Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"Comparaison faciale" dans deux lycées : la région Paca suspendue à l’avis de la Cnil pour lancer l’expérimentation

Des "portiques virtuels" ont été installés dans deux lycées de Marseille et Nice dans le courant de l’été. Le système, développé par l’entreprise informatique Cisco, devait être expérimenté en cette rentrée de septembre. Mais la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, qui a demandé conseil à la Cnil, confirme à AEF info avoir ajourné le lancement de ce test dans l’attente du retour de l’autorité administrative indépendante. La Cnil devrait se prononcer en octobre.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Sécurité : la région Paca testera la reconnaissance faciale à l’entrée de deux lycées dès 2019

Deux lycées de la région Paca, Ampère à Marseille et Les Eucalyptus à Nice, expérimenteront en 2019 un dispositif de contrôle d’accès biométrique. Le système conjugue comparaison faciale et suivi de trajectoire. Annoncé par le président (LR) Renaud Muselier en septembre 2018 (lire sur AEF info), le projet a été voté par les élus régionaux réunis en séance plénière vendredi 14 décembre 2018. Le coût de l’opération, non précisé, sera entièrement financé par l’entreprise qui en assurera aussi la maîtrise d’œuvre, la société Cisco. Avec cette expérimentation, la collectivité veut évaluer "la valeur ajoutée mais aussi les contraintes opérationnelles". Selon la région, le dispositif doit permettre d’accélérer l’entrée dans le lycée, de sécuriser les accès et de détecter un déplacement non souhaité.

Lire la suiteLire la suite