Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Commission européenne rappelle aux États membres leur devoir de protéger les travailleurs saisonniers

La Commission européenne a présenté, jeudi 16 juillet 2020, des lignes directrices concernant la protection des travailleurs saisonniers dans l’UE dans le contexte de la pandémie de Covid-19. À travers des exemples d’actions concrètes à l’échelon national et européen, elle demande aux autorités nationales, aux inspections du travail et aux partenaires sociaux d’agir pour garantir les droits, la santé et la sécurité des travailleurs saisonniers "indispensables mais pourtant vulnérables", citoyens de l’UE ou non. Certains secteurs de l’économie de l’Union dépendent des travailleurs saisonniers.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Violence et harcèlement au travail : la Commission européenne encourage les États à ratifier la convention de l’OIT

La Commission européenne a adopté une proposition de décision du Conseil autorisant les États membres à faire avancer le processus de ratification au niveau national de la convention de l’OIT sur l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail. Cette dernière, adoptée en juin 2019 (lire sur AEF info), est le premier instrument international établissant des normes mondiales sur le harcèlement et la violence liés au travail. Le texte reconnaît notamment que la violence et le harcèlement au travail peuvent être une violation des droits de l’homme, menaçant l’égalité des chances. Seuls les États membres peuvent ratifier ces conventions. Lorsque l’instrument de l’OIT touche aux compétences de l’UE, une décision du Conseil autorisant la ratification est requise.

Lire la suiteLire la suite