Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Journal de crise : malgré le déconfinement, il est parfois difficile de faire revenir les personnels sur site (épisode 22)

Alors que le déconfinement est théoriquement en œuvre depuis le 11 mai, un certain nombre d’universités restent étrangement vides. Certes, il n’a jamais été permis aux étudiants de revenir, mais ce n’est pas le cas pour les personnels. Or si les directions d’établissements sont soucieuses de recréer du collectif et des liens informels, elles se heurtent au "syndrome de l’escargot", avec des agents qui ont découvert qu’ils étaient mieux chez eux. Si la problématique est prégnante en Île-de-France, notamment en raison de la densité des transports en commun, elle se pose aussi en région. Certains établissements, ont fait le choix d’un retour progressif pour "acculturer" les agents à la vie post-Covid, alors que d’autres ont imposé un retour massif. Quoi qu’il en soit, la crise sanitaire aura eu un effet imparable : accélérer la mise en place du télétravail dans les universités.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Pas facile de se "déconfiner". Fatigue émotionnelle, perte de motivation, peur d’être contaminé, peur de transmettre le virus à son entourage, angoisse à l’idée de retrouver son quotidien stressant, risques de conflit entre les collègues qui respectent les gestes barrières et ceux qui ne le font plus : les raisons qui conduisent au "syndrome de l’escargot", et donc à l’envie de rester chez soi, dans sa coquille, sont nombreuses. Au départ, beaucoup ont invoqué les difficultés de garde, les écoles ayant tardé à reprendre les enfants. Mais même depuis le 4 juillet, date de début des vacances scolaires, les bâtiments administratifs des campus restent assez déserts. "Certains agents ont fait un amalgame entre les étudiants, dont le retour n’est possible qu’à la rentrée de septembre, et la reprise du travail sur site pour les agents", déclare Thibault Pierre, DGS de l’université de Nanterre.

Mi-juillet, il constate que "seuls 20 % des personnels travaillent sur place". S’il a demandé aux équipes de revenir en juillet, sauf cas particuliers liés à des problématiques de santé, il constate que, "pour le moment, c’est encore compliqué". Il relève de manière anecdotique que durant la première semaine de juillet, le Crous n’a servi qu’une soixantaine de repas. "Même si les gens apportent leur déjeuner, je pense que c’est quand même un indicateur du peu de personnels actuellement présents dans les locaux."

Transport et chaleur

Ce constat est largement partagé dans les universités parisiennes, même si peu de nos interlocuteurs ont accepté d’en parler ouvertement. Pour Jean Chambaz, président de Sorbonne université, ce phénomène est lié au contexte spécifique de l’Île-de-France, caractérisé par la densité des transports en commun et les temps de trajets, certains personnels habitant à 1h30 de leur lieu de travail. "Évidemment, quand on nous demande de respecter les gestes de distanciation, ce qui est très important pour maîtriser l’épidémie, les gens hésitent à reprendre les transports en commun", relève-t-il.

Thibaut Pierre juge pourtant que "c’est le bon moment pour revenir dans les locaux, en profitant de la période estivale en général plus calme, pour réinstaller une routine". Il ajoute que les personnes qui reviennent "se rendent compte que la reprise des transports se passe plutôt bien. C’est une façon moins brutale que de revenir en septembre, quand le rythme aura vraiment repris", estime-t-il.

Thierry Fratti, élu Sgen-CFDT au CHSCT de Paris-III, ajoute une autre difficulté : le fait que les climatisations et ventilations soient interdites. "Cela rend le retour invivable dans certains bâtiments de type Pailleron comme à Censier, avec de grandes baies vitrées, où il peut faire 37 à 38 °C dans les bureaux", avance-t-il.

reprise progressive d’activité

Dans son établissement, la reprise a été progressive. Fin juin, il a été demandé aux agents de reprendre en hybride : trois jours par semaine de présentiel, deux jours de télétravail. Puis à temps plein à compter du 11 juillet.

Même chose du côté de Sorbonne université : "Nous avons mis en place des mesures progressives d’activité, mais en demandant que l’ensemble des personnels reviennent sur site, avant de prendre quatre semaines de congés d’été d’affilée afin d’être en mesure de reprendre l’année prochaine d’une bonne façon", explique Jean Chambaz. "J’ai constaté que les gens peuvent avoir de l’appréhension à faire ces longs transports. Mais ils éprouvent un énorme plaisir à revenir sur le campus et retrouver les collègues. Ils sont contents d’être revenus." Un constat partagé par Thierry Fratti : "Les agents qui sont revenus sont plutôt contents de retrouver leurs marques, et me disent que pour eux, c’est un moyen de passer à autre chose, d’aller de l’avant."

le déconfinement plus complexe à gérer que le confinement

La difficulté de faire revenir les personnels sur site ne s’éprouve cependant pas qu’à Paris. "Organiser le déconfinement s’avère finalement plus complexe qu’organiser le confinement", constate Xavier Leroux, président de l’université de Toulon. "Je constate de grands écarts entre ceux qui veulent revenir très vite et ceux qui refusent, pour des raisons multiples. Il faut arriver à gérer ces écarts psychologiques quand sur un même site, un labo veut reprendre comme avant en une semaine, et un autre veut y aller tout doucement."

À Nice, 20 % des personnels des labos sont revenus sur site lors de la reprise, ils étaient 50 % mi-juillet, et la présidence espère atteindre 80 % à fin juillet. La difficulté a été d’organiser "techniquement" le déconfinement et de "faire en sorte que toute la communauté revienne sur site en toute confiance", explique Jeanick Brisswalter, président d’université Côte d’Azur. "Nous avons anticipé suffisamment tôt l’achat de masques et de gel hydroalcoolique, adapté les plannings pour permettre à chacun de revenir même si c’est peu, et mis en place une commission d’examen pour les personnes qui présentent des contre-indications au retour mais souhaitent quand même revenir", poursuit-il.

"acculturer", "sevrer" ?

À l’université de Lorraine, le retour a été progressif, le seuil "plafond" de 30 % de personnels en présentiel ayant été levé à partir du 11 juin. "L’idée est de se dire : Oui, le virus est là, mais il faut que les agents (hormis les personnes vulnérables) apprennent à vivre avec. Ouvrir les portes avec les pieds, le gel, les gestes barrière…", explique Sébastien Lajoux, DGA délégué aux RH. "Nous n’avons pas demandé à tout le monde de revenir en même temps mais progressivement : c’est une acculturation à la vie de bureau en présence du Covid."

Ce n’est pas le chemin choisi par la DG de Toulouse business school : les personnels n’ont pas eu le choix. Et pas question de progressivité. "Tout notre personnel a repris le chemin de l’école fin juin", se félicite Stéphanie Lavigne, les parents d’enfants scolarisés ayant eu un délai jusqu’au 10 juillet. "Ça fait plaisir d’être dans une dynamique de retour à l’école. Certains personnels ont eu un peu de mal à revenir car être à la maison, c’était plus confortable. Mais il n’y avait pas de raison de rester à la maison, sauf dans certains cas particuliers et après négociations avec le manager."

La DG précise que "certaines personnes s’attendaient à un retour progressif, comme s’il y avait une espèce de 'sevrage' du travail à la maison. Ils pensaient revenir un jour par semaine la 1re semaine, puis deux jours, etc." Une hypothèse qu’elle a rejetée. "Nous avons accentué les messages et la communication interne sur ce qu’on avait mis en place dans l’école pour assurer la sécurité des personnels. Pour les rassurer, nous avons beaucoup investi dans la sécurité sanitaire. Nous avons aussi fait une communication appuyée sur le fait que nous sommes un collectif. Au final, la reprise s’est beaucoup mieux passée que ce qu’on avait anticipé."

"Recréer du collectif, remettre de la cohésion, de l’informel dans les échanges", c’est aussi un besoin que ressent Thibaut Pierre, DGS de l’université Paris-Nanterre. D’autant que son établissement vient de se doter d’une nouvelle gouvernance. "Il faut préparer la rentrée, nous avons une nouvelle équipe présidentielle et une nouvelle offre de formation. Pour certains, qui seront restés chez eux de mars à septembre, cela fera six mois sans avoir mis les pieds à l’université", s’inquiète-t-il.

déploiement de télétravail

Quoi qu’il en soit, des nouvelles habitudes de télétravail semblent définitivement prises. Tous les établissements qui n’avaient pas encore mis en place de charte de télétravail vont s’y atteler. Jean Chambaz annonce par exemple un plan de 2 à 3 M€ sur l’année qui vient pour "déployer un télétravail très structuré, avec une formation et du matériel ergonomique" pour "1 000 collègues". "Cela se décidera dans chaque service. On met les moyens pour ceux qui souhaitent en bénéficier. Car l’expérience a prouvé que même avec le télétravail imposé, on pouvait avoir une université organisée."

