Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Emploi à domicile : le chômage partiel maintenu jusqu’au 1er juin

Le dispositif exceptionnel de chômage partiel à destination des salariés à domicile "sera reconduit jusqu’au 1er juin afin d’aider les particuliers employeurs se trouvant en difficulté à rémunérer leurs salariés et protéger ces derniers contre le risque de perte d’activité", indique un communiqué des ministères de l’Économie et de la Santé. Comme pour le mois de mars, les employeurs concernés devront remplir le formulaire d’indemnisation exceptionnelle, qui est accessible sur les sites Cesu et Pajemploi. Selon Bercy, en mars, plus de la moitié des employeurs Cesu (55 %) ont eu recours au chômage partiel, ce qui représente 504 325 demandes. Sur Pajemploi, le taux atteint 32 %, soit plus de 279 530 demandes. Ce dispositif d’indemnité exceptionnelle a permis à 361 770 salariés de bénéficier d’une prise en charge de 80 % des heures non réalisées en mars pour un montant de 76 M€ au total.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La compensation des baisses d’activité des services d’aides à domicile non bénéficiaires de l’aide sociale actée par ordonnance

L’ordonnance présentée hier au conseil des ministres (lire sur AEF info) et publiée ce jeudi 16 avril au Journal officiel prévoit, dans son article 5, la compensation des baisses d’activité des services d’aide à domicile non habilités à recevoir les bénéficiaires de l’aide sociale, en prévoyant que la part des plans d’aide personnalisée d’autonomie (APA) et prestation de compensation du handicap (PCH) affectée à leur rémunération reste versée sur la base de l’activité prévisionnelle, aux bénéficiaires ou aux structures elles-mêmes, dans des conditions fixées par arrêté après concertation avec les conseils départementaux. Ceci afin d’assurer la continuité de l’accompagnement et la protection des personnes âgées et en situation de handicap. Il simplifie aussi les conditions d’extension des conventions collectives dans les établissements sociaux et médico-sociaux nécessaires.

Lire la suiteLire la suite