Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°604568

Innovation RH : "Dans les collectivités territoriales, le monde du 'co' se développe" (colloque AEF info)

Il n’y a pas de transformation publique sans innovation RH et sans innovation managériale. Sur le terrain, nombre de responsables territoriaux et de DRH œuvrent pour transformer leurs organisations et promeuvent des pratiques innovantes et collaboratives. Plusieurs acteurs locaux sont venus présenter leurs projets lors d’une table ronde organisée dans le cadre du colloque AEF info sur l’innovation RH au service de la transformation publique, organisé mardi 9 avril 2019 à Bercy, en partenariat avec la DGAFP et la Casden Banque populaire.

Des exemples de bonnes pratiques en matière d'innovations RH dans les territoires ont été présentées lors du colloque sur la transformation publique © Bercy - Celia Bonnin

Des représentants du territoire Grand Paris Sud Est Avenir, de la ville d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), de la région Île-de-France et du CNFPT sont venus présenter des innovations RH qu’ils ont mises en place dans leurs structures en matière de ressources humaines, lors du colloque organisé par AEF info le 9 avril 2019 à Bercy.

Grand Paris Sud Est Avenir. Le territoire a été créé en 2016 dans le cadre de la réforme du Grand Paris et regroupe 16 communes, 300 000 habitants et 1 200 agents, indique Émilie Agnoux, directrice de la transformation et du dialogue social. "Nous avons mis en œuvre une démarche qui repose sur la participation et cela a été le premier champ investi à l’occasion de la création de notre territoire", explique-t-elle. En effet, l’enjeu était de créer une culture commune et de transformer l’organisation, sans fracturer et tout en créant l’adhésion au projet. Les agents "ont été placés en posture d’acteurs". La démarche a consisté à réfléchir aux conditions de travail, agir sur la prévention de la pénibilité, et travailler sur un budget participatif.

Le territoire a aussi travaillé sur l’innovation managériale en animant la communauté des 170 encadrants. Deux guides ont été élaborés, par "le biais d’ateliers créatifs avec les agents qui ont joué le jeu", souligne Émilie Agnoux. Le premier, adressé aux managers, a été l’occasion de les faire travailler sur un référentiel managérial et des pratiques concrètes. Le second, adressé aux agents, a permis de formaliser des bonnes pratiques. L’agilité a également été mise en avant, avec des comités de direction réunis sous différents formats ("codir vestiaire", codir inversé…) et le télétravail ouvert à tous les métiers. Cette démarche a coûté au territoire "40 000 euros en plus de ce que l’on mettait traditionnellement sur le matériel et les travaux. Le reste a été de l’accompagnement humain avant tout", selon Émilie Agnoux.

Ivry-sur-Seine. À Ivry-sur-Seine, "la fonction RH a pris une dimension stratégique. Nous avons réfléchi à notre positionnement dans l’organisation et avons compris la nécessité de travailler de façon collaborative pour avoir une autre approche des directions métiers", explique Coralie Aumerle, sa DRH. Les directions métiers sont souvent "en confrontation" et la DRH est appelée pour gérer les urgences. L’idée du service RH était de travailler sur lui-même pour avoir un autre positionnement. Des "speed meetings" de sept minutes ont été mis en place entre responsables RH et responsables métiers pour partager sur les projets en cours et à venir et avoir une meilleure compréhension des attentes et des contraintes de chacun.

Ces réunions sont organisées dans le cadre d'"une démarche plus globale d’innovation managériale lancée il y a deux ans, donc les directions métiers étaient déjà sensibilisées à ce genre d’approches. Cela commence à faire bouger les lignes, notamment pour les managers qui étaient les plus contrariés par la démarche", estime Coralie Aumerle. La DRH de la ville d’Ivry-sur-Seine pense toutefois que "c’est un cheminement long et progressif qui ne se décrète pas, les équipes RH ont d’ailleurs été formées sur le sujet". Désormais, des ateliers RH vont être mis en place sur des thématiques précises, dont la première est le reclassement, qui constitue une grosse problématique dans la collectivité. "L’approche est centrée sur les usages et la réalité de terrain", ajoute-t-elle.

Île-de-France. La région Île-de-France a profité du déménagement de son siège du VIIe arrondissement de Paris à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), en février 2018 pour révolutionner l’organisation du travail (lire sur AEF info). "Nous avons voulu faire du cadre de travail un outil pour travailler autrement. Nous avons organisé des conférences pour que les agents s’acculturent à ce qu’est une organisation libérée", se souvient Aline Ridet, DRH adjointe. Cette organisation est allée de pair avec la mise en place du télétravail, qui avait été expérimenté auprès de 200 agents dès septembre 2017. "Le préalable aux bureaux ouverts, au 'flex office' et au télétravail sont les outils de travail et les équipements. La DSI a dû se mobiliser pour favoriser l’accès sécurisé aux logiciels à distance", indique-t-elle.

Autre innovation pour permettre aux agents de s’approprier l’espace : les directeurs ont fait participer leurs équipes pour que l’aménagement des espaces de travail corresponde à leur façon de travailler. Pour Aline Ridet, "un an après le déménagement, c’est un franc succès. Chaque agent a 2,1 places pour s’asseoir dans le bâtiment, les plateaux ne sont pas si remplis et sont des espaces relativement calmes. Cela écrase un peu la hiérarchie et on constate qu’il y a moins de cloisons dans les échanges humains".

CNFPT. La quatrième édition de l’Université européenne de l’innovation publique territoriale, organisée par le CNFPT, se tiendra du 9 au 11 juillet 2019, sur treize sites interconnectés (1) (lire sur AEF info). Pour Denis Cristol, directeur de l’ingénierie et des dispositifs de formation, "le cœur de l’innovation, c’est la transformation que propose ce processus". En effet, le dispositif est co-conçu avec les collectivités territoriales. Celles-ci avaient jusqu’au 30 janvier pour envoyer des "défis", qui seront développés en amont des universités par les porteurs de projet, en lien avec l’équipe du CNFPT dédiée. "150 projets ont été retenus autour de quatre grandes thématiques : l’écologie et le climat, l’innovation RH et managériale, le numérique capacitant, les transitions sociétales. Les participants aux universités seront ensuite placés en co-design, car la clef de ces travaux est l’intelligence collective", souligne Denis Cristol.

La démarche se déroule en plusieurs étapes : "Recherche des irritants ; compréhension de ce qu’il se passe ; confrontation des équipes avec la réalité du terrain, ce qui peut être un temps 'râpeux' ; temps d’idéation puis de recherche de solutions et phase de test avec du 'crowd testing'. Ce qui est important c’est que le processus n’est pas du tout construit à l’avance", souligne le directeur. Parmi les projets retenus, beaucoup tournent autour du télétravail, de l’inclusion des travailleurs handicapés, etc. "Le droit à oser progresse. Ce que je vois est la volonté de faire en commun. Le monde du 'co' se développe. Sans oublier la question de la mesure et de l’évaluation qui sont nécessaires et dont le manque est un des freins à l’innovation", conclut-il.

(1) Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est, Normandie, Grand Ouest, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Hauts-de-France, Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Paca-Corse, Guadeloupe, La Réunion, Mayotte.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sixtine de Villeblanche, journaliste