Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

"Nous n’envoyons pas nos agents de sécurité à l’abattoir ou au casse-pipe !" (Alban Ragani, dirigeant de Securiteam)

"Nous n’envoyons pas nos agents à l’abattoir ou au casse-pipe !" affirme Alban Ragani, dirigeant de l’entreprise Securiteam, dans une interview à AEF info. Il indique que sa société, qui emploie l’équivalent de 300 agents de sécurité privée, a pu rapidement fournir "le matériel nécessaire à leur protection". "Beaucoup de chefs d’entreprise avaient pris des dispositions pour protéger leurs salariés ou en ont pris au fur et à mesure", assure le président du Medef du Morbihan et administrateur du GES. Il pointe en outre le manque de considération des pouvoirs publics pour la sécurité privée. "L’État aime beaucoup parler du continuum de sécurité, mais uniquement quand ça lui fait plaisir." Pourtant, la sécurité privée aurait pu aider les forces de l’ordre sur certaines missions, "comme le contrôle des attestations de sortie", affirme-t-il. Il évoque également la prime de pouvoir d’achat.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement