Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°613707

"Des paroles intelligibles ou des bruits cadencés sont très gênants dans un open space" (Jacques Châtillon, INRS)

Selon l’INRS, les bureaux ouverts présentent des effets néfastes sur la santé, le premier d’entre eux étant le bruit. Pour l’acousticien Jacques Châtillon, chef du département Ingénierie des équipements de travail, "être soumis à des bruits indésirables nous demande d’augmenter nos efforts pour réaliser les tâches dans la journée". Ainsi, "des paroles intelligibles ou des bruits cadencés sont très gênants dans un open space". Il recommande d’aider les salariés à s’autoréguler en mettant en place des chartes de comportement et de réaliser des diagnostics en fonction de l’activité des salariés.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Jacques Châtillon, acousticien à l'INRS © Hervé Boutet pour l''INRS

AEF info : En quoi consiste l’activité d’un acousticien ?

Jacques Châtillon : Nous allons constater dans les bureaux des situations gênantes ou inconfortables, de plusieurs façons différentes. Nous établissons tout d’abord des mesures acoustiques du bruit et des sources de bruit (conversations, ventilation, photocopieuses, personnes qui marchent, etc.) afin de mesurer leur nature et leur niveau. On s’intéresse ensuite au ressenti des salariés vis-à-vis de l’ambiance sonore. Enfin, on regarde quelle est l’activité et quels sont les besoins des managers et des équipes. Il s’agit de voir s’il est possible de s’organiser autrement.

AEF info : Quelle est la norme acceptable de bruit dans les open spaces ?

Jacques Châtillon : Pour le code du travail, il n’y a pas de niveaux sonores limites dans l’open space. Le code du travail fixe des valeurs seuils extrêmement élevées pour les métiers dans lesquels il y a beaucoup de bruit et qui comportent des risques de lésions de l’oreille ou de surdité. Il existe cependant des valeurs cibles préconisées dans les normes en fonction de l’activité.

AEF info : Pouvez-vous établir une typologie des bruits dans les open spaces ?

Jacques Châtillon : Il existe différentes dimensions de la gêne pour ce qui est du bruit. Ici joue l’aspect qualitatif. On va tout d’abord être gênés par des bruits émergents. Il s’agit de bruits plus élevés que le bruit constant, comme un claquement de porte. Ce sont des bruits qui arrivent d’un coup et qui sont au-dessus du niveau commun. On peut ensuite être gênés par les bruits désagréables, qui sont extrêmement subjectifs. On les supporte plus facilement si on les associe à quelque chose d’utile. C’est le cas par exemple d’un ventilateur qui fait du bruit mais qui permet de faire baisser la chaleur. Enfin, les paroles intelligibles constituent la troisième dimension de gêne. Le cerveau cherche en effet à capter la compréhension des paroles qui sont dites à côté de nous et c’est très dérangeant. Au fur et à mesure de nos investigations, nous avons mis en évidence que des paroles intelligibles ou des bruits cadencés sont très gênants dans un open space. Et même des conversations à des niveaux très bas, comme des chuchotements, peuvent être gênantes. S’il y a plus de bruit, ils sont noyés.

AEF info : Comment améliorer la situation dans les open spaces ?

Jacques Châtillon : Il faut informer et former les salariés pour s’autogérer. Sur les plateaux, certaines entreprises mettent en place des chartes de comportement pour que les salariés comprennent que leur comportement peut empiéter sur la liberté des autres. On cherche à objectiver les besoins des salariés par rapport à leur activité :

  • les salariés dans les centres d’appels téléphoniques sont chacun dans leur coin ;
  • ceux dans les centres administratifs en back-office et qui sont sur des dossiers qui nécessitent beaucoup d’attention n’ont pas besoin non plus de communiquer ;
  • c’est différent dans les espaces dans lesquels il y a des créatifs, comme dans la publicité par exemple ;
  • on trouve aussi des salariés dans des halls qui accueillent du public et ont besoin de confidentialité dans des espaces ouverts au bruit…

En fonction de l’activité, il est ainsi nécessaire de connaître le ressenti des salariés et leurs besoins. Pour cela, l’INRS déploie la méthode "Gabo" (gêne acoustique dans les bureaux ouverts), qui repose sur un questionnaire adressé aux salariés. Ensuite, on va se fixer des objectifs puis améliorer l’acoustique au moyen de plafonds absorbants, matériaux acoustiques, du mobilier spécifique comme des armoires avec de la mousse… On peut aussi jouer sur l’agencement du plateau en regroupant les équipes qui ont besoin de travailler ensemble. Une fois que l’on a amélioré les choses, on peut refaire passer le questionnaire pour voir comment les salariés appréhendent la nouvelle situation.

La démarche sert à répondre à des valeurs cibles que l’on a envie d’atteindre. Aujourd’hui, on a des locaux en verre ou en béton qui sont très réverbérants. Se concentrer dans le bruit est épuisant. Il faut que les entreprises agissent en comprenant que la performance de leurs salariés n’est pas de les mettre en arrêt maladie au bout de six mois !

AEF info : Quelles sont les conséquences de tels locaux sur la santé des salariés ?

Jacques Châtillon : Le bruit est un facteur aggravant. Être soumis à des bruits indésirables nous demande d’augmenter nos efforts pour réaliser les tâches dans la journée. Cela engendre de la fatigue. Associée au stress du travail, cela peut placer les salariés dans des situations de santé difficiles : problèmes digestifs, hormonaux, de sommeil, etc. Le bruit peut ainsi conduire à des arrêts maladie et à de l’absentéisme important.

AEF info : Quel est selon vous le bureau ouvert idéal ?

Jacques Châtillon : L’INRS recommande d’avoir 10 m2 par salarié, mais ce n’est pas toujours facile notamment en région parisienne où le m2 est très cher. Cette valeur cible est intéressante à avoir en tête. Il faut composer avec la réalité du plateau au sens économique.

Il faut savoir que l’on estime à 60 dB le bruit de la voix à 30 cm, alors que l’on sait qu’un niveau de bruit ambiant inférieur à 55 dB est recommandé. Il faut donc éloigner les sources de bruit et installer des panneaux. Installer les salariés à cinq mètres les uns des autres commence à être un bon niveau. Dans certains espaces, on trouve des bureaux en marguerite. Nous conseillons de placer des panneaux absorbants pour séparer les marguerites. Ces panneaux doivent atteindre 1,30 mètre, mais alors les gens ne se voient plus, ce qui parfois ne leur convient pas. L’open space est aussi un lieu social. Une grande majorité des gens subit l’open space, c’est quelque chose d’extrêmement pénible, mais ils pensent pourtant que le retour en arrière est impossible et y trouvent une forme d’appartenance corporate.

AEF info : La solution peut-elle venir des protections individuelles contre le bruit comme les casques antibruit ?

Jacques Châtillon : Les casques ont été considérablement améliorés ces dernières années dans les centres d’appels, et sont des remparts contre les chocs acoustiques, type Larsen. Mais ils ne vont pas permettre d’isoler les conversations adjacentes. On ne conseille pas non plus de mettre des bouchons d’oreille pour avoir moins de bruit, car cela coupe les salariés de leur environnement sonore. La protection individuelle contre le bruit est utile dans l’industrie et dans le bâtiment, mais elle ne peut être utilisée sur un plateau. Ces casques sont pénibles à utiliser.

à lire aussi

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
L’open space favorise les échanges électroniques au détriment des conversations en face-à-face (Harvard Business School)
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Le bureau individuel fermé reste "l'espace de travail idéal" pour la majorité des actifs travaillant au bureau (Actineo)
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Le coût du bruit en milieu professionnel estimé à 19,2 milliards d'euros par an (EY)
Lire la suite
Pour les salariés européens, l’espace de travail a un impact sur l’efficacité, le bien-être et la santé (Actineo/CSA)

Plus de neuf salariés sur dix des pays européens étudiés par Actineo dans son enquête sur l’espace de travail en Europe (Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et France), publiée mardi 4 novembre 2014, pensent que l’espace de travail a un impact important sur le bien-être, la santé au travail, l’efficacité et la motivation. Seuls les Allemands sont moins sensibles à ces enjeux, puisqu’environ 70 % des salariés allemands pensent que cela a un impact. Les salariés estiment en outre que "leur état de santé au travail est affecté" par trois facteurs principaux : la durée quotidienne de travail sur écran, l’ergonomie du siège de bureau et la température ambiante.

Lire la suiteLire la suite
"L’angoisse du manager au moment du passage en open space." Une chronique de Xavier Baron

C’est dans un contexte de mutation du travail et du management qu’interviennent les projets immobiliers des entreprises et la généralisation des open spaces, souligne Xavier Baron, sociologue, professeur associé à l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et professeur affilié à l’ESCP Europe dans une chronique pour AEF. En voici quelques extraits.

Lire la suiteLire la suite
Un salarié exposé au bruit sans mesure de sécurité et de prévention obtient la reconnaissance de la faute inexcusable

Un porcher exposé au bruit produit au moment de l'alimentation des cochons obtient la reconnaissance de la faute inexcusable de son employeur dans la survenue de sa surdité d'origine professionnelle. Le Tass (Tribunal des affaires de sécurité sociale) du Jura relève dans un jugement du 11 septembre 2013 que l'employeur a commis de multiples manquements et omissions volontaires relatifs aux mesures de sécurité et de prévention des risques qui sont à l'origine de sa perte d'audition. L'employeur, qui ne pouvait ignorer le risque lié au bruit dans les porcheries au moment de l'alimentation, a fait preuve d'une « carence totale » quant à la mise en place de mesures préventives nécessaires à la préservation de la santé du salarié, selon le tribunal.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sixtine de Villeblanche, journaliste