Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Perturbations des E3C : une intersyndicale réclame au rectorat de Poitiers la levée des sanctions au lycée de Melle

Les syndicats CGT Éduc’action, Snes-FSU, SNFOLC et SUD-Éducation de l’académie de Poitiers ont demandé le 7 juin 2020 l’annulation des procédures disciplinaires à l’encontre des trois professeurs syndiqués du lycée de Melle (Deux-Sèvres), mobilisés en début d'année contre les E3C. Mi-mars, ils avaient été suspendus pendant quatre mois à titre conservatoire et une enquête administrative est en cours dans l’établissement. L’intersyndicale réclame la transparence sur le contenu de cette enquête. Le rectorat répond qu’elle vise à restaurer la sérénité dans l’EPLE, en crise depuis plusieurs mois.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
E3C : Jean-Michel Blanquer envisage la "délocalisation" des épreuves en cas de nouveaux blocages

La première session des E3C doit se terminer mi-mars pour les élèves de première. Certains établissements organisent donc encore ces épreuves, notamment ceux qui avaient dû les reporter. Or, certains lycées sont encore perturbés et le passage des épreuves bloqué, comme dans 4 établissements du Val-de-Marne, selon Le Parisien. Interrogé sur LCI le 3 mars 2020, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer estime qu’il s’agit d’une "toute petite minorité de lycées. Sur 1 740 000 copies que nous devions avoir, 1 700 000 ont été faites", précise-t-il. Néanmoins, s’il s’avérait que des blocages empêchent définitivement le passage des E3C, "on envisage la délocalisation [des épreuves], qui est l’ultime parade. Mais cela concerne moins d’1 % des établissements", explique Jean-Michel Blanquer. Et si des élèves refusent encore de composer, "ils auront zéro", assure le ministre.

Lire la suiteLire la suite