Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°626958

L’apprentissage face à la crise (2/4) : les grands groupes maintiennent leurs objectifs d’embauche d’alternants

De nombreux grands groupes français ont pris des engagements auprès de l’État et/ou dans le cadre d’objectifs pour augmenter le nombre d’apprentis dans leurs effectifs comme celui lancé en décembre 2018 pendant la crise des Gilets jaunes. À ce stade de la crise liée au Covid-19, les poids lourds de l’économie française tels Axa, Veolia, Engie, La Poste ou GRDF n’envisagent pas de revenir sur ces projections d’embauche d’apprentis. En pleine campagne de recrutement pour la rentrée prochaine, ils ont basculé les process en ligne avec des résultats parfois meilleurs que les années précédentes.

Une majeure partie des grands groupes interrogés par AEF info s'étaient engagés à recruter plus de 5 % d'alternants dans leurs effectifs. En dépit de la crise, ils annoncent vouloir tenir ces engagements à la rentrée prochaine. Anfa

Si les branches professionnelles sont particulièrement inquiètes des effets de la crise découlant de l'épidémie de Coronavirus sur le développement de l'alternance (lire sur AEF info), il semblerait que les grands groupes soient plus confiants. Une majeure partie de ceux interrogés par AEF info s’étaient engagés à recruter plus de 5 % d’alternants dans leurs effectifs. En dépit de la crise, ils annoncent à ce stade vouloir tenir ces engagements à la rentrée prochaine.

Dans le cadre du deuxième des quatre volets de sa série consacrée aux conséquences de la crise sanitaire sur l'appareil de formation en alternance, AEF info propose de faire le point sur les stratégies adoptées par les grandes entreprises (1).

des objectifs de recrutement

"Nous sommes très engagés dans l’alternance, avec comme objectif que les alternants représentent 10 % de nos effectifs en France en 2022 et en 2023 pour l’ensemble de l’Europe, a indiqué Pierre Deheunynck, le directeur général adjoint d’Engie le jeudi 23 avril, à l’occasion d’une conférence de presse. Nous avons maintenu notre objectif de 9 % pour la France en 2020."

Une position partagée par d'autres grands groupes interrogés par AEF info. "Veolia s’est doté d’un Pacte alternance avec des engagements forts en termes de recrutement d’alternants, explique Manuèle Lemaire, la directrice générale des Ressources Humaines du Campus Veolia. La rentrée 2020 ne sera pas une rentrée comme les autres, car les examens ou certains cours pourraient être reportés au mois de septembre. Néanmoins, nous restons fidèles à nos engagements en termes de formation et d’insertion professionnelle. Nous restons optimistes et faisons tout pour maintenir nos objectifs de recrutement d’apprentis, qui pour septembre de cette année restent identiques à ceux de l’année dernière."

GRDF maintient également ses projets d’embauche d’alternants qui ont été fixés au début du mois de mars, lors du lancement de la campagne de recrutement, à 7 % des recrutements. "Nous recrutons 70 % des alternants sur notre cœur de métiers (exploitation du réseau gaz ou relation clientèle), détaille Dominique Barbé, le responsable de l’emploi et du développement RH de GRDF. Le tiers restant est embauché sur d’autres types de postes, notamment au siège social, à la DSI ou sur le terrain dans les métiers du développement."

Au sein de La Poste, les objectifs de recrutement restent également inchangés. "À ce stade les prévisions de recrutement 2020 ne sont pas modifiées malgré la crise sanitaire", affirme le groupe. La Poste a embauché 4 700 alternants en 2019, dont la moitié d’apprentis. Le groupe précise que "chaque année, ce sont plus de 2 500 alternants […] qui sont accompagnés par [ses] CFA d’entreprise", les autres étant formés dans des CFA partenaires du groupe. Parmi les alternants diplômés, 30 % sont ensuite embauchés par le groupe en CDI, souligne La Poste.

poursuite des engagements pris

Même son de cloche du côté d’AXA qui embauche 1 800 alternants dans ses différentes sociétés implantées en France, ce qui représente plus de 6 % des effectifs français du groupe. "Nous gardons cet objectif volumétrique pour les recrutements de septembre, explique Frédérique Bouvier, la directrice de la formation et du recrutement d’AXA France. Nous savons qu’après la crise ce ne sera plus le monde d’hier, mais nous pensons pouvoir accueillir le même nombre d’alternants."

