Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Confinement : Renater demande d’éviter l’utilisation de ses outils de visioconférence pour de l’enseignement à distance

Face à la sollicitation inédite de ses services de visioconférence Renaviso et Rendez-vous dans un contexte de confinement généralisé au territoire national, Renater demande le 17 mars 2020 d’éviter l’utilisation de ces deux outils à des fins d’enseignement à distance. Si les réseaux de l’ESR supportent aujourd’hui sans problème le trafic internet généré, l’afflux de demandes sur ces deux services entraîne des dysfonctionnements. Renater annonce aussi le "lancement partiel en urgence" de la solution EduVPN, un réseau privé virtuel dédié aux établissements du supérieur et de la recherche.

Droits réservés - DR

La Dgesip l’assure dans ses fiches dédiées au "plan de continuité pédagogique" (lire sur AEF info), le GIP Renater ne fait face à aucune "congestion sur son réseau" et son architecture internet peut gérer une augmentation notable du trafic. Le débit sortant des établissements étant "très largement sous-utilisé actuellement", l’utilisation de classes virtuelles ne pose en principe donc pas de problème. Il n’en est pas de même des outils de visioconférence proposés par Renater, dont l’utilisation connaît "un accroissement spectaculaire" au point de dysfonctionner, indique le GIP le 17 mars 2020.

Aujourd’hui, les services Renaviso et Rendez-vous "ne sont plus en mesure de répondre à l’intégralité des demandes". Renater assure travailler à une "augmentation des capacités", mais demande aussi expressément de ne pas utiliser ces deux outils pour des cours en ligne. "Ils ne sont nullement conçus et adaptés pour l’enseignement à distance", et les utiliser pour cela "amène un service dégradé en comparaison d’outils adaptés, tout en pénalisant les besoins actuels liés à la gestion de crise".

EduVPN, un service sécurisé pour faciliter les accès réseau

Renater annonce par ailleurs avoir décidé le "lancement partiel en urgence" d’un réseau privé virtuel, EduVPN, servant à se connecter de manière simple et sécurisée à internet ou au réseau interne d’un établissement depuis l’extérieur. En cette période de confinement et de généralisation du télétravail, ce service open source apparaît aux établissements comme une solution "facile à déployer et adaptable à grande échelle", en particulier en simplifiant l’authentification.

Pour l’utilisateur, l’authentification se fait par des fédérations d’identité de telle manière à ne pas devoir créer un compte spécifique à EduVPN. Pour l’établissement, l’authentification est "centralisée" avec une délégation à un fournisseur d’identité. Ainsi, "les administrateurs des VPN ne sont plus en charge de l’approvisionnement des comptes utilisateurs ni de la gestion des mots de passe". Par son statut informatique lié à l’annuaire de l’établissement, l’étudiant aura accès à l’intranet mais pas aux applications de l’administration.

Le projet eduVPN existe depuis 2015, porté d’abord par le réseau national de la recherche SURF aux Pays-Bas, puis par le réseau européen GÉANT. Il est actuellement dans une "phase pilote" côté français mais opérationnel dans plusieurs pays comme l’Australie, le Danemark, l’Allemagne ou la Norvège. Renater précise que son accompagnement pour le déployer dans les établissements "ne pourra dans l’immédiat être proposé qu’en 'best effort' afin de remédier temporairement aux besoins urgents". Les établissements intéressés peuvent se signaler en ligne.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Cyril Duchamp, journaliste