La crise a également accéléré la mise en place d’une charte du télétravail à Paris-III, votée en CA le 10 juillet, abordant le télétravail organisé, le télétravail exceptionnel (en cas de crise) ou le télétravail occasionnel (en cas de grève des transports ou de météo extrême), note Thierry Fratti, élu Sgen-CFDT au CHSCT de la Sorbonne Nouvelle.

Michel Deneken, président de l’université de Strasbourg, se montre quant à lui plus prudent : "Les personnels ont découvert les joies du télétravail, mais aussi les craintes et déconvenues. Dans certains services, il va se développer ; mais dans d’autres, cela pose question." À suivre !

Retrouvez tous les épisodes du "journal de crise" d’AEF info

 
  • "L’union sacrée", le temps de gérer les urgences (épisode 1). Publiée le 30/03/2020 - dépêche n° 624838
  • Entre attente de directives de la part du MESRI et suractivité des réseaux professionnels (épisode 2). Publiée le 30/03/2020 - dépêche n° 624865
  • L’ESR a basculé en télétravail massif sans y être préparé. Quels sont les points d’alerte ? (épisode 3). Publiée le 31/03/2020 - dépêche n° 624732
  • Réfléchir à la reprise des activités sans connaître les conditions du déconfinement (épisode 4). Publiée le 06/04/2020 - dépêche n° 625252
  • Comment s’organisent l’accompagnement social et le suivi sanitaire des étudiants isolés ? (épisode 5). Publiée le 07/04/2020 - dépêche n° 625143
  • Travailler à des scénarios en mode "science-fiction" commence à "user" les personnels (épisode 6). Publiée le 13/04/2020 - dépêche n° 625741
  • Comment l’ESR fait face à l’arrêt des chantiers immobiliers et gère la timide reprise ? (épisode 7). Publiée le 16/04/2020 - dépêche n° 625790
  • Un "coup sur la tête". Les annonces d’E. Macron laissent beaucoup de questions en suspens (épisode 8). Publiée le 20/04/2020 - dépêche n° 626203
  • Les établissements craignent un reflux des mobilités d’étudiants venant d’Afrique (épisode 9). Publiée le 22/04/2020 - dépêche n° 626077
  • Recruter ses enseignants-chercheurs en visio ? L’idée a finalement fait son chemin (épisode 10). Publiée le 24/04/2020 - dépêche n° 626437
  • Les établissements sous pression face à l’impatience et l’inquiétude des personnels (épisode 11). Publiée le 28/04/2020 - dépêche n° 626768
  • Dans quelles conditions les établissements d’ESR préparent-ils leur reprise le 11 mai ? (épisode 12). Publiée le 05/05/2020 - dépêche n° 627096
  • La situation des étudiants précaires s’aggrave et la crise sociale risque de durer (épisode 13). Publiée le 08/05/2020 - dépêche n° 626779
  • Comment les dirigeants de l’ESR conçoivent leur rôle, jusqu’ici surtout tourné vers l’interne ? (épisode 14). Publiée le 11/05/2020 - dépêche n° 627097
  • Une première semaine de déconfinement où presque rien n’a changé (épisode 15). Publiée le 18/05/2020 - dépêche n° 627947
  • Les universités s’inquiètent de l’impact financier de la crise et se tournent vers l’État (épisode 16). Publiée le 19/05/2020 - dépêche n° 627993
  • Le difficile exercice de la reconnaissance de l’investissement des personnels pendant la tempête (épisode 17). Publiée le 28/05/2020 - dépêche n° 628027
  • Comment les BU fermées organisent malgré tout un service pour répondre aux attentes (épisode 18). Publiée le 29/05/2020 - dépêche n° 628053
  • Comment les DSI ont été perçues comme des directions stratégiques en quelques semaines (épisode 19). Publiée le 11/06/2020 - dépêche n° 627910
  • Les doyens et directeurs de composante, "premiers de corvée" ? (épisode 20). Publiée le 25/06/2020 - dépêche n° 630284
  • Comment la pandémie a bouleversé la prise de poste des nouveaux recteurs ESRI (épisode 21). Publiée le 29/06/2020 - dépêche n° 628025
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Gwénaëlle Conraux, journaliste