Cet objectif s’inscrit dans la continuité d’engagements pris par le passé. "Nous avons pris différents engagements pour le développement de l’alternance, que ce soit dans le cadre du Paqte pour les quartiers prioritaires des politiques de la ville, des objectifs construits avec le ministère du Travail ou du collectif d’entreprises pour une économie plus inclusive impulsé au moment de la crise des Gilets jaunes", rappelle Frédérique Bouvier.

Axa a déjà augmenté ses effectifs d’alternants en deux ans. "Nous avions 1 500 alternants en 2017, relève Frédérique Bouvier. Nous avons aussi tenté de recruter plus de candidats au niveau bac+2 ces deux dernières années, plutôt que de se concentrer uniquement sur les niveaux de qualification supérieurs."

recrutement en ligne

Pour tenir ses ambitions, AXA a basculé tous ses processus de recrutement vers le digital, qu’il s’agisse des opérations de sourcing menées avec les écoles, des évènements pour attirer les candidats ou de la sélection des candidats par les managers par le biais de visioconférence. Une démarche largement empruntée par les autres groupes.

Ainsi, dans le contexte de crise, GRDF qui mène traditionnellement ses campagnes de recrutement en alternance entre mars et juin, a décidé - en plus de la communication faite sur des titres dans la presse spécialisée ou par le biais de ses 9 CFA partenaires - de concentrer ses efforts de sourcing sur les réseaux sociaux comme Indeed ou LinkedIn. "Ce sont des moyens pertinents et performants pour trouver des candidats intéressants, estime Dominique Barbé. Les entretiens sont réalisés par téléphone ou visioconférence, voire les deux, par les managers qui posent des questions techniques pour identifier les compétences des candidats. Nous utilisons également des tests, notamment écrits, qui portent plutôt sur les softskills et visent à limiter les risques d’erreurs."

Résultat : "Nous avons déjà recruté 120 candidats à la mi-avril et nous prolongerons certainement la campagne jusqu’en septembre, souligne Dominique Bardé. Nous maintenons pour l’instant nos objectifs d’embauche initiaux."

Chez Veolia, la campagne de recrutement commence chaque année par des Journées portes ouvertes, qui devaient se tenir en 2020 les 2 et 15 avril. Le groupe s’est adapté au contexte en proposant des journées "en ligne", avec un entretien téléphonique. "Nous avons déjà consacré trois journées complètes à ces actions, et nous les maintiendrons un mercredi sur deux, jusqu’à la trêve estivale de fin juillet, afin de permettre une rentrée dans les meilleures conditions de formation et d’accueil possibles, explique Manuèle Lemaire. Aujourd’hui, par exemple, nous avons une journée entière (bimensuelle) consacrée au recrutement à distance dans le cadre des 'Mercredis du recrutement des alternants Veolia'."

garanties apportées aux écoles

Cette méthode de recrutement en ligne peut s’inscrire dans le cadre d’une réorganisation plus large. "Nous nous sommes réorganisés autour de trois principaux points, synthétise Pierre Deheunynck (Engie). Premièrement, nous nous sommes connectés ou reconnectés avec nos partenaires extérieurs comme Pôle emploi, car certains alternants arrivent dans le cadre de reconversion, mais aussi avec les réseaux d'écoles. Deuxièmement, nous avons garanti aux réseaux d’écoles avec qui nous étions déjà en interaction que nous maintenions nos objectifs d’embauche pour ne pas désespérer les jeunes."

