Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°627153

L’apprentissage face à la crise (3/4) : les CFA d’entreprise révisent calendrier d’ouverture et campagne de recrutement

Alors que le développement des CFA d’entreprise devait être un des points d’orgue de mise en œuvre de la réforme du 5 septembre 2018, il est difficile d’envisager un pire contexte que celui du confinement pour lancer ce type d'établissement. Pourtant, la grande majorité des projets se poursuit, avec certes parfois des dates d’ouverture différées comme pour le CFA des Chefs, le CFA d’Engie ou encore celui d'ADP, mais partout des candidats à l'apprentissage qui ont répondu positivement aux campagnes de prérecrutement menées exclusivement en ligne.

Une grande majorité des CFA d'entreprise interrogés par AEF info sont satisfaits des campagnes de recrutement menées en ligne, avec parfois même une progression des candidatures par rapport à l'année dernière. CFA Saint-Hilaire-de-Chardonnet

Dans le cadre du troisième des quatre volets de sa série consacrée aux conséquences de la crise sanitaire sur l'appareil de formation en alternance, AEF info propose de faire le point sur l’impact sur les calendriers d'ouverture et les campagnes de recrutement d'une sélection de CFA d’entreprise (1).

"Le CFA des Chefs aurait dû intégrer près de 500 alternants en 2020 à Paris, Lyon et Marseille, soit en CAP cuisine, soit en titre professionnel de cuisinier (niveau 3). Nous avions prévu des sessions au printemps et en septembre. Le CFA devait donc commencer ses premières formations à la fin du mois de mars, mais l’ouverture a été reportée à septembre 2020 et nous n’ouvrirons que 400 places", explique Françoise Merloz, la directrice de cet établissement, le futur premier CFA interentreprises lancé par Accor, AccorInvest, Adecco, Korian et Sodexo (lire sur AEF info).

reports en série

Alors que l’ouverture des CFA d’entreprise a été grandement facilitée par la loi du 5 septembre 2018 devait être un des temps forts de la libéralisation de l’apprentissage en 2020, le calendrier des projets d’ouverture a été percuté par la crise du Coronavirus. Et le CFA des Chefs n’est pas le seul concerné. C’est le cas également pour le CFA que devait inaugurer Engie en septembre et dont l’ouverture a été reportée au mois de janvier 2021. Même scénario pour ADP qui a renvoyé à 2021 l’ouverture de son CFA qui devait elle aussi avoir lieu à la rentrée 2020.

"Il pourra y avoir des décalages de planning, mais les directions générales n’ont pas mis de terme aux projets : tous les projets que nous suivons ne sont pas remis en question, souligne Yann Bouvier, chargé de mission à la Fipa (Fondations innovations pour les apprentissages) (lire sur AEF info). Que ce soit chez Engie, Saint-Gobain, Orange ou Lactalis, ils sont en passe d’être finalisés. Par ailleurs, les CFA d’entreprise qui sont déjà ouverts ont pu assurer globalement la continuité pédagogique, ce qui a permis de doter les entreprises d’outils d’enseignement à distance (voir encadré)."

objectifs maintenus

Si plusieurs entreprises se sont vues contraintes de décaler leur calendrier d’ouverture, d’autres l’ont ainsi maintenu tandis que d’autres encore disposaient déjà d’un CFA. Ce dernier cas est celui du réseau de CFA hors les murs de La Poste, Formaposte. Actuellement, les trois structures interrégionales de Formaposte forment entre 2 000 et 2 500 des 4 500 alternants embauchés par l'entreprise. En plus de l’Île-de-France, le groupe dispose déjà de deux directions interrégionales, la première couvre la zone Sud (Paca) et Auvergne-Rhône-Alpes, et la seconde la Nouvelle-Aquitaine et les Pays-de-la Loire. Pour sa session de septembre, Formaposte souhaite recruter 1 000 apprentis en Île-de-France. Le groupe prépare en outre  l’ouverture d’une quatrième implantation régionale de CFA dans les Hauts-de-France. À terme, La Poste envisage d’internaliser dans son CFA hors les murs la formation de tous ses alternants.

L’autre cas de figure d’un calendrier maintenu est celui de Schneider Electric qui confirme l’ouverture d’un CFA en septembre. Le groupe compte accueillir une cinquantaine de jeunes en contrat d’alternance pour préparer un BTS domotique et bâtiments communicants, avec une antenne au sein de son Institut des métiers et techniques à Grenoble et une autre à Beaupréau (Maine-et-Loire).

"Nous allons ouvrir aux dates prévues, affirme François Milioni, le directeur de la formation de Schneider Electric. Cela ne pose pas de problèmes pour recruter les alternants. En revanche, c’est plus difficile de trouver des entreprises pour les accueillir sur la région nantaise, mais cela devrait se faire, car c’est une petite promotion de douze personnes. En effet, notre objectif est de faire un CFA de filière et non pas de répondre à nos besoins."

recrutement à distance

Pour les CFA d’entreprise comme pour les autres CFA, la crise sanitaire oblige de revoir l’intégralité du processus de recrutement. Si l’impossibilité d’organiser ou de participer à des évènements classiques comme des salons ou des portes ouvertes est handicapante pour le lancement d’un établissement, le CFA des Chefs a pu recruter près de 60 % des 400 personnes qui composeront ses premières promotions grâce aux technologies distancielles.

