Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Cnil clôt la mise en demeure d'une société qui avait mis en place une vidéosurveillance pour localiser les salariés

La Commission nationale Informatique et Libertés annonce le 9 avril 2020 la clôture de la mise en demeure adressée à une société de redimensionner une vidéosurveillance visant à localiser les salariés. La Cnil constate que l'employeur, après avoir satisfait au premier palier de mesures exigées dans la mise en demeure (adaptation du dispositif et sécurité des données), a pris un second train de mesures relatives à la tenue d’un registre des activités de traitement, à l’information des salariés sur le dispositif de vidéosurveillance et à la conclusion d’un contrat avec ses sous-traitants.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Surveillance des salariés : la Cnil inflige une amende de 20 000 euros à une société qui a persisté dans ses manquements

La Commission nationale informatique et libertés inflige le 13 juin 2019 à la société Uniontrad une amende administrative de 20 000 euros pour avoir persisté dans des manquements relatifs à la vidéosurveillance constante de salariés, à leur information sur la présence de caméras, et à la traçabilité des accès individuels à la messagerie commune. La société avait fait l’objet d’une mise en demeure en juillet 2018 mais n’avait pas pris de mesures dans le délai fixé. La Cnil assortit cette amende d’une publication de la décision pendant un an.

Lire la suiteLire la suite
Le son couplé à la vidéosurveillance parmi les nouveaux motifs de plaintes à la Cnil (rapport d’activité 2017)

La Cnil a connu un nouveau record de plaintes en 2017, avec 8 360 demandes reçues, dont 16 % (+2 % par rapport à 2016) concernent les ressources humaines. La Commission nationale de l'informatique et des libertés, qui présentait le 10 avril 2018 son rapport d’activité 2017, relève que les plaintes liées au travail, reçues de salariés, de syndicats ou d’inspecteurs du travail, concernent les dispositifs vidéo, la géolocalisation, l’accès au dossier professionnel, les messageries et la sécurité des données. De nouvelles tendances émergent dans les motifs de plaintes, dont le son couplé à la vidéoprotection et l’accès aux messageries professionnelles des salariés absents, précise la Cnil à l’occasion de la présentation de son rapport à la presse.

Lire la suiteLire la suite