Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Blocs de compétences : "Nous ne sommes pas sur l’application d’un diktat administratif" (Jean-Louis Gouju, Dgesip)

Si l’enseignement supérieur se ferme à la logique des blocs de compétences, "il risque de devenir 'propédeutique' à d’autres certifications mieux reconnues […]. On verrait émerger à court et moyen terme des certifications - payantes - exprimées au plus proche des besoins des branches, et se surajoutant à nos certifications", analyse pour AEF info Jean-Louis Gouju, conseiller scientifique à la Dgesip (1). Alors que la loi "Avenir professionnel" étend à l’ensemble des certifications l’obligation de l’inscription au RNCP sous la forme de "blocs de compétences", nombre de questions se posent pour les certifications de l’enseignement supérieur : articulation avec la loi ORE, visibilité des certifications par le monde économique, évolution des blocs qui ne doivent pas être "gravés dans le marbre", place des blocs "spécifiques" dans le RNCP…

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement