Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

En 2018, la croissance des salaires de base est plus dynamique dans la métallurgie et les professions juridiques (Dares)

Fin 2018, le SMB (salaire mensuel de base) dans les entreprises de 10 salariés ou plus progresse de 1,6 % par rapport à l’année précédente, après +1,4 % fin 2017, indique la Dares dans une étude publiée le 29 août 2019. Avec une inflation de 1,6 % en 2018, après +1 % en 2017, le pouvoir d’achat du SMB est stable (0 % après +0,4 % en 2017). Dans les 3/4 des regroupements de branches, le SMB progresse au même rythme qu’en 2017, les plus dynamiques étant les "professions juridiques et comptables" et la "métallurgie et sidérurgie".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Salaires minima de branche : FO envisage de "contester, y compris par la voie judiciaire", l’interprétation du ministère

Au travers de plusieurs arrêtés d’extension d’accords de branche relatifs aux salaires publiés début juin, le ministère du Travail a précisé son interprétation du champ de la compétence exclusive de la branche. L’administration y exclut les dispositions par lesquelles les partenaires sociaux tentent de "verrouiller" des accessoires de salaire (lire sur AEF info). Dans un communiqué daté du 7 juin, Force ouvrière s’oppose à cette interprétation "très restrictive", "sans fondement autre qu’arbitraire". "Pour FO, il va sans dire qu’il relève de la liberté de négociation de définir le montant et la structure des salaires minima hiérarchiques", toute intervention de l’État constituant "une entrave à la liberté de négociation". Aussi, la confédération annonce son intention de contester avec les fédérations concernées, "y compris par la voie judiciaire, les arrêtés d’extension" concernés.

Lire la suiteLire la suite