Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

"La tenure-track n'est pas un cheval de Troie qui remet en cause les statuts" (Philippe Mauguin à l'Assemblée nationale)

"Il est utile d’expérimenter les tenure-tracks en France, pas de les généraliser car nous savons que notre communauté est très attachée au principe du concours", assure Philippe Mauguin, PDG d’Inrae, lors d’une audition l’Assemblée nationale, le 24 juin 2020, aux côtés de Gilles Bloch (Inserm), Antoine Petit (CNRS) et Bruno Sportisse (Inria). "Ce n’est pas un cheval de Troie qui remet en cause les statuts mais bien quelque chose en plus", ajoute-t-il. Pour Antoine Petit, "c’est un outil mis à la disposition des établissements qui pourront se l’approprier ou non". Ils donnent ainsi leur point de vue sur la LPPR.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement