Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°613311

Il est nécessaire de "bâtir des politiques de branche fortes et innovantes" (Nicolas Faintrenie, FEC-FO)

La loi "Avenir professionnel" du 5 septembre 2018 a confié aux branches professionnelles un rôle central en matière de formation professionnelle. Un rôle encore renforcé par l’ordonnance "coquilles" qui a positionné ces mêmes branches au centre du dispositif ProA rénové. Alors que des négociations commencent à s’ouvrir dans nombre de branches professionnelles, le juriste Nicolas Faintrenie, responsable des politiques de branche à la FEC-FO, s’interroge sur leur périmètre et sur la réelle marge de manœuvre laissée aux partenaires sociaux en matière de promotion sociale ou professionnelle.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Nicolas Faintrenie, responsable des politiques de branche à la FEC-FO

"Dès ce mois de septembre, les négociateurs de branche se trouvent pris entre deux voies : la négociation d’un accord sur la ProA d’une part, la négociation d’un accord sur la formation professionnelle (complet) d’autre part", constate Nicolas Faintrenie, responsable des politiques de branches à la FEC-FO, dans une contribution publiée par AEF info, le 25 septembre 2019.

"Dans les circonstances actuelles, il est probable que les projets d’accords ProA fleurissent. Mais, dans cette période de transition, s’annonce la nécessité de bâtir des politiques de branche fortes et innovantes, et de reconstruire le paritarisme", estime-t-il.

Failles de la négociation de ProA

L’ordonnance du 21 août 2019, dite ordonnance "coquilles" de la loi "Avenir professionnel" (lire sur AEF info), octroie aux branches professionnelles la mission de définir "la liste des certifications professionnelles éligibles à la ProA". L’extension de cet accord étant "subordonnée au respect des critères de forte mutation de l’activité et de risque d’obsolescence des compétences". S’il juge l’initiative louable, et estime que les branches vont s’emparer du sujet, Nicolas Faintrenie pointe "deux failles" dans ce dispositif.

Premièrement, il juge "fort probable" que le ministère du Travail n’ait pas les moyens de contrôler les critères de "forte mutation de l’activité et de risque d’obsolescence des compétences", critères qu’il juge par ailleurs difficiles à examiner de manière objective. De plus, il note qu’il n’y aura, au mieux, aucune extension d’accords de branche sur ProA avant 2020, ce qui l’amène à s’interroger sur la possibilité de financer ce dispositif d’ici là.

La seconde faille pointée par le juriste de la FEC-FO concerne directement le "contenu des listes et [les] effets qu’elles produiront sur l’utilisation de la ProA". Selon lui, dans la mesure où "l’État ne pourra opérer le contrôle de légalité, les organisations syndicales de salariés se retrouveront submergées par des demandes d’inscription sur la liste aux fins de financer des actions de formation qui pourraient l’être sur le plan de développement des compétences". Il considère en effet que "ce sont ces certifications qui ont le plus de probabilité d’être mobilisées, au détriment de celles qui répondent à la finalité de promotion sociale ou professionnelle. Cette situation n’est pas sans rappeler ce qui est arrivé au CPF, avec le financement des formations en langues, les Caces…"

Risque d’échec financier

Au-delà, Nicolas Faintrenie considère que, à terme, "chacun se rendra compte que les résultats sur la ProA, tel que le dispositif est construit, n’apportent pas de réponse à la hauteur des attentes". Un échec envisageable car ce dispositif émarge sur les mêmes financements que l’alternance qui est positionnée au centre des ambitions gouvernementales.

"Confronté au renouvellement d’un objectif de 500 000 alternants (contrats d’apprentissage et de professionnalisation) par an, combien de salariés en poste peut-on espérer former, via la ProA, dans un objectif de promotion sociale ou professionnelle ?", interroge-t-il.

Lier la promotion sociale aux outils de la formation

Par ailleurs, dans la logique actuelle de raccourcissement des circuits, le juriste estime que "l’accès à la formation professionnelle dans un objectif de promotion sociale ou professionnelle passe par l’articulation des fonds du CPF avec ceux issus des versements volontaires. Une part d’une contribution conventionnelle de branche viendrait utilement fournir un levier à cette politique." De plus, "la branche devra travailler à mettre en symbiose ses travaux sur les métiers, les certifications, les formations et les parcours professionnels avec ces financements".

À charge, donc, pour les branches professionnelles de s’emparer de manière large de ces questions et de mettre en lien les différents volets des politiques de formation.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Christophe Marty, journaliste