Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Ville intelligente| Ville intelligente| Dépêche n°617020

Les aspirations des acteurs français au congrès mondial Smart city

La neuvième édition du Smart city expo world congress s’est tenue à Barcelone du 19 au 21 novembre 2019. Parmi le millier d’exposants de la partie salon de l’évènement, plusieurs collectivités et entreprises françaises étaient représentées, sous l’égide de Business France. Entre vitrine du savoir-faire hexagonal et quête de partenariats internationaux, comment cette présence a-t-elle bénéficié aux acteurs français de la Ville intelligente ?

Les entreprises lyonnaises ont été mises à l'honneur sur le stand de la métropole, à l'occasion du congrès mondial Smpart city de Barcelone AEF - JM

Durant trois jours, quelque 25 000 visiteurs se sont pressés dans les allées du parc des expositions de Barcelone, à l’occasion du congrès mondial Smart city. Principal rendez-vous international dédié aux problématiques de ville intelligente et durable, ce Smart city expo world congress s’est déroulé sous l’auspice des métropoles mondes et des industriels internationaux, chacun rivalisant en taille et en diversité de projets pour faire valoir ses mérites en matière d’innovations en ville et d’avancées liées au numérique pour la gestion de la cité et des flux. Présents pour la deuxième année consécutive sous la bannière de Business France, les acteurs français ont fourbi leurs armes pour rivaliser avec leurs concurrents des quatre coins du globe.

"Nous poursuivons ici le même objectif que dans les autres salons, celui de donner de la visibilité à nos opérateurs et collectivités à l’étranger" résume auprès d’AEF info Géraldine Aupée, chef de projet pour l’activité export au sein de Business France. "Nous voulons les mettre en relation avec d’autres pays, et les aider à trouver de futurs clients et partenaires." L’organisme chargé de promouvoir les exportations françaises et d’attirer dans le pays des investissements étrangers disposait comme l’an dernier d’un pavillon au sein du hall d’exposition de l’évènement, en partenariat avec l’Institut ville durable, le réseau Vivapolis, l’association France urbaine ainsi que la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Le groupe Total sponsorisait quant à lui cette présence.

Donner une "plus grande valeur ajoutée" aux acteurs tricolores

Sous la bannière "Choose France", 50 exposants étaient ainsi présents le temps du congrès, soit un nombre supérieur à la dernière édition. Business France a ainsi déployé "toute une stratégie" visant à donner une "plus grande valeur ajoutée" aux représentants de la smart city tricolore que sur un stand classique, explique sa représentante. C’est ainsi que les structures présentes ont été invitées à s’investir dans l’organisation et les temps de débat sur place "dans le but de favoriser le 'matching'" entre eux et vers l’extérieur.

Occupant une bonne partie de l’espace, sous leurs propres couleurs, les acteurs de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont particulièrement investis pour l’évènement. À commencer par les deux métropoles régionales que sont Grenoble et Lyon, chacune venue avec une dizaine d’entreprises ou laboratoires de recherches locaux. La vice-présidente du Grand Lyon, Karine Dognin-Sauze, a également participé à des débats du congrès mondial, comme celui sur "Les villes à la pointe de la révolution verte mondiale" en session plénière.

"Exister" sur la carte mondiale des Smart cities

"Pour nous c’est une question d’attractivité du territoire, cela nous permet d’exister sur la carte des Smart cities" explique Isabelle Faivre de la délégation Lyon métropole : "d’une part on porte la voix de la France en la matière, et puis nous agissons pour le développement économique, en aidant nos entreprises à se développer". Plus précisément, concernant les start-up venues dans les valises du Grand Lyon, "on organise leur présence et les mettons en relation avec Business France et le pavillon". Pour ces acteurs lyonnais, une présence au congrès permet de "créer des ponts" avec d’autres villes et de réaliser une série "d’échanges" et de "benchmark" sur les pratiques développées de par le monde dans la dynamique des villes intelligentes.

Parmi les autres territoires représentés, celui de Dunkerque, pour la présentation de son écosystème industrialo-portuaire en cours de transformation. Co-fondatrice de l’entreprise Possibilizzeurs, Anne Vanhaecke a créé la plateforme 'toilemaker' qui a pour objet la gestion et l’organisation des data, notamment pour les villes. Ce projet fait ainsi partie des 15 actions inscrites dans le cadre des Territoires innovants pour la ville du Nord. Selon elle, la présence des acteurs dunkerquois, tout en servant à leur "promotion", a surtout une optique "d’absorption" de ce qui se fait par ailleurs, "nous sommes ainsi en quête de toutes les solutions qui peuvent aider notre territoire à atteindre ses objectifs".

Le "made in France" a de beaux jours devant lui

Du côté des entreprises innovantes qui exposent au sein du pavillon, on retrouve des spécialistes des réseaux intelligents, des fournisseurs de capteurs ou de solutions d’intégration d’objets connectés. C’est le cas de Wi6labs, entreprise rennaise de mutualisation de gestion des data. Ulrich Rousseau, son dirigeant, est là pour "parler des projets menés" par ses soins, en ciblant "principalement les villes moyennes". Il s’agit selon lui de "témoigner" et de "voir ce qu’il se passe ailleurs" dans son domaine. Ces quelques jours lui font ainsi dire que "les technologies proposées en France sont bien en place" au regard de la concurrence internationale, ce qui est pour lui vecteur de potentiel à l’export pour les innovations "made in France".

Certains groupes comme Suez et EDF, via sa filiale Citelium dédiée à la Ville intelligente, disposaient quant à eux de leur propre stand, volontairement situés à côté du pavillon France. Ces groupes à présence internationale rivalisent avec leurs semblables quant à la taille de leur espace et les projets présentés. Quoi qu’il en soit, ces trois jours constituent une expérience encourageante à en croire les responsables de Business France, qui comptent bien renouveler la formule en 2020 pour la 10e édition du Smart city expo world congress de Barcelone. "On compte faire encore mieux l’an prochain, en faisant venir plus de petites entreprises."

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Julien Monier, journaliste