérieur, le port du masque sera obligatoire pour tout le monde", déclare Jean Castex, Premier ministre, lors d’une conférence de presse le 27 août 2020 sur la situation sanitaire. C’est donc un degré de plus par rapport à la circulaire du MESRI du 6 août qui rendait le port du masque obligatoire "lorsque les règles de distanciation physique ne [pouvaient] être garanties" et "en toutes circonstances" dans les BU (lire sur AEF info). Cette nouvelle annonce, qui fait suite à la recommandation du HCSP (lire sur AEF), a d’ores et déjà été anticipée par plusieurs universités.

Jean Castex lors de sa conférence de presse du 27 août 2020 Libre de droits

Alors que le port du masque était, selon la circulaire du 6 août du MESRI, simplement "recommandé dans tous les espaces clos même quand la distanciation physique y est respectée" (lire sur AEF info), le Premier ministre annonce qu’il devient "obligatoire pour tout le monde" dans l’enseignement supérieur, lors d’une conférence de presse le 27 août 2020. Pour mémoire, la circulaire précise qu' "il incombera aux usagers de se doter des masques qui leur seraient nécessaires" et que "l’établissement sera tenu de fournir des masques à ses agents".

Un certain nombre d’universités avaient devancé l’obligation du port du masque en toutes circonstances :

Angers. Le président de l’université d’Angers, Christian Robledo, a pris le 17 août 2020 un arrêté rendant le port du masque obligatoire "dans tous les espaces intérieurs et extérieurs de l’université". Sur son site, l’université précise que chaque étudiant "doit venir équipé".

Toulouse-I. Depuis le 27 juillet, l’université Toulouse-I Capitole rend obligatoire le port du masque sur la totalité du campus, notamment dans les bureaux si plusieurs personnes travaillent ensemble. Une signalétique "sanitaire" a également été installée avec le sens de circulation dans les bâtiments, ainsi que des points d’entrée et de sortie différenciés. Des bornes de gel hydroalcoolique sont disposées sur tous le campus. Trente médiateurs vont accompagner, pendant le mois de septembre, les personnes présentes sur le campus dans le respect des consignes sanitaires. Les enseignants sont pourvus d’un "kit sanitaire" destiné à nettoyer leur place d’enseignement entre chaque cours. Les personnels sont dotés de cinq masques réutilisables, de gel et de lingettes désinfectantes.

Toulouse-II. À compter du 24 août 2020, le port du masque est obligatoire sur" l’ensemble des espaces clos et ouverts de l’ensemble des sites" de l’université Toulouse-II Jean-Jaurès "à l’exception des bureaux individuels lorsque les personnes qui les occupent habituellement s’y trouvent seules", indique l’arrêté pris par Emmanuelle Garnier, sa présidente, le 20 août. L’établissement va également fournir du gel hydroalcoolique et des masques aux personnels et étudiants, précise-t-il à AEF info.

Montpellier-III. La présidence de Montpellier-III Paul-Valéry rend obligatoire le port du masque sur la totalité de ses campus, en intérieur et en extérieur. Deux masques lavables 50 fois seront distribués aux étudiants à la rentrée. Des "brigades" d’étudiants seront mises en place à partir du 7 septembre pour expliquer aux nouveaux entrants les gestes barrières. Ils seront rémunérés sous forme de vacations. Ce dispositif complétera les "journées d’accueil personnalisées" instaurées cette année pour accueillir les néobacheliers une semaine avant la rentrée du 14 septembre. L’université a commandé 45 000 masques au total et envisage de les remplacer régulièrement, précise la présidence à AEF info. 400 distributeurs de gel sont déployés sur le campus.

Caen. "Le port du masque est obligatoire quelles que soient les conditions, indique le président de l’Unicaen, Pierre Denise, le 26 août 2020. L’université en distribuera aux étudiants "qui n’ont pas les moyens financiers" pour en acquérir, soit environ 5 000 personnes. La constitution de stocks de masques chirurgicaux devrait coûter 100 000 euros, l’Unicaen espérant une aide de la CPAM. Des campagnes de dépistage seront organisées sur les campus avec la préfecture et l’ARS de Normandie, qui prend en charge leur financement. Pierre Denise ajoute que des masques de type FFP2 seront fournis "pour certains TP où il faut une plus grande protection". Par ailleurs, en fonction de l’évolution de l’épidémie, les étudiants et les personnels se verront proposer en octobre une vaccination gratuite et non-obligatoire contre la grippe "pour éviter deux épidémies simultanées qui surchargeraient le système de santé, d’autant que les symptômes peuvent être les mêmes". Enfin, une vingtaine d’emplois étudiants sont prévus pour des actions de sensibilisation.

Havre. Le port du masque est obligatoire dans l’ensemble des espaces communs clos de l’université du Havre. Les étudiants devront venir avec leurs propres masques, du gel hydroalcoolique et des lingettes désinfectantes seront à leur disposition.

Évry. Le 25 août, l’université d’Évry indiquait sur son site que "Le masque est rendu obligatoire pour tous dans les espaces intérieurs et son port est recommandé dans les espaces à ciel ouvert". Le protocole sanitaire initial, daté du 21 juillet, sera actualisé en conséquence après un CHSCT le 31 août. Par ailleurs, l’établissement précise à AEF que deux masques en tissus lavables 30 fois seront distribués aux élèves "à compter de la mi-septembre après inscription en ligne".

Rouen. Par arrêté du 24 août 2020, le port du masque est obligatoire dans les locaux de l’université de Rouen. Les étudiants devront se munir de leurs propres masques et auront chacun à disposition un flacon de gel hydroalcoolique rechargeable aux bornes présentes dans tous les lieux d’accueil sur les campus. Pour les cours de TP "à risques spécifiques" comme la chimie ou la biologie, l’université fournira un masque en début de cours à l’ensemble des étudiants.

Inspé Centre Val de Loire. À l’Inspé de Centre Val de Loire, les fonctionnaires stagiaires entrant en M2 Meef sont venus masqués lors de leur séminaire de pré-rentrée le 24 août. "Nous leur avions demandé d’apporter leur matériel personnel, dont les masques, en amont lorsque nous leur avions envoyé les consignes de ce séminaire", explique Pascale Catoire, directrice adjointe de l’institut et responsable pédagogique de la formation master Meef 2nd degré. "Au cas où certains n’en auraient pas, nous avons prévu un stock de masque mais, le premier jour, nous n’avons pas eu besoin d’en distribuer", remarque-t-elle. Le masque est obligatoire lorsqu’il n’y a pas 1 m de distance, comme le précise la circulaire de rentrée publiée le 6 août. "Mais, généralement, les étudiants le gardent. Pour la rentrée, le 1er septembre, nous nous allons sans doute rendre le port du masque obligatoire."

Ce séminaire traditionnel se déroule dans des conditions particulières cette année : "Les trois jours d’accueil, en présence de la rectrice et du directeur d’Inspé se font en présentiel, mais nous avons maintenu les autres journées avec les formateurs mais en petits groupes", précise Pascale Catoire. Les fonctionnaires stagiaires ne changent pas de classes ni de places durant cette période.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Malika Butzbach, journaliste