Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

"Liberté académique et autonomie institutionnelle ne vont plus de soi en Europe" (EUA, Allea, Science Europe)

"La liberté académique et l’autonomie institutionnelle ont une importance et une valeur fondamentales pour la société", déclarent, le 10 avril 2019, les académies européennes, l’EUA et Science Europe. Dans un appel, les organisations soulignent que "tous les pays d’Europe et de nombreux autres dans le monde ont des dispositions légales garantissant la liberté académique et l’autonomie institutionnelle" mais que ces dernières "ne vont plus de soi en Europe et dans le monde, avec de graves conséquences pour les universitaires, la science et la société".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Procédures-bâillon : une circulaire rappelant les modalités de la protection fonctionnelle est envoyée aux universités

Une circulaire sur la protection fonctionnelle des chercheurs et enseignants-chercheurs attaqués en diffamation a été envoyée aux universités, indique, jeudi 11 mai 2017, l’entourage de Thierry Mandon. Ce texte fait suite au rapport sur les procédures dites "bâillon", rendu public le 20 avril 2017 par une commission présidée par le juriste Denis Mazeaud (lire sur AEF info). La circulaire, qui découle également d’une discussion avec la CPU et le CNRS, rend "quasi-automatique" la protection fonctionnelle pour les enseignants-chercheurs visés par une procédure en diffamation, précise-t-il : "L’université, via son président, n’a plus le choix de ne pas accorder la protection fonctionnelle à l’enseignant-chercheur qui la demande, en cas de diffamation et seulement dans ce cas, sauf faute lourde de celui-ci."

Lire la suiteLire la suite