Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Réforme des retraites| Dépêche n°619500

Retraites des policiers : Christophe Castaner refuse les comparaisons avec les gendarmes (vœux de l'Unsa police)

"Je refuse fermement de rentrer dans ce 'classico' du ministère de l'Intérieur qui consiste à comparer, dans le moindre détail, les situations respectives de la police et de la gendarmerie nationales", déclare Christophe Castaner à propos de la réforme des retraites, mercredi 8 janvier 2020. Le ministre de l'Intérieur s’exprimait lors de la cérémonie de vœux de l’Unsa police. Il affirme que la police et la gendarmerie "accomplissent toutes deux une mission dangereuse". Le ministre évoque par ailleurs la mort de Cédric Chouviat et salue le bilan d’Éric Morvan après l’annonce de son départ en retraite.

Christophe Castaner lors de la cérémonie de vœux de l'Unsa police, mercredi 8 janvier 2019 à Paris. MaxPPP - IP3 PRESS/MAXPPP/Alexis Sciard

"La police et la gendarmerie ont chacune des spécificités, des contraintes et des droits", affirme le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, lors de la cérémonie de vœux de l'Unsa police, organisée à Paris, mercredi 8 janvier 2020. "Les uns sont civils, les autres sont militaires, avec des dispositions particulières", ajoute-t-il, alors que les syndicats de police ont demandé "la parité totale" avec les gendarmes concernant leurs retraites dans le cadre de la réforme en cours (lire sur AEF info). "Il y a une chose fondamentale que policiers et gendarmes ont en commun : ils accomplissent une mission dangereuse au service de la sécurité des Français. Cette spécificité commune, nous nous sommes battus, avec Laurent Nunez, pour qu'elle soit reconnue, et le gouvernement s’est engagé à la reconnaître." (lire sur AEF info)

"C’est pourquoi le nouveau système de retraites des policiers et des gendarmes garantira un départ anticipé à la retraite sans perte de droits à pension", déclare Christophe Castaner. "Les fonctions qui ne sont pas spécifiques à la protection de la population feront l’objet d’une politique de substitution par les personnels administratifs", rappelle le ministre de l'Intérieur (lire sur AEF info). "Cette décision sera mise en œuvre de la même façon au sein de la police et au sein de la gendarmerie."

Philippe Capon, secrétaire général de l’Unsa police, avait, dans son discours, dénoncé les "engagements plus favorables annoncés [par le gouvernement] pour les gendarmes". Selon lui, l’intersyndicale des organisations de policiers se réunira "à nouveau le 13 janvier 2020 et attend des réponses claires sur sa demande de parité police-gendarmerie dans le volet des retraites".

"Exemplarité"

Christophe Castaner appelle par ailleurs à "l’exemplarité des policiers", postulat nécessaire pour la "confiance ente forces de l’ordre et citoyens" en cette année 2020. En conséquence, il déclare "totalement soutenir la proposition du directeur général de la police nationale de démettre de ses fonctions le directeur départemental de la sécurité publique des Alpes-Maritimes à compter de ce jour". Jean-François Illy, qui avait été nommé en février 2019 (lire sur AEF info), est soupçonné de malversations, ont rapporté plusieurs médias au cours des dernières semaines. Christophe Castaner évoque également le décès de Cédric Chouviat à la suite d’un contrôle de police, vendredi 3 janvier 2020 à Paris, rendant hommage à la famille du livreur (lire encadré).

Rappelant qu’un nouveau directeur général de la police nationale doit être nommé après l’annonce du prochain départ à la retraite d’Éric Morvan (lire sur AEF info), le ministre de l'Intérieur rend hommage à "un grand serviteur de l’État, qui a eu à diriger la police dans des circonstances difficiles, et qui a su le faire avec son expérience d’homme du terrain, avec sa vision globale de ce que doit être la police".

Livre blanc et maintien de l’ordre

"2020 sera une année structurante, car elle doit permettre de faire rentrer pleinement notre sécurité intérieure dans le XXIe siècle, avec le livre blanc pour la sécurité intérieure", note Christophe Castaner (lire sur AEF info). Il rappelle que quatre groupes de travail se penchent actuellement sur l’organisation, le "continuum de sécurité", les ressources humaines et les innovations technologiques (lire sur AEF info). Il salue à ce titre "la qualité des contributions des organisations syndicales". "Nous veillerons qu’elles soient étudiées et prises en compte."

