Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Covid-19 et maladie professionnelle : des textes en préparation pour les soignants et non-soignants

Le secrétaire d'État Laurent Pietraszewski, chargé de la protection de la santé des salariés contre l’épidémie de Covid-19 auprès de la ministre du Travail, a indiqué mardi 16 juin 2020 à l’Assemblée que "des décrets" seraient présentés "dans les jours qui viennent" sur la reconnaissance du Covid-19 en maladie professionnelle. Ils devraient être examinés le 1er juillet en CAT-MP.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
FO et CFDT demandent à nouveau la reconnaissance du Covid-19 en maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

La reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle ne doit pas concerner les seuls soignants, selon FO et la CFDT. Ils réagissent aux propos du ministre de la Santé Olivier Véran, qui a évoqué le 22 avril 2020 une reconnaissance "automatique" pour le personnel soignant. "Cela apparaît très largement insuffisant au vu de l’effort national qui est demandé à de nombreux travailleurs", estime FO, qui réclame une reconnaissance automatique pour "tous les salariés exposés dans le cadre de leur activité". De son côté, la CFDT réitère sa demande de création d’un "dispositif ad hoc pour tous les travailleurs mobilisés dans cette période". "Quels que soient son secteur d’activité et son métier, le travailleur qui aura été exposé et contaminé et qui subira une atteinte durable à sa santé […] devra bénéficier d’une reconnaissance de cette exposition sans avoir à en apporter la preuve".

Lire la suiteLire la suite