Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°617591

69 % des Français soutiennent le mouvement du 5 décembre contre la réforme des retraites (sondage Harris interactive-RTL-AEF info)

À la veille de la journée de manifestations et de grève du jeudi 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites, 69 % des Français déclarent soutenir le mouvement à venir, 24 % optant pour une position inverse, selon l’Observatoire de la mobilisation contre la réforme des retraites réalisé par Harris Interactive pour RTL et AEF Info (1) et dévoilé mercredi 4 décembre. Le soutien au mouvement a progressé de 2 points depuis la précédente mesure effectuée avant le week-end. Un soutien qui se révèle être quasiment au même niveau que celui identifié au début du mouvement des Gilets jaunes (72 % de soutien à l’époque). Sur le fond, la réforme suscite l’inquiétude de 70 % des Français et devrait – aux yeux d’une majorité des personnes interrogées – s’appliquer aux seuls nouveaux entrants sur le marché du travail.

Les appels à la grève et à descendre dans la rue manifester jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites s'annonce fortement suivi dans les transports, l'Education nationale ou les services publics. MaxPPP - PHOTOPQR/LA PROVENCE

La réforme des retraites est identifiée de la part des Français : 97 % d’entre eux affirment en avoir entendu parler et plus d’un Français sur deux considère qu’il sait précisément ce dont il s’agit. C’est ce que révèle un sondage réalisé par Harris Interactive pour RTL et AEF Info dévoilé ce mercredi, qui montre par ailleurs que ce sont les électeurs de François Fillon qui se disent le plus au fait de la réforme (69 %), devant ceux de Jean-Luc Mélenchon (65 %), de Benoît Hamon (62 %), d’Emmanuel Macron (57 %) et enfin de Marine Le Pen (46 %).

Un net soutien du mouvement à gauche

Informés de la réforme proposée par le gouvernement, les Français affichent également un fort soutien au mouvement à venir (69 %), tandis que 24 % optent pour une position inverse. "Logiquement, le soutien est net à gauche (plus de 8 personnes sur 10 y sont favorables). Il l’est aussi à l’extrême droite (75 % des électeurs de Marine Le Pen)", tandis que "les personnes ayant voté François Fillon se révèlent partagées (51 % en soutien) et que même l’électorat d’Emmanuel Macron ne se 'range' pas en totalité derrière le Président (seuls 55 % y sont opposés)", analyse Jean-Daniel Levy, directeur du département Politique & Opinion de Harris Interactive.

Les 18-34 ans (79 %) et les 35-54 ans (72 %) apportent davantage leur soutien au mouvement que les plus âgés (59 %). À noter également que les salariés d’entreprise publique affichent, sans surprise, un très fort soutien (89 %) à la grève et aux manifestations, devant les salariés de la fonction publique (78 %) et ceux du privé (71 %). Quant aux utilisateurs quotidiens des transports, ils ne sont pas en reste avec un soutien affiché par 79 % d’entre eux.

une réforme pour les NOUVEAUX ACTIFS

Sur le fond, la réforme suscite l’inquiétude de 70 % des Français et devrait – aux yeux d’une majorité des personnes interrogées – s’appliquer aux seuls nouveaux entrant sur le marché du travail. La "clause du grand-père" est en effet préférée à une application de la réforme à tous les actifs dès maintenant par 56 % des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, 62 % de ceux de Marine Le Pen, voire 66 % des électeurs de Benoît Hamon, mais séduit moins les électeurs de François Fillon (48 %) et ceux d’Emmanuel Macron (47 %)

À choisir, les Français privilégient l’allongement de la durée de cotisation (43 %), devant les autres solutions souvent évoquées dans l’espace public pour réformer le système de retraites, à savoir un report de l’âge de départ à la retraite (37 %), une hausse des cotisations (31 %). Le point de tension le plus fort se concentre sur la baisse des pensions (10 %). L’allongement de la durée de cotisation et le report de l’âge de départ à la retraite étant très majoritairement des solutions approuvées par les Français ayant porté leurs voix sur François Fillon et Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017.

un regain de confiance envers les syndicats

Reste que dans le contexte actuel, les Français n’accordent pleinement leur confiance à aucun acteur pour effectuer de bonnes propositions dans le cadre de la réforme des retraites même si les organisations syndicales sont celles vers lesquelles les Français regardent prioritairement (44 % de confiance contre 26 % à celles patronales, 25 % au président de la République comme au gouvernement). "Au cours de ces derniers jours les organisations de salariés bénéficient d’un petit regain de confiance", souligne toutefois Jean-Daniel Levy, qui met en regard les 3 points de plus obtenus par les syndicats depuis la précédente mesure effectuée avant le week-end.

 

Au final, les Français souhaitent que le gouvernement modifie un peu (33 %) ou fortement (33 %) le projet de réforme (33 %), tandis que 23 % souhaitent qu’il l’annule et seuls 11 % qu’il le mette en œuvre. À noter que les mêmes Français interrogés le 29 novembre dernier n’étaient que 19 % à souhaiter que le gouvernement annule purement et simplement la réforme.

(1) Étude réalisée en ligne le 3 décembre 2019 auprès d'un échantillon de 982 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé (e).

Les évolutions présentées sont issues des enquêtes suivantes, réalisées selon la même méthodologie : 29 novembre 2019 : Enquête Harris Interactive réalisée en ligne le 29 novembre auprès d’un échantillon de 1248 personnes.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Isabelle Moreau, journaliste