Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Police nationale : une intersyndicale appelle à une "marche nationale de la colère"

Une vingtaine de syndicats de la police nationale appellent à une "marche nationale de la colère", mercredi 2 octobre 2019 à Paris. Les organisations se disent "uni[e]s dans la lutte contre le suicide et les agressions" dans un communiqué commun publié mardi 10 septembre 2019. Elles demandent notamment "l’amélioration de la qualité de vie au travail", une "loi de programmation ambitieuse" et "une véritable politique sociale pour les agents du ministère de l'Intérieur" en matière de "transports, logements, restauration, garde d’enfants, mutuelle".

L’appel à une "marche nationale de la colère" concerne "tous les corps de policiers, actifs, ADS, administratifs, techniques et scientifiques", précisent les organisations syndicales, à savoir Unité SGP police-FO, Alliance police nationale (CFE-CGC), l’Unsa police, Alternative police-CFDT, le SCSI (CFDT), Synergie officiers (CFE-CGC), l’Union des officiers-Unsa, le SCPN (Unsa), le SICP (CFE-CGC), Alliance Snapatsi (CFE-CGC), le Sapacmi (CFE-CGC), Interco CFDT, le Snipat, UATS-Unsa, le SNPPS (Unsa), France police-Policiers en colère et le Snuitam-FSU. Le lieu de la marche n’est pas précisé.

Les demandes des syndicats concernent surtout l’amélioration des conditions de travail des policiers et des personnels, alors que le ministère de l'Intérieur est engagé sur plusieurs fronts de réforme : "Livre blanc" et "loi de programmation" (lire sur AEF info), expérimentation de nouveaux cycles horaires (lire sur AEF info) ou encore réforme de la Préfecture de police de Paris (lire sur AEF info). Les syndicats demandent également la "défense" du régime de retraite des policiers (lire sur AEF info), ainsi qu’un "réponse pénale réelle, efficace et dissuasive".

Cet appel des syndicats intervient également alors que le nombre de suicides est en forte hausse dans la police nationale, 48 fonctionnaires ayant mis fin à leurs jours depuis le début de l’année 2019 (lire sur AEF info).

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Raphaël Marchal, journaliste