"Je veux aussi que le livre blanc appartienne à tous les Français. Il faut que ce soit l’occasion pour les élus, les acteurs locaux, les citoyens, d’exprimer leur vision de ce que doit être leur sécurité", poursuit le ministre de l'Intérieur. "Samedi, j’ouvrirai une conférence des citoyens, car nous devons les associer à la construction de notre sécurité. Depuis quelques jours, et dans les semaines qui viennent, dans chaque département, le préfet aura aussi la responsabilité d’organiser des débats et des rencontres publiques pour parler de la sécurité", ajoute-t-il (lire sur AEF info).

Évoquant également la révision du schéma national du maintien de l’ordre, Christophe Castaner indique sa volonté de discuter avec les organisations syndicales, "en prenant en compte les résultats des concertations", indique-t-il (lire sur AEF info). "Cela ne se fera pas dans le cadre du livre blanc, car je souhaiterais que nous allions plus vite", précise-t-il. Pour Philippe Capon, ce nouveau schéma devra "préciser" certains points. Dans son discours, le secrétaire général de l'Unsa pointe notamment "le manque de formation des policiers, l’utilisation parfois hasardeuse du LBD dans certaines situations, l’absence totale de clarté dans les sommations en fin de manifestation". Il souligne par ailleurs "l’urgence de remettre les effectifs de CRS à niveau".

Une année pleine

Christophe Castaner évoque également la question des suicides dans la police. En 2019, 59 policiers se sont ôté la vie, selon lui. Il rappelle que le ministère de l'Intérieur a "multiplié les outils" de lutte contre le suicide : "Deux numéros verts ont été mis en place, ainsi que des formations pour les chefs de service. Une cellule alerte prévention suicide a été créée, avec pour objectif de coordonner l’ensemble de nos actions et à proposer de nouvelles solutions. Les actions sont nombreuses, et visent notamment à former les responsables, premières vigies de ce risque humain", fait-il valoir (lire sur AEF info).

Lors de son discours, Philippe Capon avait estimé que la gestion de la cellule dédiée "devra s’améliorer". "Nous espérons que la nouvelle sous-directrice de l’action sociale aura une approche plus à l’écoute de sa mission que la précédente", avait-il ajouté.

Le ministre de l'Intérieur revient également sur la question des cycles horaires, "qui étaient devenus un poids pour notre police, et qui a enfin progressé". "Ils fatiguaient les effectifs, dissuadaient notre jeunesse de s’engager. Depuis septembre, une expérimentation est en cours et permet à chaque policier de dégager un week-end libre sur deux et d’un mercredi sur deux", rappelle en outre le ministre de l'Intérieur (lire sur AEF info).

Mort de Cédric Chouviat : "S'il y a des fautes, nous prendrons des sanctions"

 

Lors d’un point presse tenu en marge de la cérémonie, Christophe Castaner revient sur le décès de Cédric Chouviat à la suite d’un contrôle de police, vendredi 3 janvier 2020 à Paris. "J’ai une pensée pour ses proches. Il s’agit d’un drame, qui est survenu dans le cadre d’un contrôle. Une enquête a débuté, et a révélé des éléments qui interrogent gravement", déclare le ministre. "Je souhaite que l’enquête, menée sous la responsabilité d’un magistrat, permette de révéler toute la vérité. Nous la devons à la famille de la victime et à l’ensemble des Français."

Selon lui, "s’il y a eu des fautes qui sont caractérisées, nous prendrons les sanctions nécessaires, et nous étudierons les conditions d’analyse de cette intervention et nous en tirerons toutes les conclusions nécessaires". "Si une technique d’intervention était liée [au décès], nous serions amenés à étudier sa suspension."

Selon un communiqué du parquet de Paris, mardi 7 janvier 2020, les "premiers éléments" de l'autopsie de Cédric Chouviat font état d'une "manifestation asphyxique avec une fracture du larynx". Ils attestent également d'antécédents cardiaques, note le parquet, qui a ouvert une information judiciaire "du chef d’homicide involontaire".


Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Raphaël Marchal, journaliste