Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Loi sur les langues régionales : en commission, les députés suppriment les mesures sur leur enseignement

En commission des affaires culturelles et de l’éducation, les députés ont supprimé le 5 février 2020 toutes les mesures sur l’enseignement prévues dans la proposition de loi de Paul Molac (Libertés et territoires, Morbihan) sur les langues régionales (lire sur AEF info). La majorité parlementaire a considéré que l’État avait déjà "engagé des mesures de soutien" pour ces langues. Le texte initial proposait notamment de généraliser sur certains territoires la proposition d’enseignement de la langue régionale et de financer les écoles associatives.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Un collectif appelle à la mobilisation pour la défense des langues régionales le 30 novembre devant le MENJ

Le collectif "Pour que vivent nos langues" appelle à un rassemblement devant le ministère de l’Éducation nationale le 30 novembre 2019. Dans une pétition initiée par le député européen corse François Alfonsi (Verts/ALE) et le député breton Paul Molac (Libertés et territoires, Morbihan), le collectif dénonce les "conséquences terribles" de la réforme du lycée "pour toutes les filières de langues régionales". Selon les 13 700 signataires (au 28 novembre), "les chutes d’effectifs atteignent jusque 70 % dans certaines classes de lycée". Les langues seraient en effet "fragilisées" par "la mise en concurrence [avec d’autres options] et par le jeu des coefficients". Ils demandent alors la mise en place d’un "enseignement immersif […] pour la sauvegarde de langues menacées".

Lire la suiteLire la suite