Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°614339

Transports routiers : l’État maintient pour trois ans sa contribution financière au dispositif de congé de fin d’activité

Alors que se profile une refonte des dispositifs de départ anticipé dans le cadre de la réforme des retraites, le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, informe dans un courrier du 8 octobre 2019 les organisations syndicales que l’État est prêt, durant les trois prochaines années, à maintenir sa contribution au dispositif de congé de fin d’activité (CFA) dans la branche du transport routier. Et dans le cadre des négociations qui doivent s’ouvrir pour moderniser ce dispositif (lire sur AEF info), diligente une mission d’accompagnement aux partenaires sociaux.

Le ministre des Transports veut ouvrir les négociations sur le dispositif de départ anticipé des chauffeurs routiers. © bilbobagweed - Flickr CC

Dans un communiqué de presse du 9 octobre 2019, les trois organisations syndicales CFDT, FO et CFTC se félicitent d’avoir obtenu un engagement écrit de l’État sur le maintien de sa participation financière pendant les trois prochaines années au dispositif de congés de fin d’activité (CFA), dispositif conventionnel qui permet aux conducteurs routiers, sous conditions d’ancienneté, de cesser leur activité avant l’âge de leur droit à pension de retraite.

Rappelons que fin 2016, le gouvernement de l’époque avait affolé les organisations syndicales et patronales de la branche (lire sur AEF info) en adoptant un amendement au PLFSS 2017 excluant les CFA (congés de fin d’activité) des transports routiers de la taxe sur les préretraites d’entreprises à 50 % seulement jusqu’au 31 décembre 2017. Il avait alors décidé de sécuriser ces dispositifs en signant le 19 avril 2017 avec toutes les organisations syndicales (CFDT, CGT, CFE-CGC, CFTC, FO) et patronales (FNTR et TLF) un protocole d’accord sur les CFA, précisant notamment l’ouverture d’une négociation sur la modernisation des dispositifs au second semestre 2017, déjà prévue par un accord du 20 avril 2016 (lire sur AEF info).

mission d’appui

Cette négociation, à laquelle l’État sera associé, devait aboutir au plus tard le 31 décembre 2019 à un accord relatif à la mise en place d’un dispositif de gestion des fins de carrière se substituant aux actuels congés de fin d’activité. En attendant, il avait été décidé que les régimes actuels bénéficiaient d’un régime social sécurisé, et que l’État maintiendrait son engagement pour les départs demandés avant le 31 décembre 2020, dans les mêmes conditions.

Or, à moins de trois mois de la date butoir, ces négociations sur l’évolution du CFA n’ont pas été ouvertes. Dans un courrier daté du 8 octobre 2019, le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a donc informé les organisations syndicales que l’État est prêt, durant les trois prochaines années, à prolonger une nouvelle fois le dispositif actuel pour maintenir sa contribution au dispositif de congé de fin d’activité (CFA) dans la branche du transport routier.

"Le CFA est à mes yeux, un sujet d’une grande importance pour l’équilibre social de la branche, ainsi qu’un moyen de reconnaissance de la pénibilité et de la spécificité de votre activité. Pour autant, dans le contexte de sa nécessaire modernisation, il est aujourd’hui essentiel que les partenaires sociaux engagent des négociations," indique-t-il. Pour ce faire, il souhaite accompagner ces derniers au travers d’une mission d’accompagnement, qui apportera aux négociateurs un appui technique.

le congé de fin d’activité


Le congé de fin d’activité (CFA) est un dispositif conventionnel qui permet aux conducteurs routiers, sous conditions d’ancienneté, de cesser leur activité avant l’âge de leur droit à pension de retraite. Chaque départ en CFA est compensé dans l’entreprise par l’embauche d’un conducteur routier.

Il a été mis en place pour le transport de marchandises et le secteur du déménagement par les accords de branche du 28 mars et 11 avril 1997. Les accords du 23 juin 1997 l’ont ouvert aux convoyeurs de fonds. L’accord du 2 avril 1998 étend le dispositif au transport interurbain de voyageurs.

La loi du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites, en décalant progressivement l’âge du droit à pension de retraite à 62 ans, a conduit à une adaptation du dispositif. Par l’accord du 30 mai 2011, les partenaires sociaux ont adapté le régime du CFA des conducteurs routiers à l’évolution de l’âge d’ouverture des droits à la retraite. Ce régime est géré par Klesia. Quelque 30 000 personnes en ont bénéficié depuis 20 ans.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Bénédicte Foucher, journaliste