Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Les propositions de la Fédération du service aux particuliers pour relancer le secteur très touché par la crise sanitaire

Accélérer le crédit d’impôt instantané et la contemporanéité pour créer massivement de l’emploi, mettre en place une politique ambitieuse de formation et favoriser le secteur de la petite enfance. Voilà les trois axes des d'action de la Fesp présentées ce mardi 21 juillet 2020 au plan de relance post-Covid 19 qu’elle souhaite proposer au gouvernement et aux parlementaires. Rappelant que le secteur des services à la personne a été très sévèrement touché durant la crise du Covid-19, la fédération se dit notamment prête à former 10 000 jeunes et à les accompagner dans le marché de l’emploi.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Services d'aide à domicile : la FESP propose une « refonte en profondeur » des modes de régulation et de tarification

Les difficultés que connaît aujourd'hui le secteur de l'aide à domicile « invitent à une refonte en profondeur des modes de régulation et de tarification » qui doit prendre en compte « les réalités de l'ensemble des acteurs présents sur le secteur, quels que soient leurs statut et régime ». C'est ce que souligne la fédération des entreprises de service à la personne qui présente, vendredi 10 février 2012, ses propositions visant à mettre en place une expérimentation - ainsi que la LFSS 2012 le permet - alternative à celle de l'ADF et du collectif des fédérations d'associations de maintien à domicile (AEF n°232283). La FESP reproche notamment à l'expérimentation de l'ADF et des associations de maintien à domicile d'exclure les entreprises du dispositif alors qu'elles représenteraient près du tiers des prestataires au niveau national. Pour prendre en compte cette diversité des acteurs, l'expérimentation proposée par la FESP reposerait sur quatre principes : le respect du libre choix du bénéficiaire des services entre une structure agréée ou autorisée ; la possibilité pour toutes les structures du secteur de participer à l'expérimentation, l'interdiction des subventions aux structures associatives et le respect des principes de non discrimination et de libre concurrence.

Lire la suiteLire la suite