Le troisième axe porte justement sur la réorganisation des processus de recrutement en ligne, qui devrait être finalisée dans les prochains jours. "L’objectif est que les jeunes puissent candidater par le biais de notre plateforme dédiée, explique Pierre Deheunynck. Je suis très confiant et je rappelle avec plaisir que nous sommes passés de 230 000 CV reçus en 2016 à plus de 800 000 en 2019, stagiaires et alternants compris. La campagne web que nous allons lancer nous permettra d’accéder à ces candidatures. Nous envisageons de faire passer des tests et entretiens digitaux."

Pour faire face à la situation du confinement, Engie a décentralisé sa campagne de recrutement. "Pour ce faire, nous avons engagé nos équipes RH et managers de terrain, détaille Pierre Deheunynck. Nous avions des outils et moyens en central, mais l’objectif est de mener une campagne de recrutement individualisée et c’est plus compliqué à mettre en place qu’une campagne collective. En décentralisant, en basculant le processus vers la digitalisation, en communiquant par le web et en connectant l’ensemble de nos parties prenantes, ce n’est pas exclu que nous sachions accueillir nos candidats."

situation des apprentis en contrat

En parallèle de la campagne de recrutement, les grands groupes doivent évidemment continuer à accompagner les alternants actuellement en contrat chez eux. Du côté de GRDF, seuls un peu plus de 1 000 salariés sur les 11 500 du groupe travaillent sur le terrain, au contact des clients ou sur les plateaux d’appels dépannage, pour garantir la continuité de la fourniture et celle de la sécurité gazière. "Nous ne mobilisons pas les alternants pour des activités techniques, précise Patrick Bonneau, le DRH de GRDF. Ils sont soit en formation à distance avec leur établissement scolaire, soit en télétravail (comme plus de 6 000 salariés), soit en réserve de l’entreprise. Nous les invitons à contribuer à des activités réalisables à distance."

Par ailleurs, GRDF a mis en place pour tous ses salariés, dont les alternants, une plateforme de formation digitale avec notamment des modules techniques. Les managers incitent les équipes à les utiliser. "Les formateurs de notre organisme de formation sont à leur disposition pour les accompagner, soit pour la conception de modules à la carte, soit pour l’organisation de cours en visioconférence, développe Patrick Bonneau. Près de 5 000 de nos collaborateurs se sont connectés et 4 000 sont dans un parcours de formation à distance."

basculement en Télétravail

Chez AXA, les alternants ont basculé en télétravail comme l’ensemble des autres salariés, dans la mesure où ils sont tous équipés d’ordinateurs professionnels. "Les contrats ont commencé en septembre donc ils sont autonomes sur leurs missions, explique Frédérique Bouvier. Ils ont fait du travail à distance comme l’ensemble de nos collaborateurs. Il n’y a pas eu d’accompagnement particulier, ils ont été embarqués dans le mouvement général. Certains sont isolés et confinés dans de mauvaises situations comme dans des chambres de bonne. Les situations individuelles peuvent être compliquées. Nous tentons de veiller sur ceux qui sont dans les situations les moins confortables et avons par exemple fêté l’anniversaire d’un alternant sur Zoom."

Chez La Poste, le télétravail est favorisé quand c’est possible, comme pour les fonctions support. L’accompagnement dans le cadre du télétravail est alors réalisé grâce aux outils distanciels, tel que Skype. En revanche, les alternants qui travaillent sur des missions opérationnelles se rendent sur site. "En ce moment, la mission des maîtres d’apprentissage est bien évidemment renforcée sur l’accompagnement des alternants quant au respect des mesures de prévention et de sécurité liées à la crise sanitaire, insiste le groupe. En cas d’absence du maître d’apprentissage, la sécurité et l’encadrement des alternants sont assurés par un autre salarié de l’entreprise et le manager, membres d’une équipe 'tutorale'."

(1) Lire ou relire les dépêches de la série consacrée à l'apprentissage face à la crise :

- Comment les branches se mobilisent pour éviter un effondrement des effectifs (publiée le 5 mai 2020) ;

- Les CFA d'entreprise révisent calendrier d'ouverture et campagne de recrutement (publiée le 7 mai 2020) ;

- Des chercheurs esquissent le monde d'après (publiée le 11 mai 2020).

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Cédric Morin, journaliste