Dépêche n°630709

8 min de lecture

Par Malika Butzbach

Publiée le 30/06/2020 à 18h27

L’effet orientation de la loi ORE augmenterait de 2 points la part de néobacheliers obtenant plus de 50 ECTS en L1 (Sies)

Trois ans après l’entrée en vigueur de la loi ORE, comment mesurer les impacts de celle-ci ? Une note du Sies, publiée le 30 juin, analyse l’avancée des étudiants dans leur parcours par les crédits ECTS accumulés progressivement. Si les taux de réussite globaux ne sont pas disponibles, les modifications observées à la rentrée 2018 au niveau des néobacheliers inscrits en L1 "devraient se traduire par une hausse significative, de 2 points, de la part de ceux obtenant plus de 50 ECTS sur les 60 nécessaires à la validation de l’année". L’étude se concentre également sur les dispositifs "oui si".

Cet dépêche est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
À lire aussi
Lire la suite

Loi ORE, Parcoursup : les 15 recommandations de la Cour des comptes, qui plaide pour une "évolution qualitative du système"

Renforcer la politique d’orientation au lycée, rendre publics les "algorithmes locaux" utilisés par les CEV, intégrer dans le dialogue de gestion les indicateurs de performance relatifs à la loi ORE… Ce sont quelques-unes des 15 propositions que formule la Cour des comptes dans son rapport sur "Un premier bilan de l’accès à l’enseignement supérieur dans le cadre de la loi ORE" qu’elle remet le 27 février 2020 au Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale. "Il convient désormais de conduire l’évolution qualitative du nouveau système", estime la Cour.

Lire la suite

Lire la suite

À découvrir
Lire la suite

Lire la suite

Lire la suite