Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°619235

Claire Khecha, David Rivoire et Yanic Soubien missionnés pour établir un plan d’action en vue de développer la VAE

Quatre ministres et un secrétaire d’État ont missionné trois acteurs de la formation professionnelle pour établir un diagnostic et un plan d’action en vue de favoriser le développement de la VAE. En date du 19 décembre 2019, la lettre de mission adressée à Claire Khecha, directrice générale de Constructys, David Rivoire, président de VAE Les 2 rives, et Yanic Soubien, ancien vice-président du conseil régional de Basse-Normandie, leur demande d'"identifier l’ensemble des points de blocage" et de "formuler des propositions d’évolutions concrètes du dispositif" pour le mois de janvier 2020.

La lettre de mission pose notamment les questions de l'organisation des validations partielles par bloc de compétences et du financement du dispositif. Pexels

Partant du constat que le dispositif de VAE reste encore trop peu utilisé, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et son secrétaire d’État, Gabriel Attal, ont décidé d’en faire évoluer les mécanismes d’accès et de recours.

Les membres du gouvernement ont à ce titre missionné Claire Khecha, directrice générale de l’Opco de la construction Constructys - en cours de démission (lire sur AEF info) -, David Rivoire, président du cabinet VAE Les 2 rives, et Yanic Soubien, ancien vice-président du conseil régional de Basse-Normandie en charge de la formation professionnelle.

points de blocage et propositions d’évolution

La lettre de mission, en date du 19 décembre 2019, charge les trois acteurs de la formation professionnelle d'"identifier l’ensemble des points de blocage" et de "formuler des propositions d’évolutions concrètes du dispositif" qui permettent "d’obtenir des résultats à court et moyen termes". La validation des acquis de l’expérience est déjà concernée par plusieurs évolutions portées par la loi "Avenir professionnel" du 5 septembre 2018 (nouvelles modalités de mise en œuvre et conditions d’accompagnement, expérimentation de la VAE par blocs de compétences…), mais l’objectif de la mission est d’aller plus loin.

Claire Khecha, David Rivoire et Yanic Soubien sont ainsi chargés d’émettre des préconisations de manière à "favoriser le développement de la VAE et permettre à tous les actifs qui le souhaitent de certifier leurs compétences tout au long de leur vie professionnelle, que ces compétences aient été acquises en milieu professionnel ou associatif".

plusieurs pistes de réflexion

La lettre de mission comprend à ce titre plusieurs pistes de réflexion :

  • "Comment augmenter le nombre de VAE en France en fluidifiant le dispositif (flux de traitement des dossiers, recevabilité, organisation des jurys, etc.) ?
  • Comment mieux utiliser la VAE pour répondre, entre autres, aux problématiques de l’adaptation des compétences des personnes occupant des emplois menacés, de l’insertion dans l’emploi des personnes en difficultés, des décrocheurs scolaires, et des personnes ayant déployé des expériences informelles (aidants, migrants, personnes sous-main de justice, etc.) ?
  • Comment faciliter la VAE pour les personnes ayant acquis des compétences dans leurs pratiques bénévoles ?
  • Comment renforcer et encadrer les pratiques d’accompagnement déjà identifiées dans de nombreux rapports comme un facteur clé de succès pour diminuer les abandons et augmenter le taux de réussite ?
  • Comment mieux organiser les validations partielles par bloc de compétences, afin qu’il existe une solution pour chaque personne concernée ?
  • Comment mobiliser les nouvelles pratiques de digitalisation au service du dispositif ?
  • Comment disposer de statistiques fiables et centralisées sur la VAE et ses effets afin d’orienter les politiques publiques ?
  • Comment financer le dispositif afin de le rendre efficace (utilisation de l’application CPF, ProA, CPF transition, POE, etc.) ?"

mission grand âge

 

La lettre de mission évoque par ailleurs les travaux conduits par l’ex-ministre du Travail Myriam El-Khomri sur l’attractivité des métiers du grand âge (lire sur AEF info) et demande à Claire Khecha, David Rivoire et Yanic Soubien d’étudier les dispositifs de "VAE 'hybride', couplant VAE et formation en présentiel ou à distance" et de "VAE 'inversée' pour les personnes sans emploi ou en reconversion professionnelle souhaitant se former et obtenir un diplôme leur permettant d’être recrutées, à terme, sur un emploi d’auxiliaire de vie à domicile ou d’aide-soignant".

un plan d’action en janvier 2020

Pour effectuer cette mission, Claire Khecha, David Rivoire et Yanic Soubien disposent de l’appui des quatre ministères et doivent travailler en lien avec le Conseil de l’inclusion dans l’emploi. Il leur est également demandé de rencontrer Pôle emploi, les régions, les missions locales, les entreprises, les acteurs de la formation professionnelle et de la VAE.

Le diagnostic et le plan d’action sont attendus pour le mois de janvier 2020.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Astrid Gruyelle, journaliste