"Nous avons déployé une campagne de communication sur les réseaux sociaux pour faire savoir que nous mettons en place le mardi et le jeudi après-midi des réunions d’information collective en visioconférence", explique Françoise Merloz. "Les candidats peuvent s’inscrire en ligne et nous avons créé un test de sélection qui est également digitalisé. Il a été mis en place en janvier, donc avant le confinement, mais nous communiquons sur les réseaux sociaux pour rassurer les candidats." Par ce biais, l’objectif est de transmettre un message aux candidats : "passez les tests de sélection tout en restant chez vous, puis vous aurez un entretien téléphonique avec les services RH de nos groupes, tout le processus se fait à distance, sans exposition au Coronavirus".

pré-recrutement

Dans le cadre des campagnes de prérecrutement, il faut également prévenir les décrochages et fidéliser les candidats qui commenceront leur parcours en septembre prochain. Pour ce faire, le CFA des Chefs leur propose, avec l’Afpa, l’un de ses partenaires pédagogiques, un parcours digital de cinq semaines pour préparer la rentrée prochaine et qui donne lieu à une attestation. Les candidats seront en outre prioritaires pour toutes les offres de CDD ou d’intérim que proposent les fondateurs du CFA comme Korian ou Sodexo pendant l’été.

De son côté, le CFA des Chefs favorise le titre professionnel de cuisinier, de même niveau que le CAP cuisine, car il permet des entrées en formation tout au long de l’année scolaire. Un choix qui se révèle particulièrement judicieux avec les incertitudes qui pourraient encore peser en septembre sur la situation sanitaire. "Le contenu des référentiels du CAP et du titre professionnel est très proche, précise Françoise Merloz. Nous enrichissons les deux formations de modules complémentaires identiques, par exemple sur la communication en restauration, que ce soit avec les clients ou au sein des équipes en cuisine. Nous avons prévu également des modules relatifs au secteur santé et aux 'tendances culinaires', qui portent sur les intolérances comme celles au gluten."

disponibilité des candidats

Le directeur formation de Formaposte, Pascal Picault, n’est quant à lui pas inquiet pour le recrutement de ses promotions de septembre et enregistrait au 10 avril dernier une progression des inscriptions de 2 % par rapport à l’année précédente. "Les jeunes étant confinés chez eux, ils consacrent plus de temps à leur avenir et à se projeter, observe-t-il. Le côté anxiogène de la situation joue également et ils adhèrent au système des informations collectives à distance. Lors de notre deuxième live Instagram, le 22 avril, nous avons eu 182 connexions simultanées. Jamais nous avons eu autant d’affluence pour une réunion physique." Le directeur formation envisage désormais d’ajouter un volet digital aux futures campagnes de recrutement de Formaposte.

La continuité pédagogique dans les CFA de la Poste et de Veolia


Les CFA de Veolia et de La Poste qui préexistaient à la mise en œuvre de la réforme ont dû mettre en place un plan de continuité pédagogique pour les alternants qui étaient déjà dans un parcours lors de la mise en place du confinement. En qualité de CFA hors les murs, Formaposte s’est coordonné avec ses partenaires autour d’un plan de continuité pédagogique à trois niveaux. Le premier consiste à l’envoi des cours dématérialisés par le biais des plateformes de communication digitalisées. Le deuxième se matérialise dans une plateforme LMS et le troisième par des classes virtuelles. Formaposte a également maintenu un lien et évité le décrochage grâce à un suivi individualisé assumé par son équipe de coordinateurs, et par le biais de son application "Poster" qui permet d’interagir en permanence avec les alternants par le biais de quiz, de relances pour organiser un entretien téléphonique…

Le CFA de Veolia a, lui,  mis en place un plan de continuité pédagogique similaire. "L’objectif prioritaire du Campus Veolia a été d’avoir une approche individualisée avec un suivi au cas par cas de chaque étudiant en formation", précise Manuèle Lemaire, la directrice générale des Ressources Humaines du Campus Veolia.

Le fait que La Poste soit l’employeur des alternants de Formaposte a par ailleurs facilité l’adaptation des parcours à la situation actuelle. De même chez Veolia où l’aménagement individualisé a permis de prendre en compte les contraintes des alternants qui continuaient de travailler. "Pour organiser le suivi et s’assurer de la possibilité de chacun à pouvoir travailler dans les meilleures conditions de réussite, nous avons commencé par faire un état des lieux avec chaque alternant de leur situation, de leurs éventuelles difficultés personnelles, matérielles ou logistiques", explique Manuèle Lemaire.

(1) Lire ou relire les dépêches de la série consacrée à l'apprentissage face à la crise :

- Comment les branches se mobilisent pour éviter un effondrement des effectifs (publiée le 5 mai 2020) ;

- Les grands groupes maintiennent leurs objectifs d’embauche d’alternants (publiée le 6 mai 2020) ;

- Des chercheurs esquissent le monde d'après (publiée le 11 mai 2020).

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Cédric Morin, journaliste