Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°607025

21 % des Français proches d'un syndicat ont voté pour LREM aux européennes 2019 (sondage Harris Interactive-AEF info)

Le vote des Français se déclarant proches d’un syndicat diffère de celui de la population française qui a porté en tête de ces élections européennes la liste du Rassemblement national. En effet, selon les résultats d’une enquête (1) Harris Interactive réalisée le 26 mai 2019 pour AEF info afin de mieux qualifier le vote au regard de la proximité syndicale, il ressort que la liste de LREM-Modem arrive en tête des suffrages auprès de cette population (21 %), devant la liste du RN (16 %) et celle d’EELV (13 %). La liste de la FI (12%) et celle du PS-Place publique (10 %) arrivent ensuite.

La liste de La République en Marche et du Modem arrive en tête des suffrages auprès des Français proches des syndicats (21 %), devant la liste du Rassemblement National (16 %) et celle d’Europe Écologie-Les Verts (13 %). D.R.

C’est le même trio de tête que celui choisi par les Français, mais dans le désordre. Ainsi, alors que les Français ont porté en tête de ces élections européennes la liste du Rassemblement national (23,3 %), devant la liste de La République en Marche et du Modem (22,4 %) et celle d’Europe Écologie-Les Verts (13,5 %), les électeurs se déclarant proches d’un syndicat de salariés ont voté selon un spectre politique assez diversifié. La liste de LREM-Modem arrive en effet en tête des suffrages auprès de cette population (21 %), devant la liste du RN (16 %) et celle d’EELV (13 %).

Quant aux listes de la FI (12 %) et du PS-Place publique (10 %), elles "arrivent seulement ensuite même si, de manière générale, le vote des sympathisants d’un syndicat est orienté un peu plus à gauche dans l’ensemble que celui de la moyenne des Français", analyse Harris Interactive. Avant d’ajouter que, "sans surprise, les sympathisants d’un syndicat patronal se sont portés à parts égales sur les listes de La République en Marche et des Républicains (26 % chacune)". Enfin, les personnes ne se déclarant proches d’aucun syndicat ont avant tout porté leurs suffrages sur la liste du RN (28 %), devant celle de LREM (23 %).

Les sympathisants de la CFDT ont largement voté pour LREM

L’enquête montre également que les sympathisants de trois syndicats - CFDT, CFE-CGC et CFTC - ont porté en tête de leurs suffrages la liste de La République en Marche et du Modem. Ainsi, c’est très nettement le cas auprès des sympathisants de la CFDT (39 %), la liste Europe Écologie-Les Verts arrivant loin derrière en deuxième position (15 %), juste devant la liste Parti socialiste-Place Publique (13 %). "Un vote assez logique au regard de ce que l’on observait lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, lors duquel 48 % des sympathisants de la CFDT avaient voté pour le futur Président de la République", note Harris Interactive.

Une situation similaire est également observée auprès des sympathisants de la CFE-CGC (34 % ont voté pour LREM), une population qui avait déjà voté en grande partie pour Emmanuel Macron lors du premier tour de l’élection présidentielle (31 %). À noter toutefois que les sympathisants du syndicat de cadres qui avaient voté en premier lieu pour François Fillon en 2017 (43 %), ne sont plus que 15 % à voter pour la liste LR à l’occasion de ces élections européennes (contre 16 % pour la liste du RN). On observe un cas de figure assez proche auprès des sympathisants de la CFTC puisque 25 % d’entre eux se portent sur la liste LREM et 16 % sur la liste LR, alors que 34 % d’entre eux avaient apporté leur voix à François Fillon lors de l’élection présidentielle contre 29 % à Emmanuel Macron.

31 % des sympathisants FO ont voté RN

"Si la liste du RN, arrivée en tête de ce scrutin, réalise des scores importants auprès de nombreux Français proches de syndicats, la formation de Marine Le Pen confirme son ancrage auprès des sympathisants de Force Ouvrière", précise Harris Interactive. Ainsi, 31 % des sympathisants FO ont voté pour la liste du RN contre 11 % pour celles de la FI et d’EELV. Le rapport de force était inverse lors de l’élection présidentielle puisque 32 % avaient voté pour Jean-Luc Mélenchon contre 24 % pour Marine Le Pen. À noter par ailleurs que la liste du RN arrive en tête des suffrages auprès des sympathisants de l’Unsa, à égalité avec la liste LREM (20 %), alors même que l’écart entre les deux leaders de ces formations politiques était beaucoup plus net lors de l’élection présidentielle (42 % des sympathisants de l’Unsa avaient voté pour Emmanuel Macron, 14 % pour Marine Le Pen et 16 % pour Jean-Luc Mélenchon).

On peut observer par ailleurs que les sympathisants de certains syndicats n’ont pas choisi de manière nette une liste en particulier. Ainsi, si les sympathisants de la CGT se portent en majorité sur la liste de la FI (23 %), un sur cinq a voté pour la liste du RN (20 %), alors que, lors de l’élection présidentielle, ils avaient choisi de manière beaucoup plus claire Jean-Luc Mélenchon (51 %, contre 15 % pour Marine Le Pen). Par ailleurs, la liste EELV arrive en tête des suffrages des sympathisants du syndicat Sud-Solidaires (30 %), devant celle de la France Insoumise (25 %). "Il s’agit là encore d’un syndicat dont les sympathisants avaient voté en majorité pour Jean-Luc Mélenchon lors de l’élection présidentielle (53 %)", pointe Harris Interactive. Même mécanisme auprès de la FSU : 22 % se portent sur la liste PS-Place Publique, 19 % sur EELV et 17 % pour la liste du Parti Communiste, contre 43 % pour Jean-Luc Mélenchon en mai 2017.

un éparpillement sur les différentes listes de gauche

Au final, "il apparaît que si les formations se situant plutôt sur la partie gauche du spectre politique ont bénéficié d’une partie des suffrages de la part des sympathisants de salariés (45 % de la liste Lutte Ouvrière à la liste Europe-Écologie Les Verts), cela s’est fait au prix d’un éparpillement de ces différents électorats sur les différentes listes de gauche en présence, parmi lesquelles EELV et le PS-Place Publique ont disputé à la France Insoumise les voix acquises par Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la dernière élection présidentielle", analyse Harris Interactive. Qui note enfin que "le vote – déjà perceptible lors de l’élection présidentielle – en faveur du Rassemblement National, arrivé en tête de ces élections au niveau national, se retrouve renforcé également auprès des sympathisants de plusieurs syndicats de salariés lors de ces élections européennes".

(1) Enquête réalisée en ligne le 26 mai 2019. Échantillon de 5 465 inscrits sur les listes électorales, issus d’un échantillon représentatif de 6 026 Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région de l’interviewé(e) et vote aux élections antérieures.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Isabelle Moreau, journaliste