Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revalorisation des enseignants : le ministère propose 4 scénarios pour l’utilisation des 500 millions d’euros en 2021

Le MEN a dévoilé aux syndicats, le 7 février 2020, 4 scénarios concernant l’utilisation des 500 M€ prévus dans la LFI 2021 pour la revalorisation salariale des enseignants. La différence est le nombre d’enseignants touchés : tous les scénarios concernent les premiers échelons mais s’étendent plus ou moins dans la carrière. Cette revalorisation se ferait sous forme de primes, sans condition. En outre, l’enveloppe de 500 M€ ne serait pas uniquement destinée à ces primes mais aussi à améliorer les promotions à la hors-classe, l’accès à la classe exceptionnelle et à financer des HSE.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Revalorisation : "entre 70 et 90 € nets par mois" en plus pour les jeunes enseignants en 2021 (Jean-Michel Blanquer)

Invité de RTL, le 16 janvier 2019, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, précise que la hausse du budget de l’EN de 500 millions d’euros prévue dans la loi de finances 2021 à des fins de revalorisation salariale des enseignants (lire sur AEF) "touchera tout particulièrement les plus jeunes professeurs car ce sont ces cohortes-là les moins bien payées". Cela devrait représenter pour eux une augmentation située "entre 70 et 90 euros nets par mois". Quant au budget total de la revalorisation, Jean-Michel Blanquer indique qu’il pourrait être "potentiellement" supérieur à 10 milliards d’euros. "Il s’agit d’un effort considérable de la nation sur les 15 prochaines années", poursuit-il. Interrogé sur l’appel à ne pas mettre en œuvre les E3C par le Snes (lire sur AEF), le ministre assure que "dans la grande majorité des établissements, les choses se présentent très bien".

Lire la suiteLire la suite