Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°623935

Handicap : une vingtaine d’EA s'unissent en Bretagne pour créer Up’Interim, entreprise adaptée de travail temporaire

En Bretagne, une vingtaine d’entreprises adaptées ont choisi de se regrouper pour mettre en place une entreprise adaptée de travail temporaire. L’expérimentation des EATT est prévue par la loi "Pour la liberté de choisir son avenir professionnel" du 5 septembre 2018. En Bretagne, cette expérimentation s’est concrétisée avec Up’Interim, créée sous forme de SCIC en janvier 2020. "Le projet collaboratif est vite apparu comme une évidence en Bretagne", souligne Julia Barone, directrice générale d’Up’Interim. L’EATT bretonne s’est fixé un objectif de 80 ETP accompagnés d’ici la fin de l’année.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Julia Barone, directrice générale d'Up'Interim Libre de droits

Devant la possibilité d’expérimenter une EATT, les acteurs bretons du secteur du handicap "ont fait le choix du collectif et du coopératif pour se saisir de cette opportunité : elles ont créé la Scic Up’Interim, un réseau d’agences de travail temporaire exclusivement dédié aux personnes handicapées", expose à AEF info Julia Barone, directrice générale d’Up’Interim. La présence, en Bretagne, de Julia Barone, membre du bureau national de l’Unea, et l’implication d’Erwan Pitois, délégué régional de l’Unea, ont permis de "fédérer" les acteurs bretons. "La Bretagne est coopérative de nature", ajoute Julia Barone. "Très rapidement, 11 structures, représentant une vingtaine d’entreprises adaptées, ont fait part de leur intérêt pour cette expérimentation, qui n’a pas un but lucratif, mais qui vise à remettre en emploi des personnes handicapées".

Pour cadrer avec cette "gestion désintéressée", ainsi que cet aspect collaboratif "qui permet d’associer des acteurs comme Cap emploi, les missions locales, des entreprises", c’est le modèle de la société coopérative d'intérêt collectif qui a été retenu. "C’est un modèle innovant, souligne Julia Barone. Nous ne sommes pas adossés à des structures d’intérim. Nous sommes libres d’innover, en matière d’accompagnement, de partenariats, d’implantations…"

4 AGENCES, 8 SALARIÉS

Up’Interim a ouvert quatre agences : une dans chacun des départements bretons (à Brest, Lorient, Saint-Brieuc et Rennes, siège social de la société). Deux personnes ont été recrutées dans chaque agence. "Notre objectif en termes de personnes handicapées en intérim est d’avoir l’équivalent de 80 ETP fin 2020 pour l’ensemble des agences", indique Julia Barone. "Par ailleurs, l’État nous fixe, dans le cadre de l’expérimentation, un objectif d’ici à 2022 : avoir 30 % de l’effectif accompagné en emploi durable". Up’Intérim bénéficie d’une aide au poste, de la part de l’État, dans le cadre de l’expérimentation des EATT. Le montant de cette aide s’élève à 4 472 euros par an pour un ETP.

Julia Barone observe "l’accueil très favorable" réservé à Up’Interim. "Avant même l’ouverture, nous avons été contactés par de grands groupes ; beaucoup veulent intégrer des personnes en situation de handicap, mais ne savent pas comment faire, par quel bout prendre les choses… ça rassure les entreprises de commencer par de l’intérim, et surtout de savoir qu’elles seront accompagnées, qu’elles auront des conseils sur l’adaptation de poste, etc." Julia Barone précise que l’intérim est pour les entreprises un moyen de plus de participer à leur obligation d’emploi de travailleurs handicaps. En effet, les travailleurs handicapés en intérim sont comptabilisés dans la DOETH en fonction de leur temps de travail et de la durée de présence sur l’année.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Diane Scherer, journaliste