Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

La crise du coronavirus, vecteur d'une nouvelle prise de conscience mondiale sur la biodiversité ?

"S’attaquer aux menaces qui pèsent sur les écosystèmes et la faune sauvage" : telle est la préconisation de l’ONU Environnement pour répondre à la pandémie de coronavirus et éviter que d’autres épidémies ne se produisent. Car la crise sanitaire actuelle pourrait bien être le résultat du "dangereux déclin de la nature" identifié en mai dernier par l’IPBES, ayant pour cause "l’anthropisation, la transformation humaine de la planète" laissant "de moins en moins de place à la vie sauvage". Dans ce contexte, la prochaine COP biodiversité — qu’elle ait lieu en 2020 ou 2021 — pourrait prendre une toute autre envergure.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement