Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Dijon, Orléans, Bordeaux, Poitiers… : quand les collectivités déroulent le tapis rouge aux grandes écoles

À Lyon, Caen, Dijon ou Angers, ainsi que dans de nombreuses autres villes pourtant bien pourvues en matière d’enseignement supérieur, ouvrent depuis deux ou trois ans une multitude de campus de grandes écoles. Parfois publiques mais le plus souvent associatives ou privées, ces écoles répondent aux besoins de formation non satisfaits par l’offre locale. Un phénomène dû aux stratégies de croissance interne de ces acteurs, mais qui est aussi le résultat de l’action des collectivités elles-mêmes, qui accompagnent, voire suscitent ces implantations, en finançant le foncier ou en distribuant des subventions. Les écoles d’ingénieurs sont particulièrement prisées par les élus, comme en témoigne l’explosion du nombre d’ouvertures de campus en régions ces dernières années : la CTI comptabilisait neuf projets en 2018 et 16 en 2019. Une tendance de fond, qui comporte aussi des risques à moyen terme.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement