Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°618293

"Le leader donne du sens au changement, en s’appuyant sur la raison d’être de l’entreprise" (H. Le Gavrian, Michelin)

Parce qu’une entreprise ne se limite pas à la gestion quotidienne de l’activité, qu’elle est traversée par de multiples enjeux technologiques, sociaux, sociétaux, ses dirigeants peuvent avoir besoin de prendre de la hauteur et de s’inspirer des pratiques de leurs pairs. C’est ce que propose AEF info à ses lecteurs, dans le cadre d’un partenariat avec l’Anvie, au travers d’une série d’entretiens avec des chercheurs en sciences humaines et praticiens d’entreprise. Cette semaine, Hervé Le Gavrian, vice-président chargé du développement RH du groupe Michelin, explique comment le fabricant de pneumatiques fait vivre sa raison d’être au quotidien.

AEF info : Michelin s’est doté en 2013 d’une raison d’être formulée ainsi : "Offrir à chacun une meilleure façon d’avancer". En quoi est-ce utile pour l’entreprise de disposer d’une raison d’être ?

Hervé Le Gavrian : Michelin, comme toutes les entreprises, est confronté à un monde qui connaît une révolution majeure, le numérique, qui permet l’accès à la connaissance pour tous de façon horizontale. Nous vivons cette révolution de façon d’autant plus intense que nous sommes de plus en plus amenés à travailler, à la fois avec les clients et les employés, sur l’expérience. Or, l’expérience est quelque chose de très personnel : deux personnes, selon leurs connaissances, leur profil, leurs émotions, vont gérer une même expérience de façon différente. Nous sommes donc amenés à trouver des modèles qui puissent satisfaire chacun.

En somme, nous évoluons dans un univers complexe, qui peut parfois sembler anxiogène si on regarde les phénomènes géopolitiques, mais aussi enthousiasmant quand on s’intéresse aux progrès technologiques, inquiétant quand on voit le réchauffement climatique, captivant quand on observe notre capacité à traiter de nouvelles maladies… C’est un monde en pleine transformation, avec en plus l’arrivée d’une nouvelle génération en attente de sens et de responsabilités, qui a accès à toutes les connaissances via le digital.

Ce contexte de marché, d’évolution de la société et de changement générationnel nous pousse à changer. Nous sommes une entreprise vieille de 130 ans, qui a pour ambition de préparer les cent prochaines années. Et cette transformation est encadrée par deux choses : la raison d’être et les valeurs de l’entreprise.

AEF info : Comment décririez-vous le rôle de la raison d’être dans la vie de l’entreprise ?

Hervé Le Gavrian : Si on imagine l’entreprise comme une maison, je dirais que la raison d’être de l’entreprise est le toit : c’est ce qui nous rassemble. Dans les transformations que nous avons à opérer, la raison d’être doit demeurer intacte, car c’est elle qui nous a forgés.

Pour soutenir cette raison d’être, il y a un socle, un modèle humain et social dans lequel on trouve nos valeurs. Pas des grands principes qu’on écrit sur des panneaux, mais des choses que l’on vit au quotidien, qui contribuent à la culture de l’entreprise. Ces valeurs, ce sont des invariants, même si la culture d’entreprise évolue et doit évoluer.

Par exemple, Michelin, qui d’une certaine façon était une entreprise un peu paternaliste, évolue pour devenir une société plus intelligente, au sens où on se rend compte que la richesse de l’entreprise et sa capacité à innover résident dans notre capacité à mobiliser tous les talents, à permettre à chacun de se développer et de prendre des initiatives. Mais il reste une majeure sur les valeurs qui influe sur notre façon de vivre : le respect envers les uns et les autres.

Nous avons des changements de fond à opérer, qui peuvent concerner par exemple le modèle de leadership, pour aller vers plus de responsabilisation, plus d’initiative, plus d’authenticité, plus d’esprit d’entreprise, qui sont aussi des éléments d’attractivité vis-à-vis des talents. Mais cette évolution doit se faire en maintenant le socle de valeurs et la raison d’être qui nous sont communs.

AEF info : Comment faites-vous vivre cette raison d’être au quotidien dans l’entreprise ?

Hervé Le Gavrian : La raison d’être de Michelin a très longtemps été incarnée par ses dirigeants, la famille Michelin. Nous avons ressenti le besoin de l’écrire, pour mettre des mots sur ce qui existait. Et cette raison d’être nous guide au quotidien dans notre travail. Quand on travaille sur les sujets de mobilité, pour permettre concrètement à chacun d’avancer. Mais aussi quand on travaille avec les employés : pour nous, il s’agit de donner à chacun les moyens de se développer, d’avancer dans sa vie professionnelle. Cela se traduit par exemple dans les moyens de gestion du personnel.

Il en est de même pour les valeurs : on ne les affiche pas sur les murs. Mais on veille, au travers de l’attention que les managers doivent porter à leurs équipes, à ce que ces valeurs soient vécues par les salariés. Cela passe par de la formation managériale, du feedback, du développement de soft skills. Chaque manager doit être capable de porter la raison d’être, cela fait partie des attendus que nous avons vis-à-vis des managers.

AEF info : Dans le fond, cela ne paraît pas très nouveau…

Hervé Le Gavrian : La culture d’entreprise est au cœur du succès de l’entreprise. L’énergie des leaders, à tous les niveaux, est essentiellement calée sur sa capacité à faire vivre la raison d’être et le modèle humain et social de l’entreprise dans ses actes. Ce qui est nouveau, c’est que les employés, de plus en plus, ont le souhait d’être impliqués dans le développement de l’entreprise et de contribuer à l’appréciation du leadership de leur manager à l’aune de ces valeurs et de cette raison d’être.

Le rôle du leader, c’est de donner les moyens à ses équipes de pouvoir prendre les décisions ou initiatives nécessaires pour faire croître l’entreprise, en veillant à ce que chacun sache quel est son rôle et trouve les moyens de son développement, sans lui dicter ce qu’il doit devenir.

Le leader définit aussi le cadre, en se fondant sur la raison d’être et les valeurs. Il doit veiller au quotidien à donner du sens au changement, en s’appuyant sur cette raison d’être. Pour mettre chacun des leaders en capacité d’accompagner le changement, nous avons défini en 2018 un nouveau modèle de leadership, et nous proposons des formations, du codéveloppement avec des pairs, des équipiers ou des N+1. Ce qui fait que les équipes vont changer, c’est qu’elles voient que leur manager change, même si c’est avec plus ou moins d’enthousiasme selon le tempérament et la culture de chacun.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Lucie Prusak, journaliste