Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Sécurité globale| Sécurité privée| Dépêche n°617169

Jeux olympiques de Paris 2024 : "Nous souhaitons pouvoir utiliser des technologies efficientes" (Thomas Collomb, Cojo)

"Nous souhaitons pouvoir utiliser des technologies efficientes" pour les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, déclare Thomas Collomb, responsable sécurité et mobilité du comité d’organisation, lors du salon Milipol à Villepinte (Seine-Saint-Denis), mercredi 20 novembre 2019. "Pour nos besoins en technologie, nous aurons d’une part recours aux partenariats, et d’autre part aux appels d’offres", indique-t-il. "Ce sont nos trois couleurs qui doivent triompher au plan technologique et technique", souligne Gérard Lacroix, délégué général adjoint aux questions de sécurité du Gicat.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 envisage de "faire appel à des innovations technologiques, à des technologies qu’on n’a pas forcément utilisées à ce jour". C’est ce que déclare Thomas Collomb, responsable sécurité et mobilité du Cojo, lors d’une conférence organisée au salon Milipol, mercredi 20 novembre 2019. "Nos besoins en matière de technologie, à date, nous ne les avons pas précisément évoqués ni identifiés", indique-t-il. "Pour autant, nous aurons besoin de manière certaine d’outils de simulation, d’identification, de contrôle d’accès, de surveillance, de communication, et d’outils nous permettant de construire notre chaînon de commandement et de coordination."

Thomas Collomb souligne que les Jeux olympiques ne pourront pas être "l’occasion de tests" (lire sur AEF info). "Ces technologies devront être d’une efficacité réelle et adaptées à nos besoins", souligne-t-il. Le Cojo souhaite ainsi "pouvoir optimiser l’ensemble de [son] dispositif, réaliser des économies, pourquoi pas, et puis surtout limiter le recours aux ressources humaines". Alors que les dispositifs devraient nécessiter beaucoup de personnels de sécurité publique et de sécurité privée (lire sur AEF info), Thomas Collomb estime que le comité "aura peut-être des difficultés à réunir l’ensemble de ces ressources". "La technologie peut nous aider à limiter l’ensemble de ces moyens."

2021, l’année de préparation des appels d’offres

"Les partenaires du CIO ou les partenaires de Paris 2024 auront une priorité sur l’offre de services", indique le responsable sécurité et mobilité du Cojo, en appelant "les grands groupes français à proposer des offres à Paris 2024 pour être partenaire des jeux". "Pour ce qui n’est pas compris dans le partenariat, nous sommes soumis aux règles des marchés publics. Nous lancerons donc des appels d’offres." Thomas Collomb indique que l’année 2020 sera consacrée à la poursuite de "la définition exacte" des besoins en matière de sécurité. "L’année 2021 sera une année durant laquelle nous allons faire des analyses de marché et préparer nos appels d’offres."

Les Jeux olympiques de Paris 2024 constituent un enjeu "essentiel" pour les entreprises françaises de la filière des industries de sécurité, souligne pour sa part Gérard Lacroix, délégué général adjoint aux questions de sécurité du Gicat. Il rappelle que les industriels travaillent "depuis plusieurs mois" sur ce sujet dans le cadre du comité stratégique de filière (lire sur AEF info). "La mise au point de dispositifs techniques et technologiques dans tous les domaines […], c’est fait", affirme-t-il également.

Gérard Lacroix pointe "une petite faiblesse" concernant le cadre réglementaire et législatif. "Il y a un travail à faire du côté des parlementaires pour faire évoluer certains textes et permettre à ce monde industriel de finaliser les processus technologiques qui seront mis en œuvre lors des Jeux olympiques". Le délégué général adjoint du Gicat souligne par exemple que "les industriels savent faire" de la reconnaissance faciale mais n’ont pas le droit de l’intégrer à leurs dispositifs en France. "Nous allons profiter de la porte qui nous est offerte par le ministère de l'Intérieur dans le cadre de ses réflexions conduites au sein du livre blanc [sur la sécurité intérieure] pour faire passer certains messages (lire sur AEF info)."

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Marie Desrumaux, journaliste