Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°632461

Le département du Val-de-Marne s’engage à lutter contre les discriminations envers les agents LGBT

Le conseil départemental du Val-de-Marne devrait signer à la rentrée la charte d’engagement LGBT+ de l’association l’Autre Cercle. L’objectif est de promouvoir la diversité au sein de la collectivité francilienne et de prévenir les discriminations à l’encontre des personnes LGBT+ (personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres) dans le monde du travail.

Nantes est l'une des 21 collectivités ayant déjà signé la charte de l'Autre cercle pour lutter contre les LGBTphobies MaxPPP - PHOTOPQR/PRESSE OCEAN/MAXPPP

Le Val-de-Marne devrait devenir la 22e collectivité territoriale à s’engager contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle de ses agents. Présidé par le communiste Christian Favier, le conseil départemental a adopté début juillet 2020 une délibération prévoyant la signature de la charte élaborée par l’association l’Autre cercle.

veiller à l’égalité de droits

Ce document fixe les bonnes pratiques à adopter au sein des administrations et entreprises pour favoriser l’inclusion des agents et salariés LGBT+ (personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres) (1). Il s’agit aussi de lutter contre les LGBTphobies, définies comme des sentiments ou manifestations de "rejet, mépris ou haine envers les personnes perçues comme LGBT+".

Le département devra s’engager à "créer un environnement inclusif pour les collaborateurs et les collaboratrices LGBT" et à "veiller à une égalité de droits et de traitement entre tou-te-s les collaboratrices et collaborateurs quelles que soient leur orientation sexuelle et identité sexuelle ou de genre".

Les services RH et les cadres devront être formés aux enjeux de la non-discrimination dans le recrutement et la gestion des carrières. Il s’agit aussi de vérifier que les règles internes "ne permettent aucune discrimination", prévoit la charte. Parallèlement, ceux et celles qui sont victimes de propos ou d’actes discriminatoires  devront être soutenus par la direction de la collectivité, en agissant de manière concertée avec les syndicats.

Pour mettre en application ces principes et formaliser un plan d’action, l’association l’Autre cercle proposera un accompagnement aux services du département.

Voici la liste des principaux employeurs publics ayant signé la charte :

- État : ministère du Travail, des Solidarités et de la Santé, de la Culture, des Sports, secrétariat d’État à l’Égalité femmes-hommes, Universciences.

- Fonction publique territoriale : région Île-de-France, départements du Haut-Rhin et de la Seine-Saint-Denis, métropoles de Dijon et de Nantes, villes d’Avignon, Bordeaux, Dijon, Nancy, Paris, Saint-Denis, Strasbourg, Toulouse ou encore le Grau du Roi.

(1) Le signe + vise à inclure les personnes intersexes, les autres orientations sexuelles non-hétérosexuelles et autres identités où le genre ressenti d’une personne ne correspond pas au sexe assigné à sa naissance.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Florianne Finet, journaliste