Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°614883

L’épuisement professionnel des salariés peut participer à la justification d’une expertise pour risque grave du CHSCT

Caractérisent l’existence d’un risque grave justifiant le recours à une expertise du CHSCT des arrêts de travail, l’épuisement professionnel de plusieurs salariés en lien avec le surcroît de travail occasionné par le rachat d’une cuisine centrale, et la situation difficile d’une direction régionale persistant depuis deux ans. C’est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt non publié du 25 septembre 2019.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 94 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Une expertise CHSCT peut être justifiée par des attestations et mails de salariés caractérisant un risque psychosocial
Lire la suite
Une enquête révélant un ressenti élevé de RPS pour une minorité de salariés ne justifie pas une expertise "risque grave"

Ne suffit pas à caractériser l’existence d’un risque grave justifiant le recours à une expertise du CHSCT, une enquête auprès de salariés qui révèle qu’une minorité d’entre eux s’estiment en risque psychosocial élevé, associée à des indicateurs tels un absentéisme et un turn-over plus élevé que la moyenne nationale, ou des alertes plus anciennes de la médecine du travail. C’est ce que retient la Cour de cassation dans deux arrêts non publiés du 17 octobre 2018 concernant deux CHSCT d’une même entreprise.

Lire la suiteLire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Le CHSCT qui invoque des accidents du travail pour décider une expertise risque grave n’a pas à en déterminer la cause
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Un expert CHSCT peut se voir refuser l’accès à certains sites d’un hôpital au nom du secret médical
Lire la suite
La mise en place d’une géolocalisation des véhicules de techniciens justifie une expertise risque grave du CHSCT

Justifie une expertise du CHSCT, le projet d'une entreprise d’équiper les véhicules de ses techniciens d’intervention d’un boîtier électronique dans un but de suivi des kilomètres parcourus, dès lors que dans sa présentation du dispositif, la société admet que la fonction de géolocalisation pourrait être ponctuellement mise en œuvre en cas de vol, et que le dispositif permettrait potentiellement de localiser les véhicules à tout moment. Ce dispositif constitue un "projet important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail" justifiant selon l’article L. 1614-12 du code du travail le recours à l’expertise. C’est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt non publié du 25 janvier 2016 concernant la société Orange.

Lire la suiteLire la suite
Alerte du médecin du travail, plaintes de salariés et arrêts de travail justifient une expertise risque grave du CHSCT

Caractérisent un risque grave justifiant une expertise du CHSCT l’initiative du médecin du travail de demander la convocation des membres du CHSCT pour les alerter sur le nombre de salariés en souffrance au travail et se plaignant de subir des propos sexistes et des humiliations, des attestations dans le même sens produites par les membres du comité, et le fait que les statistiques de l’employeur mettent en évidence une augmentation des arrêts de travail pour maladie pour les six premiers mois de l’année. C’est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt du 17 février 2016.

Lire la suiteLire la suite