Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Christophe Castaner appelle à bâtir "un continuum entre le ministère de l'Intérieur et les entreprises" (Milipol 2019)

"Nous devons poser les fondements d’un continuum entre le ministère de l'Intérieur et les entreprises de sécurité", déclare Christophe Castaner lors de l’inauguration du salon Milipol, mardi 19 novembre 2019 à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Le ministre de l'Intérieur note que "le secteur de la sécurité privée participe à la protection des Français et participe à une sécurité globale". "Ne cherchons pas à nous substituer à des entreprises privées qui peuvent nous apporter [des savoir-faire], ne cherchons pas à penser qu’il y aurait une opposition entre l’un et l’autre."

Christophe Castaner et Laurent Nunez ont inauguré et visité le salon Milipol mardi 19 novembre 2019. AEF info

L’État et le secteur de la sécurité privée "doivent agir ensemble, main dans la main", déclare Christophe Castaner lors de sa visite au salon Milipol, qui ouvre mardi 19 novembre 2019 à Villepinte (Seine-Saint-Denis). "La sécurité est un secteur économique incontournable", relève le ministre (lire sur AEF info). "Cette filière, ce sont des grands groupes, bien sûr, mais ce sont aussi plus de 2 000 entreprises moyennes ou des PME."

Le secteur représente selon lui "280 000 emplois" et "près de 4,5 % de croissance en moyenne entre 2013 et 2017" (lire sur AEF info). "Nous devons nous appuyer sur cette force", affirme-t-il. "Nous devons encourager nos industries, nouer des partenariats intenses avec les grandes entreprises et tendre la main aux entreprises de taille intermédiaire et aux PME."

"Ouvrir les portes" du ministère

"Nous devons continuer à promouvoir et accompagner la recherche et l’innovation", poursuit Christophe Castaner. "Le ministère de l'Intérieur doit ouvrir ses portes aux entrepreneurs, il doit être le refuge de tous ceux qui ont des idées et qui veulent les développer."

Pour le responsable, "l’innovation, le numérique, l’intelligence artificielle et les technologies de rupture font partie des solutions majeures pour notre sécurité". "Certaines technologies, qui n’ont a priori rien à voir avec la sécurité, peuvent nous être utiles", estime-t-il en outre. "Soyons ingénieux, inventifs, allons chercher partout les bonnes idées, les bonnes pratiques !"

"Notre innovation doit être une innovation du concret, une innovation de terrain, une innovation à portée d’hommes", poursuit le ministre de l'Intérieur. Christophe Castaner note que "les innovateurs se trouvent aussi parmi les professionnels de la sécurité". "Nous devons encourager les initiatives comme les idées. Nous devons créer des espaces pour les faire naître et les faire se déployer."

"sans tabou, sans arrière-pensée, sans empêchement"

Christophe Castaner rappelle que la place Beauvau "a engagé une réflexion sur la sécurité de demain" en lançant les travaux sur le "livre blanc de la sécurité intérieure" (lire sur AEF info). "Avec Laurent Nunez, nous avons passé des consignes claires concernant ce livre blanc : nous souhaitons que la question des nouvelles technologies y soit pleinement abordée", souligne le ministre.

Le groupe de travail dédié aux technologies "devra se concentrer sur les évolutions et les ruptures technologiques à venir", et "voir comment nos forces doivent agir pour maîtriser leurs propres technologies et pour développer les nouveaux outils dont nous aurons besoin" (lire sur AEF info). "Notre objectif sera donc de donner à nos agents des outils adaptés à un monde numérique", assure Christophe Castaner.

Le ministre insiste sur la nécessité de prendre en compte les évolutions technologiques "dans un subtil équilibre entre l’efficacité de la protection et les libertés publiques". Il plaide en faveur d’une approche "pragmatique". "Nous devons regarder cela sans tabou, sans arrière-pensée, sans empêchement, tant quelquefois un certain nombre de présupposés empêchent de réfléchir et, au fond, peuvent nous désarmer quand nos adversaires n’ont d’autres limites que leur cupidité, leur violence, et que leur haine."

"continuum de sécurité international"

"Le continuum de sécurité ne doit pas être un concept, il doit être fait d’actes, de concret", estime en outre Christophe Castaner. Ce "continuum" doit, selon lui, associer les "forces de sécurité intérieure", "les collectivités locales", et "les entreprises privées de sécurité". "Nous savons que ce partenariat est absolument indispensable", assure le ministre de l'Intérieur, en rappelant que la France organise la Coupe du monde rugby en 2023 et les Jeux olympiques et paralympiques en 2024.

Ce partenariat "est, au fond, la condition de la survie de nos outils de protection des Français, parce que nous devons appréhender toute la chaîne de la sécurité avec les savoir-faire de chacun", ajoute Christophe Castaner. Rappelant l’importance de la "souveraineté", il considère que le partenariat entre le secteur public et le secteur privé "ne doit connaître que cette limite-là, celle de la souveraineté, qui doit être un outil maîtrisé".

Le ministère de l'Intérieur note que le "livre blanc de la sécurité intérieure" devra également appréhender le "continuum de sécurité international". "Des consultations vastes seront menées, tous les acteurs de la sécurité seront associés et des comparaisons internationales seront réalisées", promet-il. Christophe Castaner pointe la nécessité de "trouver des solutions" entre pays voisins et pays alliés pour répondre à "des menaces qui nous touchent tous". "Nous devons trouver des solutions européennes, car c’est bien à ce niveau que nous trouverons les ressorts d’une réponse forte et suffisante."

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Marie Desrumaux, journaliste