Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Dix investisseurs français lancent trois fonds pour lutter contre le réchauffement climatique

Dix investisseurs institutionnels français annoncent lundi 18 novembre 2019 la création de trois fonds d’investissement de place pour lutter contre le réchauffement climatique, d’un montant total de 500 M€. Cette démarche, baptisée "Fonds ambition climat", est coordonnée par la Caisse des dépôts, avec le soutien de la FFA (Fédération française de l’assurance). La Caisse des dépôts doit encore sélectionner les gestionnaires de ces trois nouveaux fonds. Elle leur demande de faire preuve d’innovation dans les méthodes d’intégration de la lutte contre le changement climatique qu’elles proposeront.

Pixabay

En novembre 2018, lors du Climate Finance Day, Bruno Le Maire demandait publiquement aux banques, aux assureurs et aux gestionnaires d’actifs d’arrêter de financer le secteur du charbon (lire sur AEF info), tandis que les Amis de la Terre soulignaient qu’en la matière un "écart se creuse entre les assureurs et les banques françaises"(lire sur AEF info).

Ce lundi, la Caisse des dépôts, EDF, et huit grands assureurs français — Allianz France, Aviva France, Axa France, BNP Paribas Cardif, CNP assurances, Macif, Maif et la Société générale assurances — ne font pas d’annonce sur le charbon mais déclarent vouloir créer ensemble trois fonds d’investissement de place pour lutter contre le réchauffement climatique, selon une démarche baptisée "Fonds ambition climat".

"Des méthodologies partielles, émergentes et diverses"

Les dix investisseurs sont à la recherche de gestionnaires qui devront proposer des méthodes "innovantes pour intégrer la lutte contre le réchauffement climatique dans la gestion financière". "Dans le contexte actuel, la mesure d’alignement d’un portefeuille d’actifs financiers avec les objectifs de l’accord de Paris repose encore sur des méthodologies partielles, émergentes et diverses", expliquent les dix investisseurs initiaux. Avec la création de ces trois fonds, ils espèrent "accompagner le développement et la mise en œuvre des méthodes les plus prometteuses".

La gestion de ces fonds devra être "transparente, cohérente et diversifiée avec un haut niveau de reporting". Deux d’entre eux seront investis en actions européennes, le troisième en obligations européennes "investment grade" (qui représentent un niveau de risque faible). Ils totaliseront initialement 500 millions d’euros, dont environ 200 millions d’euros pour chaque fonds action et 100 millions d’euros pour le fonds obligataire.

Les sociétés de gestion intéressées peuvent postuler jusqu’au 31 décembre 2019.

Les étapes de la sélection

 

Pour être éligibles, les sociétés de gestion candidates devront justifier d’au moins deux milliards d’euros d’actifs sous gestion. Elles s’engagent pour trois ans au moins et devront préciser un plan de progrès sur la mise en œuvre des méthodes d’alignement sur ces trois ans.

Les sociétés de gestion seront sélectionnées par le comité de sélection des investisseurs en deux tours : six finalistes seront retenus à l’issue d’un examen des dossiers de candidatures, à communiquer par les candidats avant le 31 décembre 2019. Les trois sociétés finalement retenues le seront à l’issue d’un second tour oral.

Les documents de mise en concurrence sont téléchargeables sur le site de l’AFG pour les sociétés de gestion membres de l’association.


Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Ioana Doklean, journaliste