Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°633387

Il est temps d’encourager l’autonomie des agents de terrain (tribune)

Le fonctionnement "archaïque" des administrations centrales doit être revu hors objectifs budgétaires et selon des méthodes nouvelles, tout comme les relations État-collectivités. C’est la position défendue en juillet 2020 par l’agence de design d’intérêt général Vraiment Vraiment dans une tribune sur les leçons à tirer de la crise sanitaire liée au Covid-19 en matière d’action publique. Elle propose aussi d’intégrer la question de la qualité de vie au travail dans les programmes de transformation publique. Une étape indispensable pour rendre "désirables" ces réformes de l’État.

Pour l'agence de design public Vraiment Vraiment, recenser les initiatives innovantes ayant impliqué des agents pendant le confinement permettrait d'imaginer une "transformation publique incarnée, ancrée, désirable" Pixabay

Une feuille de route pour la nouvelle ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, nommée début juillet. Voilà à quoi pourrait s’apparenter la contribution rédigée par Romain Beaucher, associé de l’agence de design public Vraiment Vraiment sur les enseignements à tirer de la crise du printemps dernier en matière d’action publique (1).

Cette période aurait pu être l’occasion de repérer les faiblesses ou dysfonctionnements des dispositifs publics qui ont été révélés ou aggravés par le confinement (orientation, protection de l’enfance, lutte contre les violences faites aux femmes, littératie en santé, conseils de quartier…), pour les "réparer" à court terme et les améliorer durablement. Malheureusement, en dehors des secteurs mobilisés face à l’épidémie (santé, inclusion numérique), "la tétanie a plutôt prévalu", déplore l’agence de design, qui formule dix propositions.

ne plus réformer "contre" les agents

En préambule, Vraiment Vraiment rappelle que la transformation publique est "une affaire politique – et pas seulement technique –  qui doit être conçue et pilotée comme telle" (portage, suivi, mise en débat, attention portée aux "formes" que prennent concrètement les réformes, symboles).

Concrètement, le co-fondateur de l'agence de design Romain Beaucher appelle le gouvernement à repenser les actions de transformation publique en y intégrant systématiquement les enjeux de qualité de vie au travail afin de "renouer le fil d’une transformation désirable". "Depuis 2007, la transformation publique s’est largement construite contre les agents et au mépris de leur qualité de vie au travail : réduction d’effectifs, dissonance des consignes, management par les chiffres au détriment du sens", met-il en avant. Une démarche qui rend "progressivement impossible toute réforme, y compris fondée sur de bonnes intentions".

 

"L’autonomie et la responsabilité des agents doivent être renforcées."

Romain Beaucher, agence de design Vraiment vraiment

Parallèlement, l’autonomie et la responsabilité des agents doivent être renforcées, et un "devoir d’initiative" instauré. Le travail quotidien des agents publics de terrain pourrait être mieux valorisé et de façon régulière. Et ce au-delà des initiatives ponctuelles nées pendant le confinement en faveur des soignants.

Recueillir les initiatives innovantes menées pendant la crise sanitaire serait l’occasion de donner réellement la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas souvent, comme les professeurs, travailleurs sociaux, policiers, responsables de la voirie (ceux "qui ne montent pas de startup d’État et ne participent pas aux ateliers collaboratifs de la DITP"). "Tous ont fait l’expérience à la fois intime et collective de la crise, et ils ont imaginé des manières de continuer à travailler." Et "toutes les innovations et initiatives utiles ne sont pas aussi photogéniques qu’un train [médicalisé] ou un masque sorti d’une imprimante 3D."

REVOIR LES MODES DE TRAVAIL

L’agence de design juge également nécessaire de transformer les modes de travail et de décision interministériels trop "indigents et très en retard sur les standards". Pendant la crise sanitaire du printemps, des formats plus souples et agiles se sont mis en place. Les RIM (réunions interministérielles) devraient être l’un des dispositifs à revoir en priorité, selon Vraiment vraiment, qui a consacré en début d’année une note très critique sur ce dispositif.

En matière d’outils de pilotage, les fonctions d’anticipation, de transformation de l’action publique et d’ingénierie au service des territoires et de leur cohésion devraient être rassemblées. Or elles sont actuellement éclatées en France Stratégie, la DITP, la Dinum et l’ANCT. L’agence préconise donc de "profiter du site de Ségur [situé dans le 7e arrondissement de Paris], partagé par beaucoup, pour faire travailler réellement ces entités ensemble". Les collectivités locales et la société civile devraient aussi être associées aux projets.

Enfin, Vraiment Vraiment suggère d’imaginer des manières de recruter et de former des "réservistes de l’action publique". Ceux-ci pourraient être issus de rangs de la fonction publique non mobilisés en "première ligne" ou de la société civile. Un moyen d’augmenter la puissance de l’action publique en cas de nouvelle crise.

(1) La contribution de l’agence Vraiment Vraiment avait été initialement publiée en mai 2020 sur le site de France stratégie dans le cadre d’un appel à idées pour imaginer le monde d’après crise sous le titre : "Reboot d’AP 2022 : autoriser, outiller, financer l’initiative des agents publics".

L'agence de design accompagne et conseille les administrations publiques des trois versants pour leurs projets de transformation.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Florianne Finet, journaliste