Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Chercheurs Entrepreneurs Challenges : Gaël Matten remporte le 1er prix à la finale régionale en Bourgogne Franche-Comté

Gaël Matten, doctorant à l'UFC, est le lauréat du concours docteurs entrepreneurs lors de la finale régionale des CEC (Chercheurs Entrepreneurs Challenges) en Bourgogne Franche-Comté. Sylvain Perruche, responsable d’une équipe de recherche au sein de l’UMR 1098 (Inserm, UFC, EFS), remporte de son côté le prix coup de cœur start-up connexion. Les CEC, mardi 8 octobre 2019, ont été organisés à Besançon en même temps que la finale du concours Pépite. C’est Vladimir Gauthier qui a remporté le premier prix Pépite pour le projet CellSelect qui, en 2018, était lauréat régional des CEC.

Les huit lauréats, pour la Bourgogne Franche-Comté, des Chercheurs Entrepreneurs Challenges et du concours Pépite AEF

C'est à Besançon qu'a été organisée, mardi 8 octobre 2019, la finale régionale des Chercheurs Entrepreneurs Challenges destinée à récompenser les projets de création d'entreprise portés par des doctorants ou par des docteurs titulaires du diplôme depuis moins de trois ans.

Séverine Vienney, fondatrice d'Erdil, spécialisée dans l’analyse sémantique du verbatim des clients, est la marraine de cette édition à laquelle se sont associés tous les acteurs de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la valorisation de la recherche en Bourgogne Franche-Comté (la Comue UBFC, le CNRS, la Satt Sayens, l’incubateur Deca BFC, Bpifrance, la DRTT, le conseil régional, la Caisse des dépôts…).

C’est la deuxième année de suite qu’AEF Info, le CNRS et le RNCD (Réseau national des collèges doctoraux) – qui portent les Chercheurs Entrepreneurs Challenges financés par le PIA (programme d'investissements d'avenir) – organisent pour ce concours des finales en région (lire sur AEF info). La finale nationale, elle, sera organisée avant la fin de l’année à Paris en même temps que la première édition du concours i-PhD lancé cette année par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (lire sur AEF info).

Les deux lauréats des Chercheurs Entrepreneurs Challenges

Cette année, huit finalistes (sur dix dossiers déposés) étaient en compétition pour les Chercheurs Entrepreneurs Challenges, doté de deux prix :"docteurs entrepreneurs" (qui vise les jeunes docteurs diplômés depuis moins de trois ans ou les doctorants) et "start-up connexion" (qui vise les chercheurs confirmés qui ont déjà créé leur entreprise).

C’est Gaël Matten qui reçoit, aux CEC, le prix au "concours docteurs entrepreneurs" doté de 3 500 €. Diplômé de l’ENSMM à Besançon, ce doctorant (UFC) travaille au sein de l’Institut Femto-ST. Son projet, baptisé Vibiscus, a l’ambition d’allier deux technologies pour atténuer les bruits auxquels les travailleurs, par exemple, peuvent être surexposés : une technologie passive (comme peut l’être l’installation d’un isolant comme la laine de verre qui a un pouvoir absorbant) et une technologie active (comme les casques antibruit).

Quatre autres candidats concouraient dans la même catégorie :

  • Katarzyna Lipinska (université de Bourgogne) avec le projet Epochè productions (production de films esthétiques pour mettre en valeur les projets de recherche) ;
  • Pierre-Emmanuel Doulin (université de Bourgogne) avec le projet Son (un nouveau procédé catalytique pour la chimie fine, plus économique et plus vertueux pour l’environnement) ;
  • Elizaveta Khorzova (université de Franche-Comté), avec le projet ImPro Micro (une membrane qui filtre les métaux lourds dans les eaux usées) ;
  • Roberto Marroquin (université de Bourgogne) avec le projet WiseNET (des caméras de sécurité qui, grâce à l’intelligence artificielle, peut par exemple repérer une personne qui fait un malaise et le signaler).

Sylvain Perruche, de son côté, remporte le prix coup de cœur "start-up connexion", doté de 4 000 €. Responsable de l’équipe ATI (auto-immunité, transplantation et inflammation) au sein de l’UMR 1098 (Inserm, UFC, EFS), Sylvain Perruche a fondé Med’Inn’Pharma, qui produit des médicaments bio-identiques (produits par des cellules saines) pour traiter les conflits inflammatoires. Les premières expériences, conduites sur la sclérodermie systématique, ont permis de contrôler l’inflammation cellulaire, de stabiliser la fibrose et de remodeler les tissus.

Deux autres chercheurs étaient en lice pour le prix start-up connexion : Julien Coupey (UFC) avec Verso (une start-up qui propose un logiciel capable d’optimiser les tournées des véhicules) et Alexandre Bastard (UB) avec Vitavinum (une start-up qui propose une application capable de faire, selon l’occasion et la composition de votre repas, des propositions de vins disponibles à proximité)


Cinq lauréats Pépite

L’événement, comme l’année dernière, s’est déroulé lors d’une cérémonie organisée en même temps que la remise des prix Pépite. Cinq prix ont été remis pour la finale régionale du concours Pépite pour l’entrepreneuriat étudiant. Cette année, 14 dossiers avaient été soumis au jury. Les cinq prix reviennent à :

  • Vladimir Gauthier, 1er prix (10 000 €), pour le projet CellSelect. Il reçoit son prix des mains de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, le 10 octobre à Paris à l’occasion de l’évènement BIG (lire sur AEF info). Vladimir Gauthier avait, l’an passé, reçu le premier prix aux Chercheurs Entrepreneurs Challenges. Ce doctorant a développé un microrobot capable de trier, "avec un degré de précision jamais atteint", un million de cellules par heure. Cet outil vise à améliorer les soins prodigués aux patients atteints d’un cancer.

  • Romain Viala, 2e prix (1 500 €), pour le projet Micad. Il était, en 2018, prix coup de cœur CEC (lire sur AEF info). Doctorant, il travaille sur un nouveau matériau, destiné à la fabrication d’instruments de musique qui auront les mêmes propriétés que le bois – qui, en lutherie, est une ressource qui se raréfie.

  • Louis Jeannin, 3e prix (1 500 €), pour le projet Foxar. Diplômé des Arts et Métiers à Cluny, il a développé une application de réalité augmentée conçue comme un nouveau support éducatif — qui permet, par exemple, à des élèves de visualiser des atomes dans l’espace.

  • William Dulot, 4e prix (1 500 €), pour le projet Modulia Studio. Diplômé des Arts et Métiers à Cluny, il développe lui aussi une solution mobilisant la réalité virtuelle et augmentée, pour la mettre au service de la création et de la performance musicales.

  • Benjamin Reynoudt, prix coup de cœur du jury (500 €), pour le projet Tam Tam. Diplômé de l’UTBM, il a conçu un jouet connecté en bois qui permet de créer de la musique et de tisser des liens transgénérationnels.
Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Alexandra Caccivio, journaliste