Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°616847

La réunion entre l’exécutif et les syndicats de la RATP annulée, la CFDT-Cheminots dépose un préavis de grève illimité

La CGT-cheminots et SUD-rail ont décliné l’invitation du haut-commissaire aux Retraites et du secrétaire d’État aux Transport, tandis qu’une réunion équivalente pour la RATP a été annulée jeudi 21 novembre 2019, la plupart des organisations syndicales ne souhaitant pas s’y rendre, selon elles. De son côté, la CFDT-Cheminots a annoncé à son tour qu’elle déposerait un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre 2019, à l’issue d’une rencontre ce jeudi avec Jean-Paul Delevoye et le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebarri. 

A la SNCF, les principaux syndicats ont tous appelé à la grève. © SNCF

Alors que la perspective d’une grève très suivie le 5 décembre se précise à la SNCF et à la RATP, les relations entre le gouvernement et certains syndicats de ces groupes publics se tendent. Pour désamorcer ce conflit provoqué par la volonté de l’exécutif d’en finir avec les régimes spéciaux de retraite, le haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, et le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, ont invité les principaux syndicats de la SNCF à une réunion de concertation ce jeudi matin ainsi que ceux de la RATP dans le cadre d’une autre rencontre.

Faute de combattants, cette dernière a été annulée. "Nous avons discuté avec la CGT et l’Unsa et personne ne voulait aller à cette réunion car le gouvernement ne propose rien de nouveau", a expliqué Frédéric Ruiz, président de la CGC au sein de la RATP, cité par plusieurs médias.

Quant à la réunion dédiée à la SNCF, la CGT-cheminots et SUD-rail ne s’y sont pas rendues. "On veut le retrait de cette réforme, affirmait hier la CGT lors d’une conférence de presse (lire sur AEF info) - la CGT cheminots est le premier syndicat de l’entreprise. Il ne s’agit pas de rentrer dans des discussions."

respecter l’engagement de 2018

Jean-Baptiste Djebbari et Jean-Paul Delevoye ont donc rencontré l’Unsa-Ferrovaire et la CFDT-cheminots, qui a annoncé dans la foulée qu’elle déposait un préavis de grève pour le 5 décembre. Cette dernière souhaitait que le gouvernement annonce qu’il maintenait le régime spécial de retraite pour les cheminots à statut : "Ce gouvernement s’est engagé en 2018 dans le cadre de la loi pour un nouveau pacte ferroviaire, c’est-à-dire l’année dernière, à ne pas toucher au statut pour les personnes embauchées jusqu’au 31 décembre 2019. Nous ne voulons pas qu’il revienne dessus", a expliqué le secrétaire national de la CFDT-cheminots, Thomas Cavel, qui a fait part de sa volonté de "négocier" car "un préavis n’est pas un appel à la grève".


Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Bénédicte Foucher, journaliste